Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 15:06


                                                      Deux = Un

   

Temps d’automne, feuilles qui tombent… les us et coutumes de la saison et de la commémoration exigeraient qu’ils arborent visage triste, humeur morose et âme en peine. Mais aussi loin que leurs souvenirs remontent, ce 1er novembre rassemblant sous un ciel souvent gris le frère et les sœurs sur le sentier malaisé, n’a jamais été pour eux synonyme de chagrin. Leurs pots de chrysanthèmes dans les bras, c’est plutôt un sentiment fraternel d’unité et de paix dont ils sont imprégnés, dés qu’ils s’immobilisent devant la première tombe du premier cimetière, celui des étoiles.

Etoile inavouée ?

Alignés devant l’austère dalle de marbre noir ils ne parlent pas, attentifs à la mélopée du gardien psalmodiant la prière. Puis, après avoir déposé leurs fleurs et comme le veut la tradition une pierre ramenée de ci, trouvée de là, sur le marbre lisse et froid, ils redescendent le sentier caillouteux recouvert d’aiguilles de pin et de noix de cyprès. Et les voilà devant la petite porte.

 
Une si banale petite porte de ferraille verdâtre.

Ouverte le jour, fermée la nuit.

Passage étroit reliant deux mondes, deux cimetières, deux religions. Mais cette traversée là, sans frontière, est leur histoire, leur héritage, leur fortune, le trésor secret enfoui au fond de leur cœur. Franchir la porte comme un rituel sacré renouvelé chaque année 

 

Le deuxième cimetière est celui des croix.

Croix affichée ?

Ils ont passé la porte et par une étonnante alchimie, l’air est devenu comme plus léger. Ils n’ont pourtant fait que quelques pas, ils sont pourtant toujours dans la même ville, mais leurs cœurs sont moins lourds et leurs langues se délient. Ils parlent de tout et de rien et c’est un rien aérien. Les voici arrivés dans l’allée des Vernis du Japon, parce que dans ce cimetière-ci, les allées ont des noms. Devant le deuxième tombeau qui se donne des airs de petite chapelle, les vieux enfants posent leur deuxième pot de chrysanthèmes et comme tous les ans s’essaient à déchiffrer leurs racines, les noms dédorés par le temps apposés sur un des côtés de l’oratoire familial.     

  

Ne reste plus qu’à refaire le chemin en sens inverse. Ils marchent et leurs pas résonnant si clairs sur les pavés disjoints révèlent leur vérité. Il n’y a rien à nier, rien à rejeter. C’est une évidence qui atteste. Oui, c’est possible d’avoir une double appartenance. Il est si simple de tout garder et tellement, tellement prodigieux de choisir de ne pas choisir.


(Texte paru dans le N°67 de Filigranes "Intime vs Extime)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche