Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 12:41
Août 2014 à Port Miou
Août 2014 à Port Miou

Est-ce qu'un matin, ou un soir... je me lasserai de cet endroit ? Comme dit Hubert, un copain-voisin de la calanque "ça fait 35 ans que je viens et je suis toujours sous le charme !"

Nous sommes plusieurs dans ce cas. Ce qui étrange, c'est que même si certains d'entre nous vivent dans de charmantes maisons et dans un environnement de calme absolu, l'atmosphère de la calanque nous envoûte tout de même.

Ce n'est pas le même silence, ce sont d'autres sons, ce n'est pas la même paix, c'est couler dans un autre rythme.

Autour du "Château"
Autour du "Château"
Autour du "Château"

Autour du "Château"

Enfin, comme toujours et partout, il y en a qui résistent, qui ne VOIENT pas. Mais.... ce sont des touristes de passage, encore intoxiqués !

Penchée sur sa tablette... davant la Capitainerie, pourquoi ne regarde-t-elle pas autour d'elle ? En face ? Au-dessus ? En-dessous ?

Penchée sur sa tablette... davant la Capitainerie, pourquoi ne regarde-t-elle pas autour d'elle ? En face ? Au-dessus ? En-dessous ?

Des reflets... des jeux de lumière... l'odeur de l'iode...
Des reflets... des jeux de lumière... l'odeur de l'iode...
Des reflets... des jeux de lumière... l'odeur de l'iode...

Des reflets... des jeux de lumière... l'odeur de l'iode...

Repost 0
Published by Philomène - dans LA Calanque
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 16:10

C'est ma quatrième participation aux Nocturnes littéraires, mais la première fois que je me rends à Bormes-les-mimosas (Var) dans le cadre du Salon. Les autres années se présentait toujours un empêchement pour ce soir-là.

Donc, L'Homme et moi, nous rejoignons le charmant village perché au-dessus du Lavandou avec un grand plaisir ; en plus, le bruit court parmi les auteurs que c'est LA meilleure soirée question ventes. Hé ! Ne pas perdre de vue que les auteurs ne peuvent vivre que d'encre et d'eau fraîche...

Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas
Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas
Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas
Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas
Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas

Ruelles et maisons de Bormes-les-Mimosas

Et... je me souviens... quand j'étais gamine, tous les mois de février, avec parents, frère et soeur, nous partions un dimanche cueillir le mimosa  au coeur du Massif des Maures,.dans la forêt du Don toute proche. Toujours nous faisions une halte à Bormes... où déjà les touristes affluaient... certes moins nombreux qu'aujourd'hui, surtout en plein hiver !

Nocturnes littéraires 2014 Bormes-les-Mimosas
Nocturnes littéraires 2014 Bormes-les-Mimosas
Nocturnes littéraires 2014 Bormes-les-Mimosas

Mais... les années se suivent et ne se ressemblent pas ! Les lecteurs fidèles aux Nocturnes de Bormes n'étaient pas tous au rendez-vous et ceux qui passaient... ne faisaient souvent que passer !

La crise ? Les auteurs et la libraire s'interrogent... sans contestation, la meilleure soirée a pour tous été cette saison, celle du mercredi 7 août à Cassis.

Mais moi, j'aime quand même énormément certain moment jubilatoire comme celui où une gamine pile devant ma table :

- Oh ! Maman ! Pola !!!

Je demande :

- Tu connais Pola de Marseille ?

- Oui, on l'a dans ma classe.

J'apprends alors par la mère que la fillette va à Marseille dans une école privée de La Gavotte et que les enfants ont "étudié" Pola de Marseille - Sur le Vieux-Port.

Forcément, la petite-fille est repartie, ravie, avec un exemplaire dédicacé de Pola de Marseille - Chez le voisin qu'elle ne connaissait pas et en affirmant :

- Et je l'amènerai à mon école à la rentrée !

Nocturnes littéraires 2014 Bormes-les-Mimosas
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 11:56
Salon du livre de Cotignac - 20 juillet 2014

J'ai quitté Marseille sous orage... mais heureusement sur l'autoroute, le ciel se dégage et l'arrivée à Cotignac, typique village du haut Var, se fait sous un ciel plus clément.

Ouf ! A présent, les lecteurs n'ont plus d'excuses... Hélas ! Le public boude. Pas grand monde sous les grands platanes ombragés. En plus, quand des gens s'arrêtent devant ma table ou celle de mes voisines, j'entends des propos étonnants.

Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...
Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...
Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...
Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...
Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...

Se consoler du peu de ventes en admirant l'environnement : une magnifique maison, le lavoir...

Donc, une dame s'approche de mes livres, regarde négligemment les couvertures des Pola de Marseille. J'engage la conversation, la dame est grand-mère, ça m'ouvre des possibilités, en général, les grands-parents craquent pour Pola !

Sauf que cette personne me répond :

- Oh ! Vous savez, hier j'ai acheté pour mes petits-enfants 30 livres à une brocante.

30 livres à 50 centimes, ajoute-t-elle ! Parce-que voyez-vous, je n'achète jamais de livres neufs...

 

Changée en méduse, je ne peux rien répondre. Et pourtant.

Bien sûr, qu'il est intéressant de se procurer des livres d'occasion à un si bas prix, il m'arrive aussi d'en acquérir. MAIS j'achète aussi DES LIVRES NEUFS.

Car, ce que cette brave dame (un tantinet méprisante) ne réalise pas, c'est que si elle ne s'offre ou n'offre JAMAIS de livres neufs, et si tout le monde se met à faire de même, ma foi, très rapidement, il n'y aura plus de livres DU TOUT !!!

Car pour trouver des bouquins d'occasion, il est nécessaire qu'ils aient d'abord été édités...

Si plus personne n'achète de livres neufs, un beau soir, il n'y aura plus d'éditeurs, plus d'auteurs, plus de livres à 50 centimes... plus de livres...

Alors à la poubelle, les albums ? En tout cas, celle-là a été relookée !!!

Alors à la poubelle, les albums ? En tout cas, celle-là a été relookée !!!

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 09:20

Au mot vacances, mon Petit Robert donne plusieurs définitions dont "repos, cessation des occupations, du travail ordinaire".

Indication difficile à suivre à la lettre si l'on reste chez soi....car  comment oublier de faire les courses, le ménage ; ne plus rien laver ni repasser ni ranger... ne plus pointer les relevés bancaires qui se pointent... sans compter la cuisine si l'on ne veut pas mourir de faim !

Pourtant, ces jours-ci, j'ai décidé que, tout de même, j'avais grand besoin, de me mettre en vacances ! Ne me restait plus qu'à faire un effort... dans le bon sens. Soit,  d'en faire moins ou de faire différement ! Changer de rythme, d'habitudes, de boulanger ? J'ai un peu de mal mais je progresse...

Maintenant, si l'on en revient au Petit Robert : "cessation... du travail ordinaire". Qui m'empêche de transformer mon travail "ordinaire" en travail "extraordinaire" ? En fait, un vrai challenge, attraper une autre vision... un autre mode de fonctionnement comme ...

Me remettre au lit après le petit-déjeuner pour lire, laisser les petits moutons de la poussière vivrent en paix pendant que je m'amuse à un prochain projet d'écriture ; demander à L'Homme de faire cuire les steacks...

Se mettre en vacances ?

Tout un travail !

 

Un des grands pins de Port Miou, la calanque où poursuivre les vacances ! Et là, pour de bon, les ocupations changent...

Un des grands pins de Port Miou, la calanque où poursuivre les vacances ! Et là, pour de bon, les ocupations changent...

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 11:52

Combien d'années, que nous sommes "citoyens de la calanque" ? Trente, quarante... "quand on aime, on compte pas !"

Ah ! La calanque... MA calanque !!! où nous avons changé une fois de rive et plusieurs fois de places !

Depuis deux mois, nous avons encore déménagé ! Nous nous sommes éloignés de l'entrée, rapprochés du "Château" et retrouvés des copains-voisins.

Maintenant que nous ne naviguons quasiment plus, plus de Grand bateau, plus d'énergie, Port Miou est vraiment pour nous "le port meilleur" où l'on pose ses valises, ses soucis, où l'on vient se ressourcer, vivre au présent l'eau, l'air, le soleil...

Nouveau point de vue sur la rive d'en face
Nouveau point de vue sur la rive d'en face

Nouveau point de vue sur la rive d'en face

Port Miou : "semblable à une émeraude enchâssée" a écrit Bouyala d'Arnaud. Et notre Frédéric Mistral n'a pas été en reste : "(...) les falaises se resserrent tout à coup, et vous croyez que l'âpre gorge finit là..."

Au pied du bateau, "mon" nouveau jardin... "ma" piscine !
Au pied du bateau, "mon" nouveau jardin... "ma" piscine !
Au pied du bateau, "mon" nouveau jardin... "ma" piscine !

Au pied du bateau, "mon" nouveau jardin... "ma" piscine !

Je sais, il y a celles et ceux qui suivent ce blog régulièrement et qui connaissent (par coeur !) la catégorie intitulée "LA calanque";

Je m'adresse à présent à celles et ceux qui viennent pour la première fois et je leur dis :

- Soyez curieux, allez donc à votre tour en apprendre un peu plus sur ce lieu magique

qu'est Port Miou en vous baladant dans cette catégorie.

Mon salon d'été

Mon salon d'été

Mais toujours quelque vaisselle à faire... (sans lave-vaisselle !)

Mais toujours quelque vaisselle à faire... (sans lave-vaisselle !)

Repost 0
Published by Philomène - dans LA Calanque
commenter cet article
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 11:26
Eanna (et Pola) au chantier Borg

Au 25 Esplanade du Pharo - 13007 MARSEILLE se cache le hantier naval Borg.
J'ai fait la connaissance de Denis Borg il y a quelques années déjà, lors des dédicaces avec la librairie Outremer pendant le Salon Nautique de La Ciotat. Vous devez pouvoir en retrouver la trace quelque part dans ce blog !

Denis est un garçon épatant, dépositaire d'un savoir-faire ancestral et qui a reçu en 2008 le label « Entreprise du Patrimoine...

Pour en savoir un peu plus, taper :www.chantiernavalborg.com/

Ce samedi 21 juin, pour les Editions Eanna, Denis avait mis un de ses hangars à la disposition de la culture.

 
C'est le chantier Borg qui vient de réaliser la copie du bateau ayant amené Protis à Marseille
C'est le chantier Borg qui vient de réaliser la copie du bateau ayant amené Protis à Marseille
C'est le chantier Borg qui vient de réaliser la copie du bateau ayant amené Protis à Marseille
C'est le chantier Borg qui vient de réaliser la copie du bateau ayant amené Protis à Marseille

C'est le chantier Borg qui vient de réaliser la copie du bateau ayant amené Protis à Marseille

Eanna (et Pola) au chantier Borg

Et qu'on ne vienne pas me dire que Pola de Marseille, LA nouvelle héroïne, n'intéresse que les filles !!! Si, si, j'ai quelquefois entendu des mamans et des mamies le dire... et du coup bouder les albums ! Ma foi, voici une preuve de plus, après la fête du livre de Cabannes (voir article précédent), qu'elle séduit magistralement les petits garçons !

Celui-ci a tenu à toute force que son père, dès le bouquin acheté,  lui lise fissa l'aventure.

Eanna (et Pola) au chantier Borg

Alors, vous avez lu l'article de La Provence : "(...) l'héroïne Pola de Marseille

avec ses étonnants pouvoirs magiques citoyens"...

Yep !

Repost 0
Published by Philomène - dans Pola de Marseille
commenter cet article
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 12:01

Pour les 30 ans de Fili, le N°87 nous attendait en cadeau de bienvenue au séminaire. En plus, les graphismes de cet exemplaire sont signés... Pascale Anziani ! C'est-à-dire Fille Chérie.

Photos magnifiques bien entendu ! (J'attends leur envoi pour vous les ajouter)

Sous la thèmatique générale de l'année : "De l'encre et du papier. Au coeur de l'humain", ce numéro s'attachait à "Un petit penchant pour l'écriture".

Page 42, il y a ma participation... Bonne lecture.

 

A marée basse

 

C’est une longue langue de sable fin et doré qui longe une forêt de pins et s’applique à festonner le bassin d’Arcachon.

C’est marée basse, un garçonnet et deux fillettes jouent paisiblement à trois pas d’un papa attelé, plein d’ardeur, à la construction d’un château monumental. A quelques encablures, oublieux de béquilles, deux modestes voiliers sont couchés sur le flanc. Fond de scène : les piquets de bois des parcs à huitres, lancent vers le ciel leur nue rigidité.

Avis de grands moments, imminents.

Cueillir la sérénité, la poser sur son cœur ; se rassasier de beauté, humer le vent, remercier les dieux et le temps.

Incliner le corps vers la grève, déchiffrer les arabesques sculptées par le ressac, rendre grâce à la nature ; se redresser apaisée dans cette échancrure du temps.

A marée haute, envolés les minots ! Mais les voiliers flottent benoitement, les piquets émergent à peine de l’eau verte et je nage en pleine félicité.

Écrire à contre-courant.

J’avais treize ans. Premier long périple en compagnie des parents. Juste avant le départ, mon père m’avait tendu un petit carnet rouge à spirale. Rouge franc.

  • C’est pour toi : un carnet de voyage. Attention, tu devras écrire tous-les-jours, sans faute… Ce n’est pas compliqué, tu n’auras qu’à simplement décrire le déroulement des journées : les départs, les arrivées, les visites aux musées, même, pourquoi pas, les menus des repas…

J’avais attrapé le carnet, j’avais attrapé l’écriture.

J’ai retrouvé le carnet plus de cinquante ans après : écriture enfantine sous la si belle et harmonieuse écriture tutélaire du père. D’ailleurs, au fil des pages, davantage du père... Mais, sûrement, subrepticement, quelque chose s’était mis en place.

Il avait insisté :

  • Écrire pour ne pas oublier.

Aligner des mots sur du papier ? Pour quoi, pour qui ?

Ne pas se leurrer, au début il s’agit de se raconter. Forcément, toujours, quasiment, ça commence par le MOI.

Ensuite ?

Incliner la tête, les pensées se mettent à glisser comme sur un toboggan. Quels sons font les pensées ?  Tantôt un clapotis de vagues claires, fraîches et sincères ; tantôt un grondement sourd, sombre, angoissant, à l’instar de l’océan.

Au passage dérivent des images et, sage allégresse, s’arriment des phrases.

Qui seraient comme autant de grains de sable.

Certain, c’est le sable d’un chemin.

Pour aller vers…

Jeannine Anziani

Le bassin d'Arcachon - Janvier 2014

Le bassin d'Arcachon - Janvier 2014

Repost 0
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 12:04

Pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas (encore) la revue d'écritures et qui feraient une première halte sur ce blog, je conseille un petit tour dans la rubrique "Autour de Fili" sur ce même blog, colonne de droite dans la rubrique catégories.

30 ans en Filigranes

Il y a Pierre, venu d'Avignon, Françoise de Montpellier, Christiane et Claude de Conques, il y a des marseillaises, des toulonnaises... des belges !  enfini bien sûr, il y a Michel (Neumayer) seul aux commandes désormais. Seul ? Est-ce bien sûr ? L'ombre d'Odette plane...

Le programme est conçu sur 2 jours, samedi 7 et dimanche 8 juin : avec Filigranes, quel regard sur le temps ? Qu'est-ce que j'ai fait ? Que représente chaque page, chaque texte ?

Filigranes, 30 ans entre mémoire et histoire.

Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...
Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...

Michel Neumayer directeur de la revue - Laure-Anne, Arlette... Françoise, Teresa, Monique, Pierre...

Filigranes  ? Des ateliers de savoir, des démarches de création. "Penser, construire, c'est faire une pause dans la cité des hommes". (Pierre Colin)

Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...
Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...
Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...
Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...
Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...

Filigranes : partage de savoir, mais aussi de nourritures bien terrestres ! Et des pauses...

Repost 0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 12:24

Remontons un peu nos montres ! Parce que ce blog, je ne peux pas dire qu'il ait suivi ces temps derniers le calendrier...

Donc revenons au mardi 3 juin en début d'après-midi. Me voici à Cabannes : charmant village à deux pas d'Avignon. Deux classes de CM 2 m'attendent pour discuter de Pola de Marseille - Sur le Vieux-Port.

La si jolie école primaire de Cabannes côté cour

La si jolie école primaire de Cabannes côté cour

Les élèves ont déjà étudié en classe le bouquin mais nous revenons sur le message du livre soit la propreté de l'environnement.

Ensuite, hé ! hé ! ont-ils bien perçu sous le grand chapeau de ce premier message, les autres petites leçons disséminées au fil des pages ?

Ben non !

L'école côté jardin (réservée aux enseignants)

L'école côté jardin (réservée aux enseignants)

Voilà ! J'en étais sûre. Les enfants d'aujourd'hui ont tendance à survoler le sujet proposé.

Vite, toujours plus vite, les jeux vidéos et consorts ont probablement leur part dans le phénomène.

Alors ne me reste plus qu'à faire ressortir ce qu'ils ont "zappé", par exemple quand Pola dit : "Le repas c'est sacré, faut s'asseoir et déguster !"

Le vendredi 6 juin, retour à Cabannes pour la Fête du livre

Le vendredi 6 juin, retour à Cabannes pour la Fête du livre

Après les deux ateliers du mardi, je suis revenue à Cabannes le vendredi pour la fête du livre où d'autres auteurs jeunesse étaient également présents.

Evidemment, je retrouve les enfants des CM 2 qui m'accueillent chaleureusement et puis il y a cet adorable bambin qui tombe amoureux de la couverture de Pola de Marseille et  insiste pour que sa mère lui achète le livre.

Merci gentil lecteur.

Merci gentil lecteur.

Repost 0
Published by Philomène - dans Pola de Marseille
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 12:46

6 dimanches du 25 mai au 29 juin et toujours à 11 h précises, pour aller voir et entendre Doumé et Grenadine, un des huit contes de la Méditerranée au théâtre de Tatie - 19 quai de Rive-Neuve - 13001 Marseille.

Doumé & Grenadine au théâtre de Tatie

Mais mardi dernier, c'est une classe entière, un CP de Saint-Barnabé qui est venu écouter le conte puis participer à l'atelier musical imaginé par Léa Platini.

Le moment de la lecture

Le moment de la lecture

Léa en pleine action durant l'atelier musical
Léa en pleine action durant l'atelier musical

Léa en pleine action durant l'atelier musical

Des boîtes en fer pour faire résonner des cailloux et simuler l'orage ; des bouteilles en plastique emplies d'eau pour le bruit de la mer ; sans oublier "les galets bavards" !
Des boîtes en fer pour faire résonner des cailloux et simuler l'orage ; des bouteilles en plastique emplies d'eau pour le bruit de la mer ; sans oublier "les galets bavards" !
Des boîtes en fer pour faire résonner des cailloux et simuler l'orage ; des bouteilles en plastique emplies d'eau pour le bruit de la mer ; sans oublier "les galets bavards" !

Des boîtes en fer pour faire résonner des cailloux et simuler l'orage ; des bouteilles en plastique emplies d'eau pour le bruit de la mer ; sans oublier "les galets bavards" !

Repost 0

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche