Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 12:59

   Petit-seminaire-2011-016.jpg 

Samedi – dimanche, j’étais aux Espillières Samedi in "Fili" à Aubagne pour « le petit séminaire » annuel de Filigranes.

  

Ce "petit séminaire" est différent des autres. Ces deux jours-là, nous ne venons pas pour la revue mais... pour nous ! Dans une atmosphère studieuse et chaleureuse chacun arrive avec un projet perso d’écriture. Des projets très différents les uns des autres. Une telle va préparer ses cours pour la fac, une autre l'écriture d'un court métrage, une autre encore va en profiter pour des lectures en retard.

 

Chut ! Silence !

Ici on écrit… on lit... on va se promener sous les grands pins, on joue (Grégoire 11 ans) avant d’écouter une fois dans la journée le passage à haute voix d’une écriture.             

 Petit-seminaire-2011-011.jpg                                                                Mais ici on mange aussi ! Et on trinque !

Dimanche Odette Neumayer (directrice de la revue) nous a préparé une tournée générale de crèpes ! Nous étions seize tout de même...

 

Bon ! Une fois de plus j’insisterai lourdement  sur le fait suivant : aller vite voir le site de Filigranes (refait à neuf) www.ecritures-partagee.com, abonnez-vous à la revue, envoyez vos écritures en accord avec les prochaines thématiques !

Filigranes ? Un condensé d'humanité. Un miracle de partage. A ne pas laisser passer.

 

 

 

 Et voici Grégoire dit Grégoire Ier ! Le garçon a déjà été publié dans Fili ! Précoce et brillant et pertinent le gamin ! Ici, vous pouvez le voir en grande conversation avec Pierre (d'Avignon). Comme vous le voyez, tous les âges sont représentés cPetit-seminaire-2011-008.jpghez Filigranes...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

   

 

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 12:41

 

Marseille-011.jpg"Marseille me fait penser à une très belle fille qui couche dès le premier soir et considère ensuite qu'elle n'a plus aucune obligation envers vous. Elle entretient quand même le désir en continuant à vous faire de l'oeil. Les sourires qu'elle vous adresse ne viennent pas du coeur, mais de son compteur. Piégé, dans l'attente d'une deuxième nuit qui ne viendra jamais,  vous continuez à penser qu'elle est la plus belle fille du monde. Elle n'espérait rien d'autre de vous. Inutile de compter sur elle. Tous les soirs elle se donne à un autre, dont elle attend des compliments, des flatteries." (Kranzler)

 

Kranler ? Je ne le connais qu'à travers son blog et ses écrits que je lis dès que j'arrive à m'accorder une parenthèse. J'aime bien. Plusieurs fois, il a parlé de Marseille et la façon dont il décrit la ville me plaît bien aussi. Sauf que... dans les lignes recopiées plus haut, il en donne une image magnifique mais... Marseille serait en définitive une garce !

Ne prenez pas ma réponse au premier degré hein ? Style, je suis vexée, fâchée, je n'admets pas que l'on touche à ma cité ! Non, c'est juste un jeu dans lequel je m'amuse à entrer et donc, à lui donner une autre réponse...

 

Je vous dire un secret... Marseille, en vrai... est une fée ! Qui n'aime rien tant que s'affubler d'habits de sorcière ! Qui s'éclate à prendre des poses, à se camoufler derrière des apparences.

Tantôt elle se déguise en très vieille femme de 2600 ans... tantôt elle se pare d'une mini-jupe en jean's et d'un top jaune pétant pour laisser voir son nombril tatoué de la Bonne Mère !

Certains jours, Marseille court trop vite, d'autres elle est à la traîne. Souvent elle joue, elle se cache, se réfugie dans des criques minérales ou dans des ruelles obscures.

D'autres fois, en plein Vieux Port, elle expose ses charmes afirmant sans vergogne :

- Je me donnerai à celui qui me trouvera, et elle part en courant...

Marseille est belle, Marseille est laide, selon le temps et ses humeurs.

Des fois elle pleure parce qu'un maudit parisien ne l'a pas comprise et s'est moqué d'elle :

- Quoi, c'est ça Marseille ?

Mais, l'autre matin, elle a recopié le sourire de La Joconde quand, sur la vedette en partance pour le Frioul, un Bruxellois d'au moins 2 mètres... s'est écrié sous le ciel outrageusement bleu et dans l'envol des gabians au-dessous de la mer qui frisait :

- Quelle lumière, cette ville est magique !

Marseille sait bien qu'elle n'est pas la plus belle, d'ailleurs elle s'en fiche éperdument ! Mais magique... oui, le belge a compris qu'elle est capable de vous ensorceler.

Mais ce que Marseille n'osera jamais vous avouer, c'est que, par-dessous tout, Marseille aime ceux qui l'aiment. Et à ceux-là, elle donne tout, pour toujours !

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans A Marseille
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 13:23

 

«Sous le soleil exactement !»

 chantait Anna Karina...

Marseille - Aujourd'hui - Grand Beau -

 "Bonne Mère"  que c'est bon !

Ma peau et mes os en soupirent de contentement !

Là, je viens de m'accorder une pause en m'asseyant sur le rebord d'une marche, le dos appuyé contre une porte-fenêtre, le visage en direction du ciel.

Les yeux fermés, je laisse les rayons caresser mon front, mes joues, mon nez.

JE SUIS un lézard familier.

 

                                                  «Sous le soleil exactement ?»

  

Repost 0
Published by Philomène - dans Musique
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:30

 

3476030197_9271cd507c.jpg Je crois que je m’en vais aller chausser mes bottes de sept lieues !

 Fuir la pluie, Petits-Enfants qui font des bêtises genre : nous allons chercher des glaces dans le congélateur à la cave et qui laissent la porte de l’appareil grande ouverte !

Chose évidemment découverte que le lendemain…

Oui, je crois bien que je m’en vais aller chausser mes bottes de sept lieues !

Fuir la répétition des gestes quotidiens… et la réparation des bêtises… genre : je cuisine toute la journée pour essayer de récupérer les denrées entreposées dans le congélo…

Chausser mes bottes de sept lieues et m’en aller découvrir de nouveaux paysages et de nouveaux visages !

 

Au fait savez-vous d’où vient cette expression de bottes de sept lieues ?

Et bien cela nous vient de loin, des "chevaucheurs de Louis XI " exactement.

Louis XI qui a régné de 1461 à 1483 et qui souhaitait correspondre avec les royaumes voisins. Il fit installer des relais de chevaux le long des routes de Flandre, de Bretagne, de Bourgogne et de Provence afin qu les "chevaucheurs courant la poste du roi" puissent changer de monture et continuer leur route.

Les relais de poste étaient distants de sept lieues, soit 28 km, d’où les fameuses bottes de sept lieues qui inspirèrent Charles Perrault.

 

M’en vais aller chausser mes bottes de sept lieues... le monde est vaste et grand... et m'attend ?

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 12:17

 

Ce matin, après m’être réveillée à potron-minet, je me suis rendormie… Jusqu’à ce que la voix cristalline de Petit-Fils me réveille en sursaut !

-         Mima, ON sonne à la porte !!!

Un coup d’œil au réveil… Seigneur ! Je me suis rendormie ! Et je sais bien qui sonne : Fille Chérie et Petite-Fille.

Je saute en bas du lit et cours en chemise de nuit, pieds nus et SOUS la pluie (brrrrrrrrrrr.) ouvrir le portillon du jardin.

La journée commence bien !

 

Je réceptionne Petite-Fille et son sac… Fille Chérie s’en va bosser. Cousin cousine se retrouvent comme larrons en foire, ils ont trois mois d’écart et sont hyper complices.

Je commence à préparer mon petit-déjeuner et celui de L’Homme réveillé entre-temps, quand Petit-Fils claironne :

-         J’ai mal à la tête…

MON petit-déjeuner attendra, je me précipite dans la salle de bain et attrape le thermomètre. 37°, ouf ! Peut-être vais-je arriver à boire mon thé ?

Que nenni, le téléphone sonne. C’est Ex. Jolie-Belle-Fille. Ce qui ne veut pas dire que Jolie-Belle-Fille n’est plus jolie mais qu’elle est ex !

Ex-pliquer le mal à la tête de son rejeton… tandis qu’elle, me confirme le programme de la journée… Je prends note…

Bon, à présent mieux vaut aller remettre le thermomètre dans son étui et à sa place dans le placard de la salle de bain. Sauf que le thermomètre me glisse des mains et se fracasse sur le carrelage.

La journée continue bien.

 

Balayette, pelle. Est-ce que je vais pouvoir déjeuner ce matin ?

Que nenni, le téléphone sonne. C’est encore Ex. Jolie-Belle-Fille qui m’annonce le changement de programme de la journée à cause de la pluie.

O.K. c’est noté ! Mais  je commence à bouillir à l’intérieur tandis que le thé, lui,  refroidit. J’ai envie de crier :

- S’il vous plaît, est-ce que je pourrais, avant d ’attaquer… siroter tranquillement ma tasse de thé ?

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 13:28

 

La-famille.jpg

 

Les illustrations des tomes 1 et 2 des Contes de la Méditerranée ? C'est elle : Isabelle.

 

Là, elle vient de travailler pour une association de contrôle de l'air : ATMOPACA, pour illustrer un diaporama destiné à des enfants.

 

Je vous donne le lien, on y apprend plein de choses ! 

 

 
 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 08:25

 

3426461321_5cee989493.jpg« Pour vivre heureux, vivons caché » énonce le proverbe.

Le sont-ils, heureux, ces hommes, ces femmes et ces enfants surpris par l'oeil d'une caméra indiscrète ?

Il faudrait d'abord savoir ce que nous mettons derrière l'adjectif !

Si l'on entend par là, avoir dans son salon canapé en cuir, télé, dans le parking le dernier modèle BMW,  sans oublier pour la cuisine le frigo qui fait les glaçons,  la Rolex au poignet... les vacances à Megève l'hiver... la poursuite de la réussite (amour, gloire et beauté?) alors, les pauvres, ils ont tout faux.

Sauf que moi, je pense qu'ils le sont, heureux ces humains vivant dans l'ouest du Brésil ! Sans frigo et sans télé, sans champagne et sans caviar !

Loin du mythe du "bon sauvage" mais heureux tout simplement parce qu'ils ont l'essentiel : la liberté. La vraie liberté consistant à ne pas faire dépendre son bonheur d'une liste toujours forcément incomplète d'objets matériels, de signes extérieurs de richesse, de plus, toujours plus.

Plus de quoi ?

On ne sait pas très bien mais plus, c'est certain.

 

Il y a une pétition à signer pour préserver la tranquillité de cette tribu amazonienne, pour qu'on leur fiche la paix :

http://www.uncontactdedtribes.org

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:52

 

Je suppose que, comme moi, tous les jours, échouent dans votre boîte mail, au milieu d'un tas de spams, vidéos plus ou moins glauques et blagues à deux balles.

Cependant, de temps à autre, il est à noter des exceptions comme la petite fable qui suit. D'ailleurs, peut-être l'avez-vous reçue aussi, mais peut-être pas !

 

Une petite vieille est à la caisse d'une grande surface, où la caissière est occupée à pointer ses achats.
Derrière elle, un "sale gamin", de 9 ou 10 ans, pousse le caddie de sa mère dans les pieds de la vieille... Une fois, deux fois, trois  fois...
La bonne vieille se retourne et demande au gamin d'arrêter. Le gosse continue volontairement, une fois, deux fois, trois fois...
La vieille s'en prend alors à la mère :

- VOUS NE POURRIEZ PAS LUI DEMANDER D'ARRÊTER, MADAME, SVP ? VOTRE GOSSE ME FAIT TRÈS MAL !
- NON ! dit la mère, ma méthode d'éducation consiste à le laisser faire tout ce qu'il veut, sans interdit, pour qu'il prenne conscience tout seul du tort qu'il fait aux autres. C'est plus efficace.
Derrière la mère et son fils, un jeune homme de 19 ans attend son tour avec quelques courses... Il a un pot de confiture de groseilles rouges à la main. 258343298_31d61ead0d.jpg
Il dévisse calmement le pot de confiture et le déverse sur la tête de la mère du sale gosse.
La mère se retourne, furieuse !
L'ado la regarde en riant :
- VOILÀ, dit-il, MOI, J'AI ÉTÉ ÉLEVÉ COMME VOTRE FILS, JE ME COMPORTE DONC COMME JE VEUX !!!!

La vieille, à l'avant, se retourne et dit à la caissière :
- LE POT DE CONFITURE...
C'EST POUR MOI !!!

Repost 0
Published by Philomène - dans Humour
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:07

 

Journal-La-Provence-008.jpg

Depuis deux ans, tous les matins au petit déjeuner L’Homme réalise un de ses rêves ! 

Oui, L’Homme avait toujours dit qu’à la retraite, il s’abonnerait au journal La Provence qu’il lirait dans le calme et sans se presser en prenant son café !

Moi, sa moitié (au propre comme au figuré…), le journal, pouah, franchement, ce n’est pas ma tasse de thé ! A propos, si L’Homme, le matin, est café, moi je suis thé ; mais là n’est pas le sujet.

Le journal, le format est trop grand, il noircit tout ce qu’il touche, l’écriture serait souvent à revoir…

Ensuite, au bout de quelques jours la situation devient dramatique ! Les exemplaires s’accumulent, envahissent la table du salon, débordent sur le tapis et puis… LE JOURNAL ?

Tiens, je vais vous raconter une anecdote...

 

C’était pendant des vacances d’été. Comme tous les ans, nous naviguions autour de la Corse sur notre voilier avec les enfants. Fils Terrible devait avoir 14 ou 15 ans. Il faut vous expliquer que notre truc, quand nous étions en bateau était d’aller le moins souvent possible dans les ports, de faire des mouillages forains.

Donc cela faisait donc plusieurs jours que n’avions pas mis le pied à terre quand nous avions débarqué à Girolata Le Gendarme de Girolata .

A l’époque, pas de gendarme à l'horizon, l’anse gardait encore un côté relativement sauvage. Pas de capitainerie ni de bouées payantes pour les bateaux… A terre, la plupart des maisons n’avaient pas été retapées et s’écroulaient quelque peu. Mais le hameau possédait (l’été) une épicerie ! Le petit commerce se situait tout en haut du hameau, accessible après une courageuse marche à pied.

Comme nous n’avions plus de moutarde à bord ni de citrons et que nous avions envie de manger du pain frais… j’avais décidé d’aller au ravitaillement  dans la boutique en question.

Fils Terrible s’était décidé à m’accompagner avec son argent de poche et un espoir : acheter L’Équipe.

 Il est vrai qu’il n’est pas rare, dans les villages, que ce type de négoce unique vende également des journaux. Or cher fils commençait à être en manque grave d’Equipe !!!

C’est qu'à cet âge-là, Fils Terrible jouait en saison au foot  (cadet à L’O.M. sil vous plaît !), d’une manière générale se passionnait pour tous les matchs de foot, de rugby, de hand… enfin tous les sports… et l'été suivait attentivement les résultats des manifestations sportives !

 

Après avoir gravi le chemin rocailleux, à bout de souffle, nous étions arrivés dans la boutique, une petite vieille nous avait accueilli, et avant même que j’ai eu le temps de demander mes articles, Fils s’était interposé :

-         Vous avez L’Equipe ?

-         Ah non, petit, (il devait déjà mesurer pas loin d'un mètre soixante dix...) j’ai pas ça !

-         Mais alors, au moins vous avez le journal ? (c’est vrai quoi, à défaut, Corse Matin, donne aussi des résultats…)

-         LE JOURNAL ? avait répondu la petite vieille avec un accent corse terrible et d’un ton horrifié comme s’il lui avait demandé du haschich ! LE JOURNAL ? Non, je n’ai pas le journal ! A ton âge tu lis LE JOURNAL ? Mais pourquoi faire le journal ? Il n’y a que des mauvaises nouvelles dans LE JOURNAL !!!

 

Alala, si vous aviez vu la tête de Fils Terrible qui n’avait plus moufté le moindre mot…

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 13:11

   

La-Madrague-de-Montredon-009.jpg

     

Mardi 8 février nuages dans le ciel mais température clémente.

Ne croyez pas que je viens de créer une rubrique météo ! Non, c'est juste pour vous décrire l'atmosphère de ma ballade d'hier en début d'après-midi, au bord d'une Méditerranée tranquille.  

  

    La-Madrague-de-Montredon-014.jpg

 

   Allez suivez-moi dans la promenade, au pied du massif de Marseilleveyre

et juste en face des îles du Frioul.

 

La-Madrague-de-Montredon-028.jpg

 

Voici une des raisons pour lesquelles j'aime tant cette ville.

A quelques minutes du centre, un petit port de pêche qui se prélasse, sans chichis.

 Oui, c'est Marseille.  

 

La-Madrague-de-Montredon-016.jpg

 

La-Madrague-de-Montredon-019.jpg

 

La-Madrague-de-Montredon-010.jpg

 

Au fait, vous pourrez constater dans la colonne adéquate (à droite) que je viens de créer une nouvelle catégorie justement nommée : A Marseille. Pour le moment cet article va y paraître bien seul ! 

Me reste à regrouper dans la dite rubrique d'autres déjà parus... Ensuite, vous vous doutez bien que la case ne cessera pas de prendre du volume !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans A Marseille
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche