Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 15:57
Charlie, toujours

Ben oui ! Je suis allée l'acheter, ce numéro "spécial commémoration..." Parce que j'ai été et je resterai toujours Charlie.  Même s'il m'arrive de ne pas être forcément d'accord avec ce qui est écrit dans ce journal.

Dans les médias, dès que le canard est sorti de presse, il était déjà voué aux gémonies  ! La couverture décriée. Ma foi, le personnage mis en avant... ni dieu ni diable, mais un vieux bonhomme grimaçant, couvert de taches de sang, avec un bicorne sur la tête et une kalach dans le dos. Pour moi, pas d'offense évidente dans cette image.

Après, que chaque "église" interpréte l'illustration à son idée... logique ! Mais on sait ce qu'il en est des idées...

Par contre, au sujet des articles suivants, page 2 - 3 - 4 - 5 qui donnent la parole à plusieurs journalistes de l'hebdo, j'ai une remarque à faire :  c'est juste... remarquable de concision, pudeur, sobriété, dignité, empli d'amour et même d'humour.

Des pages qu'il faudrait faire lire dans les lycées ! Mais qui pourrait oser faire un truc pareil ? Imaginez les conséquences...

Maintenant, à mon échelle, "modestissime", qu'est-ce que je peux faire ? Ecrire  ces quelques lignes en hommage à ceux qui sont partis, à ceux qui sont restés, à ceux qui continuent.

 

" Il y a une place spéciale en enfer pour quiconque reste neutre au milieu d'une crise morale."

Abraham Lincoln

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 13:15

Mon intention était d'écrire, pour souhaiter mes meilleurs voeux aux lecteurs de ce blog, le plus joli texte qui soit !

Sauf que... de nouveaux projets me prennent tout mon temps... ensuite, Chantal Blanc, amie et filigraniste m'a envoyé les lignes ci-dessous. Je les ai trouvées tellement magnifiques que je me suis dit que je ne pourrais probablement pas trouver un meilleur moyen de souhaits de Bonne année.

Merci à toi Chantal, et à vous tous et toutes, bonne lecture, bonne santé, bon... tout, tout, tout, tout, tout !!!

 

"2015 est mort, Vive 2016 !

 J’aimerais velouter mes vœux, mais le ciel a sombré dans un sommeil veule.

La terre est veuve de son soleil et souffre de la surdité des nuages velus.

J’aimerais venir à vous, sourire au cœur, mais le venin des flèches avides a blessé mes forces.

Pourtant, je veux vous dire que rien n’est perdu.

 

Veuillez mes amis, ouvrir vos mains : je vous offre ce qu’il reste de mes graines d’espoir.

Qu’elles germent dans le velours des sous-bois, derrière les pavés, à l’aventure des venelles.

Que la bienveillance drape son velours sur les faiseurs d’étiquettes.

Que les masques de faux carnaval se fendent et soient brûlés dans le feu du vrai.

Que la beauté factice, celle du corps, soit moins oscarisée que celle d’un geste ou d’une offrande.

 

Je veux vous dire encore que rien n’est perdu, il suffit d’ouvrir ses yeux.

La rivière court, clapote, bouillonne et scintille encore à la lumière et sous la lune.

Même s’il s’est tu dans le fracas des canons, l’oiseau chante toujours et vole de branches en étoiles.

Comme hier, le rire de l’enfant éclate lorsque l’amour rend la vie savoureuse.

Il suffit d’une goutte de rosée, d’un petit morceau de terre pour que le bonheur vole à tous les vents.

 

Pour cela et malgré le laid, j'ai envie de vous dire : rien n’est perdu.

Vivons de miel et d’épines, mais vivons 2016."

 

Chantal Blanc

Chantal "chez" Filigranes

Chantal "chez" Filigranes

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 17:24
J’ai découvert l'article ce matin au petit déjeuner, comme un clin d’oeil du Père Noël !
Vive les Plumes marseillaises !!!
Les "Plumes marseillaises" dans La Provence
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 16:24

Il y a quelques jours, mon premier cadeau de Noël dans la boîte aux lettres ! "Mon" Filigranes !  Soit le numéro 91 (je suis certaine que vous ne réalisez pas l'exploit de la petite revue d'écritures qui persiste depuis plus de trente ans).

Pour rappel, la thématique en cours sur trois numéros est "Cela n'a pas de prix". Ce numéro 91, lui, aborde le côté "Ecriture, domaine public.

1ère partie : Place publique, page 14 : Sous le cabanon, pas de plage...

 

Ecriture, Domaine public

 Sous le cabanon, pas de plage

 

Comme unique bagage : un stylo bille.

Au bout de l’encre, l’aventure.

Les mots… à ma rencontre ?

Mon corps vibre légèrement : « attention au départ ».

Risque, risque…

 

A première vue, la chose peut paraître dérisoire à l’échelle

des évènements qui secouent notre planète. Mais le premier

signe tracé sur la feuille quadrillée est comme le premier

pas sur un sentier inconnu. Partir… bille en main, à la

découverte. Peut-être, se découvrir…

 

Sans céder au découragement, avancer pas à pas,

dans la jungle des mots.

Adjectifs hostiles, verbes récalcitrants…

Jusqu’à l’obstacle infranchissable.

Les pensées refusent de faire leur boulot, empruntent

des chemins de traverse, batifolent à mes dépends !

Et mon stylo reste en plan.

 

« Ah ! Tirez-moi d’inquiétude ? En un mot, qui êtes-vous ? » 1

 

Marivaux, c’est un jeu.

Mais il me faut un mot, un seul fera

l’affaire, pour commencer.

 

Cabanon.

Attention, déboulent les images à fabriquer les phrases.

C’était « notre » cabanon, tel un minuscule éclat d’été grec

accroché à son rocher.

 

Ataraxie.

Le trouble, justement, je suis en plein dedans. Le

pittoresque cabanon va être détruit, implacable loi Littoral.

 

La tribu rappelle ses souvenirs et disperse le mobilier. Tu

prends ceci, je récupère cela. Le tour de la cheminée en

bois sculpté ? On le donne à Dominique.

La maisonnette se vide comme si elle perdait son sang.

En vérité elle perd son sens.

En vérité c’est toute l’ambiance de l’Anse qui s’en va,

un patrimoine qu’on explose.

 

Oui, les maisons meurent aussi.

Place au plus grand dénominateur commun.

 

Epitaphe :

Ici a vécu une famille heureuse.

 

Déjà, d’autres personnes viennent tracer des tags lépreux

sur les murs blancs et les Affaires Maritimes, après sondages

au burin, ont tapissé de gravats le carrelage azur

de la terrasse.

 

Bientôt la roche dénudée.

 

Jeannine Anziani

Ecriture, Domaine public
Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 09:27

La même semaine, Pola joue les stars ! dans deux magazines en même temps. Elle possède aussi le don d'ubiquité cette petite !!!

Dans "Accents de Provence" (le magazine du département des Bouches du Rhône)

Dans "Accents de Provence" (le magazine du département des Bouches du Rhône)

Dans Fémina (semaine du 7 au 13 décembre 2015)

Dans Fémina (semaine du 7 au 13 décembre 2015)

Repost 0
Published by Philomène - dans Pola de Marseille
commenter cet article
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 08:33
Vous avez dit droits d'auteur ???
Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 12:58

La Compagnie des Docks et Entrepôts de Marseille, dirigée par Paulin Talabot, Ingénieur Ponts et Chaussées, politicien et homme d´affaires, fit construire, de 1858 à 1864, sous la direction de l´architecte Gustave Desplaces, un bâtiment se composant de 4 entrepôts articulés chacun autour d´une cour et de l´Hôtel de Direction.

Cet ensemble long de 365 mètres, fait référence au nombre de jours par an, comptant 4 cours pour symboliser les 4 saisons, 52 portes correspondant au nombre de semaines dans une année et 7 niveaux pour le nombre de jours dans la semaine.

Les docks de Marseille

L'ensemble architectural est mythique à Marseille. En effet, cet ancien entrepôt du 19ème siècle construit pour stocker les marchandises arrivant par bateaux avant qu'elles ne repartent vers le reste de la France par train, a été transformé en1995  en immeuble de bureaux dans le cadre du projet Euroméditerranée.

J'avais trouvé la nouvelle réalisation particulièrement réussie : un chemin d'eau au milieu de la cour centrale, du bois, de l'acier, c'était superbe.

Mais ne voilà-t-il pas qu'en 2013 le groupe immobilier marseillais Constructa donne le coup d’envoi de la rénovation des Docks de la Joliette avec un projet de création de 80 boutiques réparties sur 17 000 m².

L'ensemble rénové vient d'être inauguré en grandes pompes il y a quelques semaines. Je viens d'aller voir...

Une mosaïque bleue s'est étalée sur les sols, dégouline le long des murs... bof ! Quelle nouveauté, comme c'est original la mosaïque ! Même si, par ailleurs, j'aime énormément l'assemblage décoratif qui vient de l'antiquité.

Alors quoi de neuf ? je vous le donne en mille, quelques lieux où se restaurer, mais surtout des boutiques, et encore des boutiques, et des boutiques. AU SECOURS ! Sur la cité phocéenne, moi, je suis en over dose ! De boutiques. Et suis pas la seule...

Putain (me voici grossière !) c'est la seule imagination qu'ils ont les promoteurs, les politiques, les décideurs en tout genre ? Nous proposer de consommer encore et toujours...

Et la culture bordel ! Et les sports bordel de merde ! Et la nature bordel de bordel de merde !!!

Ouais, ça m'énerve !!!

Cet article va figurer dans ce blog dans la catégorie : " A Marseille" mais il aurait tout aussi bien sa place dans "Billets d'humeur" !

 

Les docks de Marseille
Les docks de Marseille
Les docks de Marseille
Les docks de Marseille
Repost 1
Published by Philomène - dans A Marseille
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 14:03
Alerte au formatage !

Hier, j'étais donc en dédicaces au Cultura Plan de Campagne. Accueil charmant, place parfaite au rayon jeunesse - ne souriez pas, c'est rare... en général, je suis placée avant, après, à côté... Cette fois-ci, tout baigne ! D'ailleurs, je battrais mon record de ventes.

Là n'est pas le problème. De fait, il n'y a pas de problèmes ! Seulement une réflexion qui m'est venue tout au long de la journée devant le comportement de nombreux enfants... et de leurs parents.

Je me trouve à côté d'un bloc empli de livres, coffrets, albums sur La Reine des Neiges et autres stars de Walt Disney. Forcément, ma Pola n'a pas la même notoriété ! mais tout de même, je vois tant de petits se ruer direct sur les albums des studios Disney sans jeter un seul regard autour d'eux que je trouve la chose un peu terrifiante !

J'assume l'adjectif que je viens d'employer. Voici donc des enfants déjà formatés à consommer un type de produit et pas un autre... et des parents qui ne cherchent même pas à leur ouvrir les yeux et l'esprit et montrer qu'il existe une autre littérature.

Oui, c'est terrifiant. Comme des enfants à qui on aurait proposé jusque-là que des pommes, qui n'auraient mangé que des pommes et refuseraient de goûter aux cerises, pêches, poires, abricots !

En extrapolant, comment ne pas songer que ces gosses sans curiosité sont quasiment formés, dès leur plus jeune âge, pour se laisser entraîner vers n'importe quel produit de masse vanté à longueur de journée sur les écrans, mais pas forcément le plus intéressant sur le plan éducatif.

Surtout comment ne pas se dire qu'un tel comportement les prépare à ne plus penser par eux-même donc se laisser aussi emporter vers quelque idéologie assenée...

Alors les pitchouns, je les excuse ! Leurs trentenaires de parents, j'ai plus de mal... je suis pratiquement certaine que ce sont les mêmes qui font la queue aux MacDo !

Terrifiant et triste ! Nivellement de la pensée, du goût. Heureusement, certains commencent à manger "locavores", ne leur reste plus qu'à devenir "livrevores"...

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 12:30

Je ne voulais pas me précipiter pour écrire un article

Car comment traduire en mots ces morts injustifiées et brutales, effroyables images d’un cauchemar incompréhensible, l’absolue terreur, l'effroi qui m'a saisi.

Comment écrire de la fanatique folie meurtrière de quelques monstres ?

Je ne suis probablement pas la seule, depuis ce vendredi 13 novembre, à avoir des nausées, mal à la tête, au ventre, à l’âme.

Encore que, je n’ai pas été touchée de près.

Touchée ? Anéantie, conviendrait mieux, pour décrire l’état dans lequel m’a plongé la barbarie qui a frappé à nos portes.

Je fais partie de la première génération à n’avoir pas connue la guerre. Et j’en étais fière. Voilà, ça y était, nous étions arrivés à construire l'Europe. Alors, puisque la paix était possible ici, elle serait possible ailleurs.

Finalement il ne fallait pas désespérer de L'HOMME.

Ici, nous avions compris, dépassé nos dissensions, fait un pas en avant. Mais :

"Rien n'est jamais acquis à l'homme

Ni sa force

Ni sa faiblesse ni son coeur

Et quand il croit Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix

Et quand il croit serrer son bonheur il le broie

Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Il n'y a pas d'amour heureux".

 

Aragon (1946)

 

La phrase "Il n'y a pas amour heureux", je l'ai toujours prise dans son sens premier.  Aujourd'hui, ce couplet me revient en sourdine me parler d'amour du genre humain. Il serait donc impossible que l'humanité s'aime ? Terrifiant.

Alors, continuer naïvement  à croire,  que la paix règnera un jour sur notre planète bleue ? Le verbe est explicite, ce n'est qu'une croyance...

Ma foi, je vais tout de même garder celle-ci...

Le vendredi d'après, le 13 novembre
Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 15:33

Depuis plus de trente ans, il y avait un carton qui dormait au fond de notre grenier. C'était un carton inaccessible, car au-dessus s'entassaient deux autres gros collègues à lui !

Mais tout arrive dans la vie, y compris le jour où, avec L'Homme, nous décidons de mettre de l'ordre dans la mansarde.

A hue et à dia, nous tirons les cartons, plutôt avachis... voici venue l'heure de faire le tri !

Ô surprise ! Dans le carton du dessus, une pile d'habits tout décatis... même le costume du grand-père de L'Homme ! Et des chemises blanches de... L'Homme lui-même ! Juste ciel ! "IL" entrait donc là-dedans ??? Une taille 38 ???

Passe, passe le temps...

Dans le deuxième carton, nous tombons sur des couvertures beigeasses et trouées "pour les près", avais-je indiqué au feutre noir sur un des côtés. Oups ! il y a belle lurette que nous ne faisons plus de pique-nique (ni... hum ! de galipettes...) dans les près...

Enfin, nous ouvrons le troisième carton dans lequel dormaient des piles de livres. Je les reconnais ces albums, ils appartenaient à nos chers enfants. Dommage, pour les petits-enfants ! Qui sont déjà trop grands...

Mais soudain, là, tout au fond, je n'en crois pas mes yeux : un, deux, trois bouquins... qui étaient... LES MIENS ! En fait, qui avaient même probablement d'abord été ceux de ma soeur aînée ! Car je regarde la date d'impression : 1949 !

Que reste-t-il de nos livres ?

En souriant, je prends dans mes mains  les trois albums de la Bibliothèque de Suzette totalement enfouis au plus profond de ma mémoire ! J'avais adoré ces histoires !

Des récits lus, voyons... à  onze, douze ans ? mais tiens, justement, l'âge de mes petits-enfants... Hum ! Petit-Fils lit... le strict nécessaire !!! Mais Petite-Fille est une lectrice assidue. Ne reste plus qu'a attendre sa prochaine venue à la maison.

Que reste-t-il de nos livres ?

Et un soir, voici Fille Chérie et Petite-Fille qui s'en viennent. Complètement surexcitée, je jubile en brandissant les vieux bouquins tout en expliquant la redécouverte. Je vois bien que Fille Chérie rigole en douce, Petite-Fille me dit l'air un peu gêné voire compatissant :

- Euh ! Mima... je vais voir...

Ma foi, ce fut tout vu : les livres sont toujours là !

Que reste-t-il de nos livres ?

La moralité de cette anecdote ?

Que restera-t-il dans plus de soixante ans de nos récits, auteurs jeunesse d'aujourd'hui ?

Quels gamins se pencheront encore sur nos écrits ? Il y aura peut-être seulement une grand-mère qui découvrira, émue, au fond d'une armoire, d'un tiroir ou d'un carton un Pola de Marseille qui lui rappellera son enfance mais dont plus un seul enfant n'aura envie d'ouvrir les pages...

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche