Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 14:07

 

Le N° 79 de la revue Filigranes www.ecriture-partagee.com vient de paraître. La thématique travaillée sur l'année, donc sur trois numéros : L'imaginaire des Frontières.

Après L'imaginaire des Frontières 1 du  N°78 Histoires de Papiers nous voici sur L'imaginaire des Frontières 2 avec Entredeux (le presque et déjà plus - Zones floues - La démarcation...)

Et, comment dire ? C'est toujours avec une certaine fierté que j'y retrouve le texte que j'ai proposé. 

C'est que depuis 2003, date à laquelle j'ai envoyé pour la première fois un texte, la revue les a TOUS pris mes textes ! Ma foi, être fière d'avoir été sélectionnée n'est pas honteux non ?

Bon, c'est pas tout ça, allez zou, voici le texte en question. Euh... peut-être certains reconnaîtront...

 

Fili-a-la-mediatheque-avril-2011-012.jpgTraverser le gué

 

(…) qu’il n’y ait plus d’autre alternative que le risque (Yvan Amar)

 

J’étais passée à plusieurs reprises sur la placette sans jamais vraiment remarquer, dans un renfoncement, la devanture étroite du café-concert associatif à l’enseigne pourtant peinte en lettres vermillon sur fond jaune impérial.

Et voilà qu’un certain soir, totalement mal à l’aise j’en avais poussé la porte tout en m’assenant intérieurement un joyeux bordel de grossières invectives !

« Mais qu’allais-je donc faire dans cette galère ? »

Une jeune-femme aux longs cheveux raides, très blonds, perchée sur d’affolants hauts talons, aux yeux d’un bleu très clair et à la très courte jupe m’avait accueilli d’un sourire compréhensif en me tendant un verre de blanc.

Bienvenue au pays du slam où j’entrais comme on se jette à l’eau.

 

Tous les lundi, plus tout à fait dans ma ville ni dans mes habitudes, me voici nouvelle venue, immigrante sur une terre inexplorée. Etrangeté mais pas étrangère dans ce local en sursis.

Me tombe dessus une sensation bizarre : femme folle, vire vole que fais-tu là ?

Je viens m’habiller de quelques mots, poèmes poésies et tempo.

Habiter fugaces et délicates heures inédites, inaccoutumées.

Je traverse le gué « oyez, oyez. » 

Etat ? Bancal ! Comme essoufflée d’avoir trop couru.

Habitants ? Des gens autrement.

Nos différences, nos divergences, assurément.

Mais resserrer nos distances sans discordances

S’apprend.

Chacun, chacune, sa feuille à la main ou déjà ses paroles par cœur.

Chacun, chacune, pour clamer, chuchoter, slamer.

Là est le problème. Oser, la voix haute.

Table de mixage, divans affaissés, petites tables disséminées, fauteuils fanés. Ambiance ? Vaguement boîte de nuit ; poster géant de Joey Starr…  projecteurs.

Une scène.

Répétitions ! Allons, allons, avec musique, sans musique, avec micro - sans micro, faire résonner nos écritures ; prêtons tour à tour une oreille attentive et écoutons avec application des indications.

Parce que, in fine, arrive LA soirée. LE public.

Slams d’anthologie ou ratés ;  slameurs déchaînes ou désespérés.

Je suis au milieu du gué « oyez, oyez » et je doute.

 

Toute plissée, ratatinée, en juvénile arrière grand-mère (oui, grand-mère c’est déjà fait) me serai transformée. Assise au coin du feu, les nuits d’hiver, pieds devant la flamme, légers atomes flottants dans la fumée : a-t-elle réellement existée cette période décalée où le slam, tel du lierre sur un mur, avait fini par s’accrocher sur mon cœur ?

Brumes floconneuses de nostalgie.

Les scènes ouvertes, le léger mal-être avant la prise du « mike ».

L’art et la manière de lâcher son « flow » et la jubilation les soirs d’inspiration.

Peut-être n’était-ce qu’un mirage…

L’ai-je vécu ce partage… des canettes de bière, du trac et des rimes ?

Et ces pseudonymes….

Emotion, émotion. Je fermerai les yeux.

Et là, subitement, dans l’air une vibration. Alors, tel un bel oiseau multicolore et bavard se posant sous une lune rousse dans le micocoulier voisin, resurgira l’absolue et voluptueuse sensation de liberté.

« Oyez, oyez » J’étais au milieu du gué et il fallait arriver de l’autre côté.

   

 

Publié dans le N° 79 de Filigranes-  L’imaginaire des frontières 2

Entre-deux

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche