Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 12:09

 

Dans la mer il y a des crocodiles 002"Dans la mer il y a des crocodiles", c'est la voix d'Enaiatollah Akbari, la plume de Fabio Geda.

L'histoire vraie d'un jeune afghan d'environ dix ans, il ne sait pas vraiment son âge, que sa mère va un jour abandonner pour lui sauver la vie.

Le récit m'a passionné du début à la fin. Je l'ai lu très vite, comme une odyssée moderne.

 

Il y a des gentils et des méchants et surtout la volonté féroce d'un gamin qui s'acharne à survivre envers et contre tout, envers et contre tous !

Une sorte de conte actuel à travers l'Afghanistan, l'Iran, la Turquie, la Grèce et qui finit par une "happy end" en Italie.

  

J'ai refermé le livre en songeant que, peut-être, nous pouvions encore croire en la chance, nous avions raison d'espérer en L'Homme. 

Au moins pour deux raisons.

La première est qu'à travers des mots simples, Enaiatollah va nous transmettre sa foi en la débrouille, en l'amitié et la solidarité y compris au coeur de la brutalité la plus bestiale.

La seconde, parce que ce livre est le symbole même de l'espérance.

Ce livre est né de la rencontre au Centre interculturel de Turin, entre ce gamin devenu grand et un écrivain italien : Fabio Geda.

Troublé par le récit du réfugié afghan, l'italien décide immédiatement de former un texte à quatre mains. Ce sera "Dans la mer il y a des crocodiles", sorti en avril 2010.

 

Epilogue : à la suite de cette lecture, je me demande si je ne vais pas porter un regard différent sur tous ces gens, montrés à la télé, et qui ont un jour choisi de quitter leur pays...

 

   

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 13:03

 

4281844250_cbb17d7ef3.jpgHier matin, comme tous les jeudi matin, m'en suis allée à mon cours de gymnastique holistique La rentrée (et la méthode Ehrenfried) .

Le dos content, les cervicales détendues et l'esprit au beau fixe, comme le soleil resplendissant dans le ciel, j'ai repris ma petite auto couleur Ferrari pour rentrer à la maison !

Pour revenir chez moi, j'emprunte à chaque fois la rue Saint Sébastien, une longue rue toute droite et étroite en sens unique. Des voitures sont garées de chaque côté, il y a juste la place pour passer. Je venais à peine de tourner dans la rue quand je vois venir vers moi, donc en sens interdit, un type à vélo.

Forcément, je suis obligée de ralentir si je ne veux pas envoyer le mec dans les airs !

Outrée par un tel comportement inconscient, je klaxonne férocement. Le type continue à foncer comme un dingue dans ma direction, me voici évidemment obligée de m'arrêter quand il arrive à ma hauteur. Il n'y a pas d'épaisseur suffisante entre mon véhicule et celui stationné sur ma gauche. Le vélo-cycliste se met au pas lui aussi, avec les rétroviseurs qui dépassent, il est même obligé de tourner le guidon de sa bicyclette !

Je descend alors ma vitre :

- Bravo hein, c'est intelligent ! Vous savez pas que vous êtes en sens interdit ?

L'homme, jeune, le crane presque rasé, a de grands yeux bleus au regard dur et me répond alors avec un fort accent d'Europe de l'Est :

- Quoi, t'es pas contente dans ta voiture ?

Bêtement je répète :

- Mais vous êtes en sens interdit, c'est dangereux... alors au moins reconnaissez vos torts et excusez-vous !

Il me fixe méchamment et d'un air ironique ajoute :

- Toi et ta voiture... (suit deux, trois mots incompréhensibles)

Je préfère ne pas répondre et reprend mon chemin.

 

Voilà, c'est une fable moderne, vous ajouterez la morale...

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 16:20

 

J'espère que vous avez été nombreux à regarder encore hier soir lundi, sur le coup de 18 heures sur France 2, "Ma Nicole" Nicole Ferroni .

Nicole-Ferroni-002.jpgJ'avoue, je suis totalement ravie, c'est la meilleure de la bande ! Et je repense à cette histoire de poèmes qu'elle a envoyée sans relâche à la directrice du casting de l'émission. Et je pense à cette phrase de Stéphane Hessel :

 

"La poésie comme respiration, la poésie comme colonne vertébrale, la poésie comme nécessité".

 

Et bien, à présent, nous pouvons ajouter la poésie comme pouvoir de persuasion !

Et continuez à regarder Nicole, soir après soir, gagner ses galons de vedette.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Humour
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 16:42

   

Un fil rouge… un vert, un bleu. De séminaire Filigranes en séminaire Filigranes, depuis bientôt dix ans, je tisse ma tapisserie d’humanité.

Hier dimanche, un fil de plus !

« Fili ? Ce n’est pas un groupe indifférencié mais une personne + une personne + une personne… »  a dit Nicole ; mais pas Nicole Ferroni pourtant connue  grâce à Fili. Non, une autre Nicole !

« Fili fait réfléchir » a ajouté Arlette.

« On crée de l’humanité » a souligné Teresa. »

 

Exact, Filigranes, c’est tout à fait cela mais aussi bien d’autres choses. Encore un propos : « On problématise ce qu’on est en train de faire » (une autre Nicole, ben dites donc que de Nicole !)

 

Seminaire-de-Printemps-2011-011.jpg

 

Et voici, ci-dessus, par quoi commence la revue : le choix des textes arrivés de tous horizons. Tous ne seront pas pris,mais tous seront lus ! Il faut dire que certains textes reçus n'ont rien à voir avec la thématique du numéro, d'autres sont baclés, mal écrits...

Mais enfin, depuis vingt sept ans, vous imaginez, vingt-sept-ans, la revue existe...

www.ecriture-partagee.com

Et si sur le site, vous vous baladez dans les "chantiers", devinez un peu qui vous allez y retrouver ? Je vous laisse regarder...

 

Repost 0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:09

 

Et voici le conte écrit jeudi après-midi par les élèves de la classe CE 1 - CE 2 de l'école Jean XXIII à Toulon Un jeudi après-midi en CE 1- CE 2.

Évidemment, avec Charlotte nous les avons un peu aidé par moments à mettre leurs idées au clair. Mais ce sont eux qui ont inventé le lieu, les héros, les méchants, l'intrigue...

D'autre part, il faut souligner que c'est un premier jet, les phrases n'ont pas été retravaillées, il y a des répétitions... n'empêche, en seulement une heure et demi, le résultat est remarquable non ?

Je dois juste avouer que nous avons bataillé toutes deux pour éviter une fin du genre : ils se marièrent et vécurent très heureux !

 

CE-1-CE-2-Toulon-010.jpg

 

                                   LA LEGENDE DE VINTORO.

 

           Il était une fois, il y a très longtemps, dans la montagne, dans une ville qui s'appelait Vintoro, un gentil dragon bleu au nom de Eldrago. Son rôle était de protéger la ville.

Eldrago avait une amie se prénommant Chouquette. Elle était un peu bizarre : elle avait une tête d'humain, la moitié de son corps était en mouton, l'autre moitié en cheval et sa queue était celle d'un chat. Elle possédait des pouvoirs magiques.

Dans la montagne, l'oncle Groum, qui était l'oncle de Eldrago, vivait dans une sombre grotte, avec l'abominable homme des neiges et la sorcière Habao. Ces trois-là avaient un seul but : tuer le gentil dragon et détruire la ville.

Un jour, Eldrago va se balader avec Chouquette, dans la forêt autour de la ville. La sorcière Habao, connaissant leur habitude de se promener, décide de leur tendre un piège. L'oncle Groum et l'abominable homme des neiges fabriquent une cage, qu'ils accrochent à la branche d'un arbre. Habao creuse un trou en-dessous, qu'elle recouvre de feuilles.

L'oncle Groum participe à ce piège, car il est jaloux d'Eldrago, il veut prendre sa place et devenir le chef de la ville. Avec l'abominable homme des neiges, ils bloquent les deux amis et obligent Eldrago à marcher sur les feuilles. Le pauvre dragon tombe dans le trou et la sorcière laisse tomber la cage. Eldrago souffle son feu sur la cage pour la détruire, mais la sorcière l'a rendue indestructible.

Heureusement que Chouquette est là, car grâce à ses pouvoirs magiques, elle délivre Eldrago. L'oncle Groum se rendant compte qu'il a faillit tuer son neveu, décide d'être gentil et fait fondre l'abominable homme des neiges. Chouquette se place alors devant la sorcière et prononce une formule magique : « devant, derrière, que cette sorcière se transforme en poussière. »

A ce moment-là, le sort qu'Habao avait jeté sur Chouquette disparaît et elle devient une belle dragonne rose.

A la suite de cette aventure, Eldrago et Chouquette décident de réaliser leur rêve : créer un cirque. Ils font donc les clowns et deviennent célèbres. L'oncle Groum les accompagnent dans leur tournée, où ils font rire tous les enfants du monde entier.

 

 

                                                        FIN

 

Repost 0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 12:39

Jeudi 17 mars 13 heures : retour à l'école Jean XXIII à Toulon un lundi matin en CM2 ; cette fois-ci c'est Charlotte qui m'accueille dans sa classe.

  CE 1 CE 2 Toulon 003

   

Têtes blondes, têtes brunes, yeux rieurs et nez curieux ! Nous voici réunis pour parler "du conte" en général et des contes de la Méditerranée en particulier.

La classe a fait l'acquisition du tome 2 et s'est déjà penchée sur Le Noël des grains de sable  et Doumé et Grenadine.

Ah ! Doumé et Grenadine... tous m'avouent une préférence pour les aventures du poisson gris et du poisson rose...

  CE-1-CE-2-Toulon-005.jpg

 

Un atelier d'écritures sur le conte ?

Oui. Parce que le conte aide l'enfant à affirmer sa personnalité, à trouver son identité et à devenir adulte.

Les contes instruisent, apportent un meilleur vocabulaIre. Ils demandent de l'attention et de la mémorisation.

Les contes peuvent encore permettre de libérer des peurs, vaincre des angoisses et permettre aux enfants d'aller de l'avant.

 

Repost 0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 09:07

540618432_a1957df314.jpg

 

  

 

« Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux. »

 

( Le petit Prince ♥ Saint-Exupéry)

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Chez les poètes
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 09:16

 

Vous vous souvenez ? Nicole Ferroni mon clown préféré ! Nichole-002.jpgMais ne vous méprenez pas, clown est un vrai compliment, écouter le mot clown avec un grand respect.

Et bien, je ne pensais pas vous donner si vite de ses nouvelles. En plus, surtout, super bonnes les nouvelles !

 

Je vous engage donc tous, à vous scotcher demain jeudi 17 mars à partir de 18 heures, devant votre poste de télé pour regarder sur France 2 l'émission "On n'demande qu'à en rire" de Laurent Ruquier, Nicole va y participer.

 

Le journal La Provence l'a annoncé hier, un bel article qui nous raconte comment la jeune comédienne en est arrivé là.

« (...) A partir d'une liste de sujets, j'ai enregistré une vidéo que j'ai envoyée à la directrice de casting. Une fois. Pas de réponse. Deux fois. Pas mieux. J'ai donc décidé d'envoyer "un poème" par jour à la responsable. Devant mon insistance, elle m'a contactée. »

 

Dites, voici un bel exemple d'opiniâtreté à respecter et encourager !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Humour
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 13:35

 

3904118204_f039f3048a.jpg

 

Mon sentiment est que je vais avoir beaucoup de difficulté  à parler de l’indicible. Tant de vies interrompues, brisées, tant de disparus…

Se mettre à la place de celui ou celle qui a perdu les êtres qui lui étaient les plus chers au monde ?

Sans parler des amis, des copains, de ses collègues de travail, ses voisins, les commerçants de son quartier...

Tant que l’on n’est pas passé par cette situation-là, le plus sage est probablement de se taire, seulement entrer dans la compassion. Se visualiser seul sans attaches familiales me terrifie.

  

Mais il est un sentiment que j’ai envie de qualifier de « plus léger » que je peux plus facilement m'autoriser à ressentir.

Depuis ces images effroyables vues à la télé, ce flot noir de boue, ces villages réduits en miettes je passe dans ma maison et je m’imagine sans maison.

Les meubles de famille transmis depuis trois générations, les tableaux, les photos, les tapis, les livres… les bibelots, la vaisselle dont celle reçue en cadeau de mariage, les vêtements, l’ORDINATEUR et tout ce qu’il recèle à l’intérieur, et toutes ces pages emplis de mes gribouillis, et les albums photos ! Oooooooooooh....

Enfin la liste pourrait tenir sur des colonnes et des colonnes… de tous ces objets du quotidien qui, en définitive, pourraient bien avoir une âme "Objets inanimés..."  et dans tous les cas ont pris tant d’importance dans ma vie.

Ne plus avoir RIEN.

Alors il est facile, lorsque l'on est planqué au chaud et à l'abri, de disserter sur les verbes être et avoir.

Facile d'assurer quand on a tout :

- Nous devons privilégier "être" .

Mais quand on a tout perdu et qu'il ne reste plus qu'à être ?

 

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 15:10

 

Mais qu'est-ce que je leur ai fait ???

Est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi, depuis quelques temps, ils m'en veulent tant ???

LES OBJETS.

 

Le premier à me contrarier a été le "téléphone maison". Un beau matin, stop, j'arrête, qu'il a décrété, fichu, foutu.

L'Homme a déclaré qu'il fallait le porter à réparer !!! Le "pôvre" il n'a pas encore compris que de nos jours, on-ne-répare-plus !

Tout le monde sait bien qu'aujourd'hui, réparer coûte plus cher qu'acheter du neuf ! Monsieur a tout de même voulu poser la question au magasin où nous nous étions précipités (on ne peut plus rester sans téléphone n'est-ce pas ?)

- Monsieur, le devis est de 40 euros et encore pas sûr qu'on puisse réparer !

Le téléphone neuf coûtait 55 euros...

 

En second, le volet roulant de la porte-fenêtre du séjour. Le volet roulant a décidé de ne plus rouler. Embêtant... pour sortir sur la terrasse. Je ne sais pas encore me transformer en passe-muraille... Il me manque quelques leçons...

 

carottes-001.jpgLe troisième à me jouer le coup de la panne a été le robot-cuisine. Faut avouer que le vieux avait atteint l'âge respectable de 25 ans... De nos jours un record pour ce genre de chose.

Seulement voilà, de tendres et jeunes carottes nouvelles attendaient d'être râpées... Me voici à m'escrimer avec une râpe à l'ancienne. Aïe !

Je me suis râpée un doigt !

"Et la question s'est posée à mon esprit :

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » ce fameux vers de Lamartine que chacun connaît :

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme...

Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ? »

Ce sont des vers de douze pieds (je les ai comptés) !

Je me suis dit que pour répondre, honnêtement, à la question :

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? »

le seul moyen était de devenir objet moi-même ! " (Raymond Devos)

 

Bon, d'accord ! Me transformer en objet ! Mais si dans l'histoire de Devos, il se transforme en peigne parce que c'est la première chose qui lui soit passée par la tête, moi, je ne vois pas bien en quel objet j'ai envie de me transformer.

Pas en râpe à fromage en tout cas !

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Humour
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche