Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:50


Je crois avoir déjà quelque part dans ce blog expliqué d'où me vient ce pseudonyme de Philomène ; nom d'une nasse rebelle dans l'un des 4 contes du tome 1 des Contes de la Méditerranée.
Un compagnon en Filigranes, lors d'un précédent séminaire de la revue m'a apporté un petit dépliant sur la sainte dont j'ignorais tout, y compris qu'il y ait eu une sainte Philomène !

Fille d'un prince qui gouvernait un petit Etat de la Grèce et d'une mère de sang royal convertis au christianisme, Philomène naquit un 10 janvier.
A l'âge de treize ans, ses parents l'emmenèrent à Rome, au palais de l'empereur Dioclétien qui menaçait leur état d'une guerre injuste. Après l'audience, l'empereur accorda tout à son père et lui demanda la main de la jolie princesse.
Malgré les pressions de ses parents, Philomène refusa net. Sa décision inébranlable provoqua la colère de Dioclétien qui la fit jeter dans la prison de son palais et enchaîner.
Chaque jour, il la visitait, la poursuivant de ses menaces et de ses assiduités. Mais Philomène ne cédait pas.
Là, l'histoire raconte qu'elle fut d'abord flagellée, puis jetée dans le Tibre une ancre de fer attachée au cou et enfin qu'on la transperçât de flèches.
A chaque fois la princesse sortait indemne des tortures et des miracles étaient constatés...
L'empereur décida alors d'en finir en ordonnant la décapitation de la jeune-fille un vendredi 10 août.4122794720_71c8ca4766.jpg

Ses reliques reposent aujourd'hui à Mugnano, un village près de Naples.



Ethymologiquement,  Philomènè signifie aimé(e), c'est la forme passive, au participe passé, du verbe grec philein, aimer.
C'est un nom que l'on rencontre régulièrement dans l'Antiquité, au masculin comme au féminin. Devenu rare dès le Moyen Âge, du moins dans les pays de culture latine, il connut un léger regain de faveur au XIXe siècle, en raison de la légende qui se créa autour de sainte Philomène et de l'écho que lui donna le curé d'Ars, Jean-Marie
Vianney.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article

commentaires

valerie 19/05/2010 20:51


Et puis, il nous "fait voir" sur des contrées dont parfois, nous ne savions rien.


valerie 19/05/2010 20:49


Il a écrit toute une série de livres sur les "haïdoucs", ces espèces de Robin des bois Roumains qui ont combattu les oppressions turques et greques, et en dehors des chardons du Baragan, je n'ai lu
que:
"Domnitza de Snagov" où la forte personnalité de l'héroine guerrière et capitaine des haïdoucs nous poursuit longtemps.
Il dit qu'il avait perdu l'élan pur l'écrire parce qu'il était retourné en Roumanie en 1925 et avait vu de quelles cruautés les roumains eux-même étaient capables.

Ses romans sont dignes d'une épopée et un grand souffle (lyrique?) les habite. j'aime beaucoup quand il nous conte les paysages et nombre de ses personnages deviennent inoubliables.
Bonne lecture!


valerie 18/05/2010 20:57


Et bien justement, c'est de Panaït Istrati et il est possible qu'il ne soit plus ré-édité. C'est un ami antiquaire bourguignon qui me l'avait prêté.

A Chercher sur internet. ça fait plusieurs années que j'espère le trouver par hasard sur une brocante.


Philomène 19/05/2010 19:57



Voilà, je viens de me faire un cadeau : FNAC.com (pub !!!) en commandant, grâce à toi, "Les chardons du Baragon". De Panaït Istrati, j'avais surtout adoré "Le pélerin du coeur", et lu
aussi des nouvelles dont je ne me souviens plus du nom ! Mais derrière l'écrivain, il y a aussi l'histoire d'un homme que j'aime bien. Merci Valérie.



valerie 18/05/2010 14:21


Je n'en avais jamais entendu parler avant qu'un ami ne me prête Les chardons du Baragan et j'y ai trouvé comme un souffle authentique.


Philomène 18/05/2010 19:30



Je ne connais pas "Les chardons du Baragan", c'est de qui ? Je vais essayer de le trouver et de le lire ! Merci pour ce renseignement.



Librellule à tête de chat 17/05/2010 20:07


Et vous aimez Panaït Istrati

Bien apprécié ma petite visite à Marseille, ville que je ne connais pas du tout mais toujours joliment vantée par les Marseillais


Philomène 18/05/2010 09:13



C'est-à-dire qu'il n'y a pas de demi-mesuresavec Marseille. Soit les gens qui y vivent l'aiment avec passion soit ils la détestent !


Oui j'aime Panaït (un peu passé aux oubliettes malheureusement !)



Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche