Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:48

 

2806477420_20f34e4390.jpgLe jeudi matin est consacré à la gymnatisque holistique La rentrée (et la méthode Ehrenfried) ; donc jeudi dernier comme d'hab. je me gare à proximité du cours, c'est-à-dire que je trouve une place sans problème (horodateur...) dans la rue Edmond Rostand Poterie .

Je sors de ma petite auto, me dirige vers l'appareil le plus proche ancré sur le trottoir d'en face un peu plus bas dans la rue.

Devant moi, un charmant jeune-homme peste après ses pièces que la machine lui rend gentiment !

Enfin, à force de persévérance, l'homme obtient son ticket de stationnement. A mon tour je glisse une pièce dans l'appareil, prend mon bout de papier validé.

A ce moment-là je retourne vers ma voiture et qu'est-ce que je vois ? Un agent de la police municipale en train de me verbaliser !

Je hurle tout en m'approchant et explique que j'étais en train de prendre mon ticket mais que la chose a pris un peu de temps à cause de mon prédécesseur.

 

Justement le jeune-homme, garé juste devant moi et revenu in-extremis lui aussi, confirme mes dires.

- Mais qu'est-ce qui me prouve que vous veniez d'arriver, me jette hargneusement le policier.

Je manque de m'étouffer !

- Mais c'est la vérité ! En plus cela ne m'était encore jamais arrivé, c'est une sacrée coïncidence !

Ouais ! Mais j'ai pas des yeux dans le dos, moi ! Quand vous allez payer, Il faut mettre le warning ou laisser un mot sur le pare-brise "je suis en train de payer".

Je manque de m'étrangler.

- Attendez, je n'ai jamais vu personne mettre son warning ou laisser un message sur son pare-brise !

- Et bien c'est ce qu'il faut faire. Mettez-vous à ma place. Comment je peux deviner ?

- Ben... mettez-vous à ma place aussi !

- Je n'ai pas à me mettre à votre place  ! Je fais mon boulot et puis c'est moi qui détient le pouvoir et je fais comme je veux !

_____________________________________________

 

Et bien maintenant, je compte sur vos témoignages et vous remercie par avance ! Laissez-moi vos commentaires, dites-moi qui parmi vous à déjà mis pendant ce court laps de temps entre le moment où l'on se gare et le moment où l'on revient son ticket de paiement à la main, qui a installé donc, son warning ou laisser bien en vue sur son pare-brise un joli message genre "cher officier de police, je suis en train de payer, un peu de patience je vous prie".

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article

commentaires

Angie91 01/01/2011 17:40


Cet épisode m'a rappelé un souvenir! J'avais écrit un article à ce sujet. Je te livre! Bisous!
LES LARMES

Je n’ai jamais beaucoup pleuré. J’ai reçu une éducation stricte à ce sujet. On ne devait pas pleurer pour rien. Finalement, j’ai appris à serrer les dents et à garder mes larmes. Il n’y a que peu
de temps que je m’autorise à pleurer… Et je dois dire que c’est salutaire !! J’ai un souvenir attendri d’un jour où j’ai pleuré de façon inattendue.

C’était pendant l’hiver. Il faisait très froid cette année là ! Mon mari, en emmenant mon fils au collège, avait dérapé sur une plaque de verglas et abîmé tout l’avant de la voiture, y compris la
plaque d’immatriculation. Mais le moteur n’avait rien et la voiture pouvait rouler sans danger. Nous rafistolons donc tant bien que mal la plaque. Dès le lendemain, je prends rendez-vous chez le
garagiste. Une date est fixée pour la réparation.

Le soir même, ma mère m’appelle en urgence : mon père s’était remis au lit le matin même, se plaignant de la tête, et le soir, vers vingt heures, il n’était toujours pas réveillé! En effet, il
était dans le coma. Il avait une méningite, mais nous ne le savions pas encore. J’appelle les pompiers, nous partons pour l’hôpital…

Pendant les jours qui suivirent, j’avoue que j’étais très occupée. Je devais m’occuper de ma maman, complètement perdue, gérer les allers retours à l’hôpital… tout en continuant à m’occuper de la
maison, des enfants, du travail… Enfin, tout le monde a connu ça un jour ! Je tenais assez bien le coup. Je ne pouvais pas trop me permettre de m’écrouler. Donc je prenais sur moi.

Le coma dura presque trois semaines. Nous allions quotidiennement à l’hôpital qui se trouvait à 40 kilomètres de chez nous.

Un soir, nous revenions de l’hôpital, maman et moi. Je roulais normalement mais je me fais arrêter par la police. J’avais complètement oublié, avec tous ces problèmes, que ma voiture était
accidentée !

Il m’arrête donc et me dit : « Vous n’êtes pas en règle, votre plaque d’immatriculation n’est pas posée correctement. » Je lui réponds qu’effectivement nous avons eu un accident, que rendez-vous
est pris quelques jours plus tard chez le garagiste, ce qui était vrai. Il ajoute alors : « Je ne veux pas le savoir, je vais verbaliser. » Et il sort son carnet !

Alors là, je ne sais pourquoi, toute la tristesse que je refoulais depuis des jours est ressortie brutalement. J’ai éclaté en sanglots ! Pas des petites larmes ! Non ! Des vrais sanglots ! Je
sanglotais sans pouvoir m’arrêter, essayant d’expliquer entre deux crises de larmes, que je pleurais parce que mon père était à l’hôpital et non pour ce fichu PV. Ma mère, à côté de moi, s’était
également remise à pleurer, et essuyait ses yeux rougis qu’elle cachait derrière des lunettes noires.

Et là, j’ai vu le stylo du policier hésiter. PV… pas PV… Il a longuement hésité… puis il a dû décider que j’étais sincère et assez dans l’ennui comme ça, et il a prononcé le fameux : « Allez,
circulez ! »

Quand j’y repense aujourd’hui, c’est toujours avec un petit sourire ! Tout d’abord parce que les problèmes se sont arrangés. Mon père a fini par sortir du coma et, après une rééducation, il a
retrouvé toutes ses facultés !! La voiture a fini par être réparée et le printemps est arrivé… nous faisant oublié cette douloureuse période !

S’il me prenait l’envie de simuler une crise de larmes, jamais je ne réussirais à le faire ! J’ai pleuré ce jour là comme je ne l’avais jamais fait ! Et finalement ça m’a fait un bien fou !


Philomène 01/01/2011 18:17



Merci pour ce témoignage émouvant ! Oui, c'est exactement ça. On se retient de pleurer et tout à coup, ça déborde parce que trop c'est trop ! Au fait... mon fils a eu une méningite à l'âge de
3 ans... il est entré à l'hôpital dans le coma aussi et il a été sauvé.



Opsomer 19/12/2010 11:10


"Un officier de la police municipale en train de me verbaliser !" L'ennui est qu'il n'existe pas d'officier dans la police municipale. Il y a des chefs de service de police municipale, des
directeurs de police municipale mais pas d'officier. La police municipale n'est ni la police nationale ni la gendarmerie nationale. Vous avez été verbalisée par un agent de police municipale (dont
les compétences sont différentes de celles d'un gardien de la paix ou d'un gendarme), voire un ASVP (agent de surveillance de la voie publique) dont la principale mission est le stationnement
payant. Cela dit, rien ne vous empêche de protester auprès du maire puisqu'il est à la fois leur employeur et leur chef hiérarchique. Enfin, n'oubliez pas que ces agents municipaux sont recrutés et
payés grâce à vos impôts locaux.


Philomène 19/12/2010 13:57



Merci pour ces renseignements, je ne suis pas très calée en matière de police municipale  ! Je vais rectifier. Je ne nie pas la mission de ces agents, j'ai seulement relevé le manque de
spychologie de cet agent qui voulait que je me mette à sa place mais refuser lui de voir mon point de vue. Ensuite, ce que je n'ai pas noté, c'est que j'ai souri et qu'il a ajouté : "vous n'avez
pas à rigoler, il n'y a rien de drôle" ! Ma foi, la vie est tellement grave par moments que si, pour moi, la situation avait un côté cocasse. L'existence sans humour, au secours
!!!



Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche