Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 16:18
Le monastère de Moni Toplou et notre petite voiture rouge garée dans la cour d'entrée
Le monastère de Moni Toplou et notre petite voiture rouge garée dans la cour d'entrée
Le monastère de Moni Toplou et notre petite voiture rouge garée dans la cour d'entrée

Le monastère de Moni Toplou et notre petite voiture rouge garée dans la cour d'entrée

Ce matin-là, nous avons traîné jusqu'à 11 h... puis direction la plage de VaÏ à 24 km de Sitia. La plage de sable blond est une des plus belles de Crète paraît-il et on y accède après avoir traversé une vaste palmeraie. Mais d'abord, nous nous arrêtons au monastère de Moni Toplou.

Ce monastère fortifié  était protégé, en autres, par un canon qui lui a donné son nom  : top signifiant (en turc) boulet de canon ! Chance : un groupe de français fait la visite avec une guide qui nous dit gentiment que nous pouvons bénéficier de ses explications ! Nous ne nous le lui ferons pas dire deux fois !

La cour intérieure avec son cactus démesuré qui dégouline, le puits, le sol de galets
La cour intérieure avec son cactus démesuré qui dégouline, le puits, le sol de galets
La cour intérieure avec son cactus démesuré qui dégouline, le puits, le sol de galets

La cour intérieure avec son cactus démesuré qui dégouline, le puits, le sol de galets

Et donc nous apprenons que si ce monastère a été construit à cet endroit-là, c'est tout d'abord parce qu'il y avait de L'EAU dessous ! Le puits est d'ailleurs toujours bien visible.

L'Homme m'avoue : "j'aime bien les monastères, parce que c'est vivant !"

Mais bonvu qu'il était prévu de  continuer la route jusqu'à la plage de Vaï, nous continuons notre chemin qui passe devant une immense palmeraie de Phoenix theophrasti, nommés ainsi en l'honneur de Théophraste, qui écrivit un livre sur les arbres et les plantes au IV siècle avant J.C. Palmeraie qu'on ne peut pas visiter.

Et nous voici arrivés à Vaï, pour découvrir son immense parking payant rempli à craquer de cars de tourisme et de voitures. Au secours ! tout ce qu'on déteste. Du coup, on fait demi tour fissa et je me replonge dans le Routard. Qui indique une taverne près du village de Palekastro, soit à quelques virages. Tant pis pour la plage de sable blond !

La palmeraie de Vaï

La palmeraie de Vaï

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 11:02
La Crète - 3
La Crète - 3
La Crète - 3
La Crète - 3

Et aujourd'hui, jeudi 8 juin, c'est avec un profond plaisir que nous découvrons notre première taverne de l'année ! Elle se situe sur une plage aux traditionnels tamaris ventrus, celle de Kato Zakros. Le ciel est un peu gris, tant pis, pas grave.

Avant, partis pour la journée de Sitia, nous avons emprunté une pittoresque route de montagne "tournicotante", croisé des moutons... des champs de panneaux solaires et d'éoliennes ! Franchement, nous ne savions pas que la Crète était aussi montagneuse. L'an dernier, Les Cyclades nous ayant offert un horizon tellement plat, dans notre esprit, nous allions vers le même genre de paysage. Tout faux !  En réalité, plus de 60 sommets dépassent les 2000 m, le plus haut étant le mont Pachnès qui culmine à 2452 m, si, si.

Comme la plupart du temps, parasols et transats sont à la disposition gratuite des clients de la taverne. Donc, après le repas, repos et premier bain dans la mer pour moi. Quelques vagues tout de même alors, le dos crawlé, ce sera pour un autre jour.

La Crète - 3
La Crète - 3
La Crète - 3

Le retour vers Sitia se fait à travers des kilomètres et des kilomètres d'oliviers (les fameux 38 millions), c'en est impressionnant .  mais pour la fin d'après-midi : la piscine du Lassion Golden Bay (notre hôtel) est vraiment la bienvenue !

Le chemin vers notre bungalow... et la piscine !

Le chemin vers notre bungalow... et la piscine !

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 12:21

Journée repos ! Détente au bord de la piscine et nage dans la piscine ! L'Homme dit qu'il préfère les piscines d'eau douce, moi, j'adore les piscines d'eau de mer. En plus, aujourd'hui, nous avons cette immense bassin pratiquement pour nous seuls !

Tout de même, à midi, nous allons nous sustenter à la taverne d'Agia Fotia. Régime crétois d'office : calamars et greek salad ! En fin d'après-midi, tout de même, nous allons faire le plein d'huile d'olive au supermarché de Sitia. Quoi, déjà ? Ma foi, ce qui est fait n'est plus à faire et il parait que l'huile d'olive de Sitia est une des meilleures de Crète. Alors nous stockons les petits bidons dans le coffre de la voiture...

La Crète - 2
La Crète - 2
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 09:29
La Crète - 2

Dans mon oreille, la voix de Georges Guétary chantonne "Prenons la route fleurie, i, e...". Evidemment, seuls les plus de 50 ans connaissent la chanson de l'opérette éponyme ! Parce que d'Héraklion à Sitia, notre destination, nous n'en croyons pas nos yeux : des kilomètres et des kilomètres de lauriers roses et blancs se succèdent. Absolument magnifique !

L'halte pour le déjeuner se fait à mi-parcours, à Agios Nikolaos. Ah ! Petite précision, nous nous trouvons dans le Nord-Est de la Crète. Alors Agios Nikolaos, le Routard indique que "l'endroit est aussi tranquille que Saint-Trop au mois d'août, mais qu'il s'en dégage une ambiance nonchalante" !

Un Saint-Tropez grec, se trouvant sur notre chemin, est certainement curieux à voir, mais pas plus ! Par contre, il faut avouer que le petit lac intérieur, le port extérieur, les ruelles avec ses chics boutiques étaient à voir. Quant à la foule... début juin, pas vraiment...Le lac intérieur à Sitia

Puis, Routard en main, nous dénichons une des tavernes recommandées : Creta Embassy tenue par... un couple d'écossaises ! La déco hippie chic et colorée nous séduit d'emblée. Et la cuisine grecque ne nous décevra pas. Quant à la comparaison avec Saint-Trop, euh ! ce midi nous serons les seuls clients.

La Crète - 2
La Crète - 2
La Crète - 2
La Crète - 2

Mais après cette escale gréco-écossaise ! il nous faut poursuivre notre voyage vers Sitia où notre chambre d'hôtel nous attend. Le choix de Sitia s'est fait parce que l'endroit est moins "Riviéra", plus authentique. Mais aussi parce que la petite ville balnéaire est également la porte d'entrée de son formidable arrière-pays.

En fait, notre hôtel ne se situe pas dans Sitia même, mais à 5 kms, à Agia Fotia. Il s'agit d'un petit complexe composé d'une vingtaine de bungalows.

Chance : le nôtre est réellement le mieux placé ! avec vue sur l'immense piscine (d'eau de mer) et... la mer.

Notre bungalow est le premier à gauche ( il n'y a rien au rez-de-chaussée) la terrasse est d'une belle largeur et la vue imprenable

Notre bungalow est le premier à gauche ( il n'y a rien au rez-de-chaussée) la terrasse est d'une belle largeur et la vue imprenable

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 09:13
La Crète - 1 suite

Après la pause déjeuner bien méritée, nous retournons à notre hôtel pour prendre la petite auto rouge louée, direction Knossos situé à 5 km d'Héraklion.

Knossos est le premier palais minoen découvert et le seul reconstitué en partie (enfin quelques murs et colonnes seulement). C'est en 1900 qu'un archéologue anglais, Sir Arthur John Evans découvrit le site. Il pensa tout de suite au palais légendaire du roi Minos. Son excès d'enthousiasme le poussa d'ailleurs à figer la chronologie historique. De même, il s'empressa à reconstruire le palais de manière fort peu rigoureuse. Ce qui fut par la suite fort critiqué.

Quoiqu'il en soit, un énorme travail fut accompli même si la manière peu académique des reconstitutions oblige aujourd'hui à restaurer les restaurations !

La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite

Un peu d'histoire

Le palais actuel, d'environ 22 000 m2 (tout de même !), fut édifié vers 1650 avant J.C. sur les ruines d'un palais plus ancien, remontant à 2000 av. J.C. Mais le site était occupé depuis le Néolithique.

Un peu de légende

Construit par Dédale, ce palais se déployait sur plusieurs étages et évoquait un labyrinthe. La mythologie raconte la célèbre histoire du minotaure, monstre à tête de taureau mais à corps humain, ne se nourrissant que de chair humaine, enfermé par Minos dans ce labyrinthe d'où l'animal ne pourrait jamais sortir.

Vous connaissez la suite, Thésée parvint à tuer le minotaure, et à sortir du labyrinthe grâce à la pelote de fil donnée par Ariane...

 

La Crète - 1 suite
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 11:51
Le port d'Héraklion vu du balcon de notre chambre d'hôtel

Le port d'Héraklion vu du balcon de notre chambre d'hôtel

Vacances ! Soupir d'aise, ça y est, nous y sommes. J'appuie sur Pause. Arrivée à 21 h hier soir, c'est dans un grand sourire que je découvre ce matin le ciel bleu (pas de changement avec Marseille de ce côté-là) et la vue sur le port.

Pour ce premier jour, le programme est chargé : récupérer la voiture de location, visite du musée archéologique, visite du site minoen de Knossos.

Nous récupérons donc pour dix jours notre voiture (grecque), une petite VW (donc allemande) flambant neuve et elle est de couleur... rouge ! Tiens, comme la nôtre ! Mais c'est à pied que nous nous rendons au musée archéologique proche de notre hôtel.

Ce musée prestigieux va se révéler très intéressant.

Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...

Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...

Les musées archéologiques me sidèrent toujours. Les objets sont tellement beaux que je me pose à chaque fois la question :  niveau artistique, avons-nous vraiment fait mieux depuis?

Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.
Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.
Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.

Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.

La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.
La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.

La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.

A l'étage, la salle des fresques donne une idée de ce que pouvait être la déco intérieure des palais.

La Crète - 1
La Crète - 1

Après 2 belles heures dans le musée, ouf ! notre première taverne grecque de ce séjour est la bienvenue !

La Crète - 1
La Crète - 1
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 11:19
L'échappée belle (N°95 Revue Filigranes)

Filigranes avait choisi comme thématique de l'année 2016/2017 : "La matière de l'écriture". Nous voici déjà au volume 3 baptisé L'échappée belle.

Et voilà donc ma participation :

« Rien ne se perd, rien ne se crée,

tout se transforme »*

 

 

L’humanité ? Désespérante. Là-bas ? Guerres. Ici ? Douleurs.

Vrais soucis ? Faux problèmes. Pesanteur ? Monotonie.

Et cætera. Et cætera.

Ah ! Que me voilà morose, à contempler d’un œil flapi

le sinistre amoncellement.

Fouler aux pieds ? Brûler ?

P’t-être pas une si mauvaise idée, le feu !

Les flammes consument mais aussi, transforment.

Chauffons donc mon déprimant ramassis, à l’aide d’un

système alambiqué : famille amis les vivants et les morts,

les roses du jardin, musique à donf, folie en brin, tous ceux

qui m’aiment tout ce que j’aime, mots à écrire mots à lire,

et pour finir imaginons LE voyage.

Oh ! Oh ! Voici le méchant tas métamorphosé.

Tendre magie, petit miracle, grand mystère. Tout de même,

devrais réfléchir à cet étonnant abracadabra !

 

Abracadabra ? Hop ! Un avion, moderne magie. Qui me

transporte au pays où les dieux sont nés, et la philosophie.

A propos, Lavoisier, il n’a fait que transformer la phrase

d’Anaxagore. Car, comme chacun sait, le premier qui a dit :

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se

combinent, puis se séparent de nouveau » est ce philosophe

grec présocratique.

Et toc !

Bon, revenons à notre avion, suivi d’un ferry.

Mon esprit exulte.

 

Même si sa Vénus magnifique, par un tour de passe-passe

culturel… loge désormais, la pauvre, à Paris, moi, ça y est,

j’y suis dans l’île fantasmée. Yep !

C’est qu’il faut vous dire : être une avec ses gènes,

ses origines, son nom, des souvenirs de lumineuses vacances

d’adolescence, s’apparente à une grâce inouïe, proche de

l’absolu.

 

Avec une taverne bordant la Grande Bleue

Et du bleu sur les portes, du bleu sur les volets

Et du bleu dans le ciel pour palper le soleil qui

Vient sécher les poulpes que l’huile d’olive attend.

Avec la plage perdue tout au bout de la route

Et la route des flots m’invitant à la nage

Et la route où des gens tellement prévenants

Rassurent mon rêve enfin assouvi.

 

J’ai appuyé sur pause, j’ai oublié les sages,

j’ai oublié les fous.

 

Et me suis – seulement – laisser - vivre.

 

J.A.

*Antoine Lavoisier

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 20:01
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

La rue de La Cascade dégringole toujours vers l'anse de Maldormé et la Méditerranée. Ce matin, le soleil est déjà trop chaud pour une fin de février et, dans le lointain, des voiliers encalminés patientent dans l'attente d'un souffle de vent. Je descends, émotion à fleur de peau et du cœur, combien de fois l'ai-je empruntée cette ruelle déjà prometteuse d'un autre univers ?

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

Et me voici déjà sur la placette en bas de la rue ; en face, La Joconde n'a pas bougé, elle. La Joconde est l'ancien nom de la belle bastide jaune qui figure sur de nombreuses images de Marseille. Cela fait au moins quarante ans, voire plus, qu'elle se nomme désormais La Grande Ourse ! Sauf que, pour moi comme pour beaucoup d'habitants du coin, elle restera toujours La Joconde. D'ailleurs, je trouve que l'ancienne appellation lui sied beaucoup mieux ! 

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

J'emprunte l'escalier dit "de la pilotine", car il avait été construit pour que les pilotes du port embarquent par là. Je glisse un regard vers la droite, dans ma tête il y a encore une petite maison blanche et bleue, mais seulement dans ma tête... parce que mes yeux, eux, ne rencontrent que de la pierre grise. Seigneur, bien agressive et vilaine cette pierraille !

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

Maintenant, je me dirige vers la plage, là aussi des cabanons ont disparu ces dernières années pour laisser la place  à d'énormes tags... C'est mieux non ? Voyons, si les Affaires Maritimes prennent ce genre de décision, ce sont des gens compétents et sérieux n'est-ce pas ? qui savent ce qu'ils font !

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

Pauvre petit rescapé qui attend son temps de démolition, le cabanon Sardou est encore là. Oui, les parents de Michel Sardou y ont vécu après la guerre ou avant, je ne sais plus trop. Mais enfin, comme pour La Joconde, les gens du quartier ont toujours dit ainsi : le cabanon Sardou !

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

A présent, je suis sur la plage et je scrute, j'écarquille mes prunelles, en face, en face de moi, il n'y a plus RIEN qu'un mur imbécile et le rocher mis à nu. Mais comment les gens vont-ils faire pour aller se nicher dessus ? Car c'était bien le but, rendre le littoral à la population ? Ma foi, à part les crampons et les piolets, je ne vois pas bien. Et l'accès à la mer ? Parce qu'il était aussi question de ça. Alors plonger, à la rigueur. Mais remonter sur les rochers... ne sera pas à la portée de tous les barboteurs du dimanche !

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

Par contre, tiens, le GROS tuyau des eaux pluviales est toujours présent. Ils ont bien fait de le garder. Surtout qu'avant, il était presque totalement caché par le Kézako mais, à présent, il vous saute presque dessus et c'est vrai, c'est charmant ce truc !

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

J'ai mal au cœur, au propre et au figuré. Pourtant, histoire de boire le calice jusqu'à la lie, je fais le tour complet de l'anse et m'attarde à regarder encore et encore, l'espace vide. Trois dames sont arrêtées aussi à quelques pas de moi et je suis obligée d'entendre leur conversation. L'une d'entre elles explique que sa famille avait un des cabanons accrochés sur un des côtés de l'escalier de la plage. " Ah ! soupire-t-elle, on prenait l'apéro dehors sur la petite terrasse et les gens en passant nous disait qu'on avait bien de la chance. Mais c'était pas du tout de la jalousie. Ils étaient heureux pour nous et avec nous. C'est fini tout ça, ce pittoresque du cabanon provençal..."

Je ne peux m'empêcher d'annoncer "Moi, c'était le Kézaco !"

"Le Kézaco ? Oh Mon Dieu ! Quelle tristesse ! Le Kézaco... mais c'était plus qu'un cabanon, cette maison à l'allure grecque. Mais à quoi ça sert d'avoir tout démoli ici ? ça n'a plus d'âme, et si c'était utile et beau ce qu'ils font, on serait d'accord mais non, c'est stupide ! Sûr, il doit y en avoir un en haut lieu qui a du décider de raser tout par là... quelle misère et quelle injustice... parce que le parking de Passedat, lui, ils y touchent pas..."

L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE
L'anse de Maldormé 13007 MARSEILLE

Les trois dames sont parties, je m'en vais aussi en choisissant, justement, de remonter sur La Corniche en passant devant Le Petit Nice. Ces ruelles, tout de même, quel charme. Est-ce qu'on se croirait dans la deuxième ville de France ? Mais qui sait, peut-être qu'un jour, elles aussi, en haut lieu, quelqu'un décidera de les raser...

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 10:27
Les plumes de gabians

Dans le premier recueil : "Fantaisies de plumes", Il y en avait sept... de plumes ! Mais voici que deux nouveaux recueils viennent agrandir la collection : "Frissons de plumes" et "Amours de plumes" dans lesquels vous trouverez toujours sept auteurs pour l'un et huit auteurs pour l'autre.

De quoi vous évader dans des écritures multiples, de quoi varier vos plaisirs de lecture.

Pour vous les procurez, (10 euros) le volume, c'est très simple, vous suivez les dédicaces des Plumes de gabians ou vous m'envoyez un mail : jpj.anziani@free.fr.

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 14:25

Quelques jours avant la Noël, j'ai été invitée dans une classe de CE 1 de Marseille. Une animation à partir du conte : Phocette, la petite souris marseillaise.

Une heure et demi d'échange, de partage, de plaisir, de questions, de réponses...

Et des sourires, et des éclats de rire, et des bises...

Des mots d'élèves comme des mots d'amour

Des fois, je me demande pourquoi je continue à écrire et à essayer de faire des livres ! Un éditeur qui met la clé sous la porte, un autre qui publie un album en y laissant des coquilles, un imprimeur qui n'emploie pas la bonne colle pour la couverture, des libraires qui ne jouent pas le jeu...

Et puis, début janvier, une grosse enveloppe beige dans ma boîte aux lettres. A l'intérieur, seize pages quadrillées.

Voilà, j'ai la réponse, je continuerai à écrire des histoires pour  les enfants afin, qu'un beau matin, il y ait une enveloppe dans ma boîte aux lettres et qu'en sortent des petits mots d'amour comme autant de lapins blancs d'un chapeau de magicien.

Des mots d'élèves comme des mots d'amour
Des mots d'élèves comme des mots d'amour
Des mots d'élèves comme des mots d'amour
Des mots d'élèves comme des mots d'amour
Des mots d'élèves comme des mots d'amour
Repost 0
Published by Philomène - dans Mes Albums
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche