Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 06:58

 

3679649674_7d466b12ab.jpgA quoi mène la génétique ? Et bien à Marseille, à retrouver les arrière arrière arrière petits-enfants de Protis !

 Bref rappel historique : Protis est ce marin grec venu il y a 2611 ans, de Phocée, ville turque aujourd'hui,  à bord d'une "pentécontère", lourd vaisseau conduit par 25 rameurs sur chaque bord et une unique voile carrée.

Mettant le pied à terre le jour précis où Nann, le roi des Ségobriges (une des tribus installées sur la côte méditerranéenne) mariait sa fille Gyptis, Protis allait sceller le destin de Marseille.

 

Les ségobriges étaient féministes avant l'heure, car ils n'obligaient pas les filles à se marier contre leur gré. Non, selon la coutume, la fille du roi devait désigner son époux en lui tendant une coupe d'un doux breuvage à la fin d'un banquet.

Ce jour-là, Gyptis choisit Protis et en cadeau de mariage, Nann leur offrit la bande de littoral qui allait devenir Massalia.

 

De nos jours, restait-il encore des descendants du célèbre Grec et de ses marins ? C'est ce qu'une étude génétique internationale, conduite par Jacques Chiaroni, directeur de l'Etablissement français du sang à Marseille, a cherché à démontrer.

Le résultat annonce que 4% des hommes dans la région marseillaise sont des descendants directs des phocéens.

Comment le lien entre le marin grec et les prélèvements sanguins a-t-il pu se faire ? Et bien l'Etablissement français du sang a recruté des volontaires résidant près de sites où ont été retrouvés des vestiges de l'occupation phocéenne. Ensuite les chercheurs ont retenus ceux considérés comme "des provençaux de souche".

Puis leurs échantillons sanguins ont été étudiés pour savoir si leur chromosome Y portait "le signal phocéen", soit "le marqueur E-V13".

Car en Grèce comme dans ses anciennes colonies d'Asie Mineure, c'est-à-dire le littoral de la Turquie actuelle, d'autres prélèvements avaient été effectués faisant apparaître cette mutation.

 

Et voilà pourquoi l'étude conclut que le gène de Protis «peut retracer l'impact démographique et socio-culturel de la colonisation grecque à partir de l'antique Marseille, premier port que les phocéens touchèrent sur nos côtes méditerranéennes.»

 

(D'après l'article de Philippe Larue - La Provence du vendredi 22 avril 2011)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article

commentaires

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche