Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 07:15

Voici, en direct d'Haïti, un extrait d'une lettre envoyée par Céline une amie d'Odette et Michel de la revue Filigranes, je pense qu'il n'y a pas de commentaires à faire, la lettre est suffisamment parlante... 

4349198005_aa804c8061.jpg
"... les phénomènes psychosomatiques se font de plus en plus sentir autour de nous… Une de nos étudiantes a « perdu » tous ses cheveux sur l’arrière de sa tête : alors que ses cheveux arrivaient avant jusqu’à la nuque, ils ne mesurent actuellement plus que quelques millimètres, c’est assez touchant. Et ce n’est qu’un exemple parmi ceux que j’entends chaque jour…

 

Ce week-end, j’ai décidé de descendre à Port-au-Prince pour passer du temps avec mes amis de là-bas (et peut-être aussi pour arrêter de bouffer mon énergie à essayer d’imaginer « comment c’est » pour eux…). Comment vous résumer ce week-end fait de tant d’émotions, allant des plus belles et intenses aux pires, de tristesse, de découragement, d’incompréhension… ?

 

En effet, belles émotions de voir la manière dont les gens (et j’insiste : LES HAITIENS) se sont organisés pour s’entraider en dépit de tout, de voir comme chaque personne qui avait une cour disponible l’a transformée en petit centre d’hébergement avec les moyens du bord, de sentir de si belles ambiances de fraternité créées dans ces lieux… Émotions incroyables de jouer aux cartes avec les enfants, de discuter avec tout un chacun, de partager des idées, des rires, de l’humanité, de la tendresse… Au sein de cette misère, des moments de bonheur si simple, si intense, si vrai…

 

Mais émotions d’une autre nature en voyant qu’au bout d’un mois, rien n’a bougé pour des milliers de personnes : la nuit venue, ils déplient un drap qu’ils étendent au bord de la route et sur lequel ils se couchent avec leurs enfants, leurs bébés… D’autres se sont réunis sur des places et ont créé des petits « abris » constitués d’un drap accroché à quatre bouts de bois tenant en équilibre. AU BOUT D’UN MOIS… Et ils attendent… ils attendent « les dons », ils attendent qu’on leur donne la possibilité de faire quelque chose…

 

Émotions de voir cette ville transformée en « ville-cimetière », faite de ruines et de tas de roches… où la vie doit toutefois reprendre, et où elle a bel et bien repris pour ceux qui le peuvent, avec les moyens du bord (vendeurs de rue, marchands, chauffeurs de taxi et taptap…).

 

Dimanche soir, alors que je m’étais gentiment endormie à la belle étoile dans la cour de mon ami Djimy, qu’est-ce qui me réveille à 23h ? LA PLUIE… La première depuis le 12 janvier… Pour ma part, j’ai pu m’abriter sous une bâche, mais comment ne pas pleurer de désespoir quand on pense à tous les autres… En 5 minutes, leur drap a le temps d’être trempé, ainsi que le vêtement qu’ils portent (pour certains, le seul et unique, je vous jure, je l’ai vu de mes yeux)… et à 3h du matin, il fait froid, vraiment. Enfin, Horrible.

 

A partir de ce genre d’expériences, à partir de tout ce que j’ai pu voir et entendre, je me suis mise à réfléchir encore plus qu’avant (était-ce possible ????), et là, il devient difficile de ne pas juger…
… Ne pas juger les aides internationales qui amènent du riz américain en masse, alors qu’en Haïti, IL Y A DU RIZ. Pourquoi ne pas faire fonctionner le marché local, pour faire vivre les cultivateurs des provinces qui ont accueilli de nombreux réfugiés avec si peu de moyens ?
… Ne pas juger les soldats américains qui se tiennent en groupe, immobiles, près des centres de distribution avec leur mitraillette au bras et aucun sourire… Sommes-nous en guerre civile ? Les Haïtiens sont-ils des chiens ? Les gens sont mal, les gens ont PEUR, ils sont terrorisés et traumatisés, les gens ont faim… et on se met devant eux avec des mitraillettes.  
… Ne pas juger les ONG qui ont apparemment des milliers de tentes à disposition, mais qu’on NE VOIT PAS sur le terrain. Qui les utilisent, où sont-elles ? Comment va-t-on gérer les prochaines pluies ?
… Ne pas juger l’aide internationale en général quand on traverse des quartiers entiers qui dépérissent, sans abris, sans nourriture, où les besoins sont faits sur place… et qui attendent toujours une assistance, aussi petite soit-elle.

 

… Ne pas juger, car j’ai envie de croire que chacun fait son possible, et que moi-même, avec mes belles théories que j’ai développées au fil des jours sur l’aide, je ne fais pas mieux J … tout en faisant au mieux aussi.

 

Sinon, à un niveau plus personnel, pour ceux qui suivent mes aventures… On m’a volé mon vélo……………… Eeeeeeeeeeh oui ! Chez moi, pendant la nuit, dans ma cour dont la barrière était fermée !!! Vous imaginez mon désarroi… Ma bicyclette qui était bien plus qu’un moyen de transport dans ma réalité… Mais bon, je vais trouver une alternative (je commence à devenir championne pour inventer des alternatives diverses pour tout ce qui m’arrive !)… Pour l’instant, j’emprunte ceux de mes amis, puis j’achèterai J

 

Allez mes amis, je vous laisse sur un magnifique poème de mon ami Guscard et vous dis à bientôt !"

 

Céline

 __________            
 
          A tous mes amis qui sont partis

 
Puisque nous ne vivons plus ensemble,
Puisque la vie en a décidé autrement,
Puisque tout a changé,
Puisqu’aujourd’hui, vous me manquez plus que tout,
Puisque tout est fichu, et la vie continue malgré tout,
Puisque nous avons tout perdu,
Puisque ce qui nous reste demeure dans nos cœurs et dans nos pensées,
Puisque sans vous, nous sommes incomplets, indécis, déprimés, corps et âme pour le reste de notre vie,
Puisque nous sommes voués au malheur, au traumatisme, à la tristesse, au désespoir, à un cauchemar existentiel et continu,
Nous partageons nos pleurs et nos regrets qui restent intarissables à votre égard !
Que Dieu ait pitié de vos âmes !
 
Guscard, 20 janvier 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article

commentaires

charlene59 12/02/2010 09:51


Je ne sais que dire...le monde est lourd en ce moment !!
Que d'injustices !!!
Bonne journée
Amicalement


Philomène 13/02/2010 10:20


Je pense que le monde est lourd depuis le début des temps ! Pour les hommes, les animaux, la nature... Mais aujourd'hui, les moyens de communications ne nous dissimulent plus rien et nous
renvoient à notre impuissance... à moins qu'à notre modeste échelle nous ne trouvions un moyen d'agir. Parfois simplement de dire...


Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche