Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 12:37

  

Avancer, progresser, en âge certainement.

Pour tout le reste… et Dieu sait qu’il en reste…  cela dépend de ce  que l’on entend derrière l’idée.

Dans notre société occidentale pour la plupart des gens avancer doit  être synonyme d’une « montée » dans l’échelle sociale accompagnée, forcément, de signes extérieurs de richesse sensés aller avec.

C’est-à-dire :

-         un plus grand appartement ou l’acquisition d’une maison ;

pour les meubles passer d’Ikéa à Roche Bobois, voire au canapé du Corbusier !

4684138020_b9eb3760b7.jpgPour l’auto changer sa Citroën pour une luxueuse  B.M…

Pour les vêtements oublier H & M ;

pour ses vacances aller de plus en plus loin… et si par chance ou folie vous possédez un bateau, au fil du temps, il le faudra plus long, un mètre de plus, encore un mètre…

Comprenons : le bonheur est d’avoir plus. Plus beau, plus grand, plus haut, toujours plus haut ?

 

Souchon l’a chanté :

 « Aïe, on nous fait croire
Que le bonheur c'est d'avoir
De l'avoir plein nos armoires
Dérisions de nous dérisoires car… »

 

Dérision, parce que le scénario ne se passe pas toujours dans l’ordre attendu !

Des fois l’existence se présente sous forme de montagnes russes.

Plusieurs options : regrets, déprime, comparer, désespérer ou opter pour apprenti-sage !

 

Exemple.

Par un concours de circonstances compliquées dont je vais vous passer les détails, question bateau, j’en avais un. Un grand, justement ! Sauf que j’avais toujours su quand il avait déboulé dans ma vie que ce serait pour un temps donné.

Ce temps donné est passé.

Restait à prendre la chose comme une opportunité. De voir ses propres réactions…

Car, dans ce cas précis, heureux hasard, s’est présenté un autre navire, plus vieux, plus petit, assez moche je dois dire mais un bateau tout de même et un bateau à La Calanque Port-Miou-016.jpg(voir hier et autres articles dans la rubrique "mes histoires".)

Un p’tit bateau, ça m’allait, l’essentiel était sauvé. Pouvoir continuer à faire des ronds dans l’eau et piquer une tête dans la mer ailleurs qu’à partir d’une plage bondée…

En prime, l’exercice était pertinent, voici une nouvelle occasion de continuer l'apprenti-sage.

Essayer de passer du plus au moins sans comparaison, ce processus d’évasion. Cette manie que l’on a de toujours comparer ! Et encore qu'il fallait savoir ce qu'il y avait derrière ce soi-disant "moins". Moins de quoi ?

Essayer de prendre juste ce que la vie envoyait, accepter le changement. Pourquoi le changement serait-il négatif ? Le changement peut aussi être pris comme une chance... de changer...

 

Révélatrices, les remarques des nouveaux voisins de panne :

« c’est pas trop dur de ne plus avoir votre ancien voiler ? »

« ça doit vous faire tout drôle de vous retrouver sur un petit ! »

 

Qu’est-ce que ça signifie, cette obsession du plus grand, du plus, plus, plus ?

Plus de quoi ?

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Dr WO 25/07/2010 17:20


Et pourquoi êtes-vous passée d'un grand voilier à un petit ? Par obligation ou par goût ? Et vous aviez déjà un bateau, c'est déjà un signe de "plus" et c'est tant mieux pour vous.
Dr WO


Philomène 25/07/2010 18:28



Ce n'était pas vraiment un signe de + même s'il y avait les apparences ! C'était " à la place de"... une passion qui ne laissait pas grand place au reste ! Le mot "sacrifice" est un peu fort
mais il y avait de ça, avec des moments galère aussi... C'est par obligation que nous avons réduit les frais. Le bateau devenait vieux et aurait demandé pas mal d'investissement. Donc il s'agit à
présent de vivre autre chose sans regrets.



Marc de Metz 24/07/2010 20:07


La vie m’a rendu sage… Je trouve des dizaines de raisons de l’être et de vouloir le rester : l’idée de ne plus l’être me fatigue d’une part et mon banquier (conseiller financier, c’est plus
pompeux…) me détesterait moins sage… Je sais que le besoin du toujours plus grand, plus cher, plus loin, régit des vies et chaque fois que j’en suis témoin, je m’apprécie ; sage… @mitié de Metz,
Marc.

Je rêve de lagons, de Pacifique, de dépaysement… Homme sage je me contente d’aimer Metz et de faire partager sur mon blog ce que je lui trouve d’aussi « féérique et surprenant et unique» que ce
qu’est par exemple ma terre natale la Nouvelle Calédonie…

J’adhère à ton coup de gueule, totalement et je me félicite de n’être que sage…


Philomène 25/07/2010 14:39



Et tu arrives parfaitement à nous faire partager la beauté de Metz. Au sujet des lagons... j'en rêve aussi, devenir sage demande une véritable introspection, savoir se contenter de ce que
l'on a, regarder à ne pas tomber dans la frustation, un apprentissage... A bientôt.



Angie91 24/07/2010 19:13


Je découvre ton blog. J'aime bien cet article. Je le trouve très juste! Toujours plus... toujours mieux... pour quoi faire? Les moments de ma vie où j'ai été le plus heureuse étaient des périodes
où je ne possédais pratiquement rien.

Je ne sais pas pourquoi mais ça me rappelle une anecdote. Un prof avait demandé à la classe de mon fils d'écrire une phrase qui commençait ainsi : "Plus tard, mes parents veulent que je sois..." Et
il me passait en revue les désirs des autres parents : médecin, pilote, architecte... Je lui demande "Et toi, qu'as tu écrit?" Il m'a répondu, à ma grande satisfaction "Plus tard mes parents
veulent que je sois épanoui." Bisous!


Philomène 25/07/2010 14:41



Quelle belle réponse étonnante pour un petit garçon ! Qui deviendra sûrement un sage homme.


Merci pour ton commentaire. Je t'envoie des bises d'un jour de grand mistral.



Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche