Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 07:33
TROP (revue Filigranes)

Le numéro 85 de la revue

Filigranes vient de sortir.

"Pas si simple, le monde" - 2

Thématique : "Dans le multiple"

TROP

Ou

« Miroir, mon beau miroir… »

Ou

Trois filles en quête d’image

 

Trop. C’est trop.

Un, deux, trois, quatre brouillons dans la corbeille à papier.

Cette fois, ma foi, je n’y arrive pas ! Mes petites cellules grises se trouveraient-t-elles en surcharge ? En ce moment, trop de projets. Tant de rôles à jouer. Tant de costumes à endosser.

En outre, quand l’inspiration part en goguette et qu’en prime le thème imposé ne déclenche que des ébauches mal ficelées me faisant juste grimacer : beurk ! c’est mauvais… rébus ! Revenir au début.

D’abord, trouver la porte ! Sinon, entrer par la fenêtre ! Mais pour aller où ?

N’empêche, si je commençais par avancer à tâtons dans l’obscurité, à la recherche d’une idée.

Changer de masque. Appeler à la rescousse Philomène qui imprime des slams dans ma tête. Mais Philomène fait la sourde oreille. « Vous me la baillez belle, dit-elle ».

Alors, demander assistance à cette autre habitante qui, en moi, invente des « Pola » ?

Mais cette colocataire est partie se balader avec crayon et papier du côté du Panier[1]

Hypothèse habile : modifier l’itinéraire. Prendre un chemin de traverse, glisser sur un éboulis, emprunter un escalier resserré. Ou carrément choisir une impasse qui oblige à revenir sur mes pas. Puis écrire à l’encre sympathique…

Néanmoins, ces diverses voies ne m’amenant que dans un temps sans rimes ni raison, ne me reste plus qu’à enjamber le muret barrant ma vision d’un texte adéquat. Passer de l’autre côté, le cœur hésitant. Qu’est-ce qui m’attend ? Bah ! le savoir gâcherait le plaisir. Toujours garder le désir.

Sur le mur, il y a une poule qui picore du pain dur.

Le pain dur m’expédie dans le passé : une maisonnette en surplomb de l’anse de Maldormé[2], trois filles, un mois d’août. Un autre muret par-dessus lequel les minettes jetaient des miettes aux poissons.

 

Dans ce cabanon, fixé sur un mur, un grand miroir décor 1950. A tour de rôle, les trois amies avaient pris l'habitude, en maillots deux pièces, de s’installer en face pour se détailler scrupuleusement.

Marilyne se désolait toujours :

- Regardez cette poitrine ! C'est terrible d'avoir une si grosse poitrine ! Et mes jambes ? Pourquoi ai-je des jambes aussi lourdes ? Et mon nez...

Elle gémissait :

- En vérité, ce corps est-il bien le mien ?

Ah ! N’est-ce pas le propre de la plupart du commun des mortels que de se vouloir différent ? S’effacer à la gomme arabique…

Patricia se situait dans un registre plus désopilant :

- A mon tour... Commençons par les jambes, hum ! ça va… Le haut ? Ça va aussi… mais alors, admirez ce cul !

Elle se tapait sur les fesses, se dandinait devant la glace.

Je lui répondais (étant l’une de ces trois futiles adolescentes) :

- Il est parfait, ton derrière.

 

Et moi ? Mon apparence me convenait-elle ? Bernique ! Cette épaisse tignasse frisée, telle une fantaisiste perruque posée sur mon crâne, n’était absolument pas à la mode dans les années soixante. Je me rêvais avec une chevelure raide, lisse, aussi plate que la surface d’un 45 tours !

Conclusion évidente du minutieux examen : nos enveloppes extérieures étaient loin d’être en parfaite adéquation avec le contenu de nos esprits. Chacune, face à une doublure non conforme ! Laquelle était la vraie, celle du miroir ou celle du mental ?

Patricia, rigolarde, assurait :

  • Au moins, aux yeux des parents, nous sommes les plus belles !

Ah ! Un reflet de plus…

  • Et les copains, renchérissait Maryline, ils nous voient comment ?

Bigre, cela faisait beaucoup de filles dans une si minuscule maison.

 

Aujourd’hui, Marilyne se mire dans le regard de Dieu, Patricia a choisi d’entamer une nouvelle vie au pays de Don Quichotte.

Et moi ? Moi, je cherche le premier mot de la première ligne d’un texte sur la multiplicité… mon âme ébauche un sourire comme celui du chat du Cheshire[3].

 

 

Jeannine Anziani

 


 

[1] 13001 – et prochaine aventure de Pola de Marseille

[2] 13007

[3] Alice au pays des merveilles (Lewis Carroll)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

senta 14/07/2013 11:26

Quelle jolie visite dans le temps! et quelle belle plume...

Philomène 28/10/2013 19:44

Enfin accès à mes commentaires ! Mon nouvel ordi les bloquait. Merci de votre visite.

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche