Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 19:55

3130122379_174cfc70c0.jpg

Hé ! Pourquoi ne pas commencer l'année en allant faire un tour sur ce site :

www.bibliocratie.com

 

Et même, pourquoi ne pas participer, d'une manière ou d'une autre au concours proposé  (nouvelles) ? 

Plusieurs options s'offrent à vous :  

écrire une nouvelle et l'envoyer, lire celles mises en ligne - la mienne s'intitule "Les oranges" - enfin voter à partir du 4 février... pour la mienne bien sûr !

Non je blague. Il y a aussi les nouvelles des copines : Karol, Mu, Annie.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 15:27

FOTO-4-3534-la-Gde-Candelle.jpg

Les calanques de Marseille dans la brume

(Photo Jean-François Cardin)

 

Un beau matin, ou un soir... ce serait bien de se décider, comme le massif ci-dessus ↑ à émerger enfin de la brume dans laquelle notre mental est plongé !

Comme tous les ans, voici venu le temps du regard dans le rétroviseur de l'année écoulée, puis des - bonnes - résolutions pour l'année qui vient.

Par hasard... je relis la conclusion du livre Le moine et le philosophe (Jean-François Revel et Matthieu Ricard) :

 

"Lorsque nous nous engageons sur un chemin spirituel, il est essentiel de vérifier qu'au fil des mois et des années nous nous émancipons de la haine, de la convoitise, de l'orgueil, de la jalousie et avant tout de l'égocentrisme et de l'ignorance qui en sont la cause."

(Matthieu Ricard)

 

Alors pour 2013, je me souhaite de sortir de cette brume et de faire quelques pas...

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Citations
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 12:13

Vues-de-Marseille-013.jpgVoici venu le temps des vœux.

Des vœux, heureux bien sûr, mais pourquoi pas,

Pour une fois, des souhaits

Un peu farfelus, un peu inattendus,

Pour  briser la monotonie…

De la vie. Alors,

Que l’année qui vienne vous apporte…

Des imprévus en forme de bulles,

Couleur campanule, taille majuscule

Á traverser avec avidité

 Sans tambours ni trompettes.

Que l’année qui vienne vous apporte…

Des lots de cocasseries à partager entre amis

Sous le soleil et sous la pluie

Mais sous la pluie mille étincelles de poésie à saupoudrer

Sur vos amours, amour d’un jour ou pour toujours.

Que l’année qui vienne vous apporte…

dans un papier de soie qui crisse,

comme bons auspices

Un coffre au trésor plein à ras bord

De douceur de vivre où vous immerger

Du réveil au sommeil

Avec, dans le fond du panier,

Un large chapeau  de sérénité

à vous mettre sur la tête !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 11:54

Marie--Joseph-et-Jesus-001.jpg

Nous sommes en 1940, en Allemagne, dans un camp de prisonniers français.

Des prêtres prisonniers demandent à Sartre, prisonnier depuis quelques mois avec eux, de rédiger une petite méditation pour la veillée de Noël. Sartre, l’athée, accepte. Et offre à ses condisciples ces quelques lignes magnifiques.

  

« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi. La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « Mon petit » !

Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.

Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « Ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».

Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.

Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer ».

  

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 10:17

6850678940_607b3f9fc4.jpgJe vous ai plusieurs fois parlé des paniers de Vauban Des paniers à Vauban , l'Amap qui nous livre toutes les semaines nos légumes bio.

Depuis trois ans, nous avons ainsi découvert et apprécié des légumes que je ne connaissais pas et n'avais jamais acheté, genre chou rave, chou chinois, radis noir, multiples variétés de courges...

Ce jeudi soir, il y avait dans le panier... des topinambours ! Oups !

Tout d'abord, un peu de science !

Le topinambour (Helianthus tuberosus L.), aussi appelé artichaut de Jérusalem, truffe du Canada, poire de terre ou soleil vivace, est une plante vivace de la famille des Astéracées, cultivée comme légume pour ses tubercules riches en inuline.

C'est une espèce voisine du tournesol (Helianthus annuus) qui appartient au même genre.

O.K. cela appris, ne me restait plus qu'à chercher une recette, à concocter à ma façon avec ce que j'avais sous la main.

Conclusion : les topinambours ont un goût d'artichaud, sont tendres et moelleux. Moi, j'ai bien aimé. Il paraît que ce tubercule revient à la mode, donc vous devriez en trouver facilement sur les étals des marchés.

 

Topinambours à ma façon

 Topinambours-005.jpg

Ingrédients :

500 ou 1 kg de topinambours

1 ou 2 carottes

1 oignon

10 cl de vin blanc

 

Éplucher les topinambours avec un petit couteau en faisant d'épaisses pelures. Au fur et à mesure, immergez-les dans un récipient empli d'eau citronnée (pour éviter qu'ils noircissent). Puis rincez-les et coupez-les en tronçons.

Dans une cocotte, faire rissoler l'oignon dans du beurre, mettre une gousse d'ail écrasé, une pincée d'herbes de Provence, une pincée de muscade, les topinambours, la ou les carottes coupées en rondelles pas trop fines, 10 cl de vin blanc, sel et poivre. Ajouter un verre d'eau.

Faire mijoter à feu doux 20 minutes à partir du chuchotement de la soupape si c'est à la cocotte minute, ou 35 minutes dans une casserole classique.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Recettes de cuisine
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 16:42

L'ARBRE EN POESIE, MUSIQUE, SLAM ET CONTE s'est déroulé le mercredi 19 décembre à l'initiative de La Zap particulièrement attentive aux problèmes d'exclusion, à l'enfance, aux familles, à la solidarité. 

Invitation au partage artistique et à la liberté d'expression, son activité principale est de promouvoir l'éducation populaire, un accès à l'Art et la culture pour toutes et tous et partout...

Ce jour-là donc, pour une trentaine d'enfants, Sool le Pirate  dans son habit de cérémonie pirate présentait les intervenants entre les intermèdes musicaux d'Ismaël ElayanConte avec la ZAP 014

 Françoise Anigo a dit un conte ↓Conte-avec-la-ZAP-012.jpg

J'ai dit un des contes de la Méditerranée : Doumé et Grenadine (mais je n'ai pas de photo !) 

et puis il y a eu Muriel de la Compagnie Easy to digest  et son très poétique et trop drôle show avec des cartons. Absolument magique ! A voir absolument !!! Incroyable ce que cette professionnelle du cirque contemporain et du collectif la Basse cour (www.labassecour.com), venue de Nîmes, peut faire avec de simples cartons.

Le spectacle en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=Yu2ojLXhrZY 

Conte-avec-la-ZAP-021.jpg

  Conte-avec-la-ZAP-023.jpg

  Conte-avec-la-ZAP-017.jpg

   

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 17:35

C'est bientôt Noël, n'est-il pas ?

Alors encore une autre english music aimée...

Sauf que, impossible d'ajouter une musique depuis Deezer... hier après moult et moult essais infructueux, j'ai du me résoudre à mettre une vidéo...

Et ce soir, rebelote ! Mais peut-être qu'à présent Deezer, ça ne marche plus avec mon abonnement gratuit... dommage parce que la musique, je la préfère sans images...

Enfin tant pis pour vous, vous avez droit au clip et sinon vous reste plus qu'à fermer les yeux et écouter...

 


 

  

Repost 0
Published by Philomène - dans Musique
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 18:07

 Avez-vous vu Love Actually ? Une comédie sentimentale et anglaise (2003) avec Hugh Grant et Colin Firth Entre nous, probablement pas un film qui marquera l'histoire du cinéma, mais... c'est une comédie et je n'aime QUE les comédies ! Ensuite, dans la bluette, il y a Hugh... et Colin !!!  Et là, allez, j'avoue humblement être sensible au charme so british de l'un comme de l'autre ! Enfin, surtout, il y a la musique du film : Christmas is all around, interprété par Billy Mack qui joue d'ailleurs un rôle complètement déjanté dans la comédie. Alors voyez-vous, cette musique genre romantic sixties, tout à fait ce dont je suis fan.  

  

Repost 0
Published by Philomène - dans Musique
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 12:18

Comme chacun sait, PLU signifie Plan local d'urbanisme. Au printemps, un nouveau plan local d'urbanisme était présenté pour Marseille. Tous les zonages avaient changé de nom. Pauvres habitants ingorants des sigles UA, UB, UT, UM... voilà de quoi perdre le nord !

Dans la foulée, une enquète publique était lancée du 29 octobre au 17 décembre 2012. A savoir, le futur PLU propose une densification et la perte des jardins devenus constructibles, le zonage ne garantit pas la protection future des quartiers concernés, etc...

Fausse-Monnaie-006.jpg

Ainsi, à Bois Luzy, un des cent onze villages de Marseille, le zonage UR3 fait trembler le village formé de pavillons typiquement marseillais, mais ailleurs même constat, les petites parcelles avec des jardins risquent de disparaître. Car on va passer d'une possibilité de construire sur 0,25 % de la surface d'un terrain à 70 % de la surface et de 6 m de haut à 9 m de haut et en limite du terrain voisin !

Totalement aberrant.

Au secours, les dirigeants de cette ville sont-ils devenus fous ?

Tout ce qui fait la spécificité de la cité phocéenne risque de s'envoler.

 Escaliers-008.jpg

Autre exemple : le quartier de Gratte-Semelle qui s'étage de vallons en collines et dont les jardins participent à la bio diversité de la ville, et bien il risque fort de voir tous ses coins de verdure fondre sous le béton ! Pourtant, l'étroitesse des rues ne pourra recevoir plus de circulation et les nombreux escaliers caractéristiques limitent également les déplacements. Mais le PLU n'en tient pas compte... comme il ne prend pas en considération les terrains pentus orientés sud-nord : les demeures et les rues à l'aval vont se retrouver dans l'ombre des constructions à venir.

Par ailleurs, toutes les rues de Gratte-Semelle sont à l'heure actuelle visibles de Notre-Dame de La Garde, si le quartier passe en Ubt... la vue sera totalement gâchée.

Au secours Marseille va perdre son identité, sa spécificité, son âme et ses jardins !

Oui, ils sont devenus fous.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 13:24

Le vendredi 23 novembre à 13 h 30 me voici, à l'invitation d'Yves Gauthey, professeur de français, au lycée St. Vincent de Paul (anciennement dénommé Petite Oeuvre) pour animer un atelier d'écritures poésie-slam dans une de ses classes, en l'occurence une 3ème SEGPA.

Comme chacun le sait... SEGPA voulant dire : section d'Enseignement Général et Professionnel adapté.

C'est-à-dire s'adressant à des collégiens en difficulté scolaire à la fin du cycle 3 de l'école élémentaire et s'appliquant à les amener, à l'issue d'un cursus de quatre ans,  soit de la 6ème à la 3ème, vers une formation qualifiante de niveau CAP.

Pas plus de seize élèves en moyenne dans une classe SEGPA.

 

Avec en objectif de mire Marseille Capitale Européenne de la Culture, j'ai donné par avance une consigne d'écritures à l'atelier : le lieu - investi par l'homme.

Il peut s'agir d'une ville, d'un village, un quartier, une place, une rue réelle ou imaginaire. Un lieu connu ou alors un endroit où ils rêvent d'aller.

Atelier-slam-3eme-St.Vincent-de-Paul-11.2012-002.jpg

Ils ont vingt minutes pour écrire puis chacun, à son tour, va lire son texte à voix haute. A la suite de quoi, re-travail sur leur texte et relecture à haute voix.

 

Comment relater ? Bien évidemment, je ne vais émettre aucun jugement. Seulement livrer un constat : je suis frappée par la violence décrite dans leurs textes. Pour la plupart d'entre eux, des textes très noirs.

Dire : vous savez, je comprends ce que vous racontez là, mais c'est tellement réducteur. Bien sûr qu'elle est difficile, agressive cette société dans laquelle vous évoluez. Et les médias en rajoutent une couche ? Yes ! Mais... 

Est-ce que parfois cela vous arrive de lever les yeux... vers un ciel de traîne, un voilier qui sort du port, un papillon s'envolant par-dessus un muret, un coquelicot qui se pousse du col dans un caniveau... c'est la ville, aussi. C'est la vie, aussi.

Et la poésie, elle est là, sous le nuage, sur la vague, dans le vent léger... même pas cachée.

La poésie, c'est votre regard. Mais un regard différent. Pour voir l'existence sous un autre éclairage.

 Mais pas le temps... la sonnerie retentit...

Est-ce que, au moins, mon intervention leur a apporté quelque chose ? Je pense à "La part du colibri."

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Du SLAM
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche