Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 14:10

Ce dimanche, des trombes d'eau sur la Provence. Pas grave ! Moi, je suis à l'abri "chez Fili !"

Il reste à prendre l'habitude d'un séminaire sans Odette (Neumayer). C'est le deuxième depuis sa disparition. Pas évident... pourtant, quelque part, elle est là... bienveillante comme toujours, attentive à nous tous.

Alors, travaillons, dans son souvenir. Michel (Neumayer) se retrouve donc chef d'orchestre, seul. Merci Michel de continuer l'aventure. D'ailleurs question aventure, il nous en propose une dès le matin.

Le prochain thème de la revue est : " Un petit penchant pour l'écriture". Pour préparer ce numéro, il nous suggère de partir en mer ! Mais pas de navigation sans vent, sans voilier qui penche, sans prise de risques, sans larguer les amarres...

 

  • Notez vers où imaginer aller à partir de la lecture d’un exemplaire de Filigranes. Qu’est-ce que je m’attends à trouver dans cette destination ?

 

Partir vers l’inconnu. Oser.  Choisir un numéro de la revue au hasard. Tourner les pages. Ordre ou désordre ? Peu importe. Le choix m’appartient. Liberté absolue. Je vais où ? Je ne sais.  Si je sais. Je vais à la découverte des mots des autres. Et je devine déjà… l’expérience sera riche.

Voilà, j’ai largué les casseroles, le ras-le-bol, les angoisses, l’aspirateur, le courrier, les factures à payer pour bien m’installer, calée sur mon coussin, ici à Aubagne. Qui veut voyager loin ménage sa monture.

Là-bas, je le sais, des hommes se font la guerre, Filigranes est ma paix.

Et se présente une page, première escale : « sous le galet, la plage », Gislaine Arley en a écrit deux (pages). Le galet l’a amené dans le dictionnaire où galet copine avec galette.

Des rois cela s’entend. Ah ! Je parie que tout à l’heure, pour le dessert, nous allons en partager une. A ce propos, êtes-vous plutôt Couronne des Rois – brioche provençale ornée de fruits confits qui brillent ou galette parisienne à la frangipane ?

Oups ! Je m’égare… revenons à nos moutons. Qui blanchissent l’horizon. Pas très bon signe quand la mer se couvre de moutons…

Encore un dimanche en FIligranes...

Oups ! Je ne sais plus où j’en suis… tout de même, impossible d’abandonner l’écriture. Plutôt…

« Ouvrir la porte » et ne me dites pas le contraire. Bien sûr qu’il y a des portes sur la mer…

« Ouvrir la porte » est le titre du Cursives (rubrique récurrente de chaque Filigranes) consacré à Arlette et sur lequel je viens de tomber en feuilletant un autre numéro choisi.

« Depuis longtemps, je tricote l’écriture et la psychanalyse, je tiens les deux fils. Entre oubli et retrouvailles, je m’énerve » écrit-elle en préambule.

 

  • Est-ce que la navigation m’emmène là où est-ce que j’avais imaginé ? lance Michel Neumayer.

 

Quel curieux périple ! Voici que je me retrouve en pleine analyse ! La porte sur la mer s’est ouverte sur un « ça m’énerve ». Enervée, je le suis aussi, souvent… Comment m’empêcher de n’être point énervée quand rien ne se passe comme prévu. Vaste travail…

Tout de même, reprenons… avec un autre exemplaire. Anny Gleyrou le dit : « un voyage se projette, le vent trace le sillon du vagabond ». Alors je me transforme en humble moussaillon. En apprentissage. Et… l’amour n’est pas loin. L’amour est là. Anny l’affirme : « l’amour contamine les êtres, le ciel est moins bleu mais au fond il est ce que l’on veut ».

Fermer les yeux, un court laps de temps. Derrière les paupières, l’esprit peut continuer son vagabondage. Rouvrir les yeux. Un titre se présente : « Du rouge dans le paysage ». Mais, le rouge est une couleur dangereuse. C’est le jus des cerises, c’est le sang d’un combattant, le soleil couchant qui s’efface dans la Méditerranée. Pourquoi une mer ? Pourquoi pas l’océan et ses volumineux rouleaux qui déferlent sur la plage de Biarritz l’élégante ? Où je me trouvais entre Noël et Jour de l’An. L’océan avait décidé de ne pas se monter trop méchant. Des surfeurs chevauchaient les crêtes, l’air était vivifiant. Mais je m’étonnais : aucun navire en vue. L’océan est rude pour les marins.

Encore un dimanche en FIligranes...

Quoique, la Méditerranée par avis de grand frais avec des rafales à 9 sur le Languedoc-Roussillon… ou ailleurs…

Mais où donc suis-je partie ? J’ai un peu perdu de vue le Fili choisi.

Revenons au rouge. Qui pétarade en plein milieu de cet exemplaire, sur un graphisme de Christiane Rambaud. Rouge de la cape du torero. Vie et mort. Bonjour l’artiste. Le dessin m’hypnotise. On dirait une main qui effleure un ventre lourd et rond. Le ventre rouge d’une indienne d’Amazonie.

Une fois encore, je ne sais plus où j’en suis ni qui je suis. Celle qui lit, celle sui écrit, songe à ce qu’il advient quand non se fourvoie dans un séminaire de la revue un jour de nuages noirs et de pluie.

Là-bas, sur une table, à côté des quiches, tartes et autres denrées pour le repas de tantôt, une couronne des Rois somnole : « moi aussi je suis en papier ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

digier 29/01/2014 08:10

Merci Jeannine d'avoir si bien résumé l'atmosphère de ce dimanche à FILI......Je l'ai raccourci pour l'envoyer à Pascale Lassablière pour qui cette journée - avec son amie - a du être très forte . Se retrouver chez Michel avec la présence d'Odette, si présente, avec la peine d Michel, avec tous leurs souvenirs en commun depuis tant d'année de leur vécu si riche.................je l'envoie aussi à Marie-Christiane qui n'a pas internet.Bisous Nicole

Philomène 29/01/2014 14:04

Merci Nicole de suivre ce blog.

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche