Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 07:07

 

De l’hébreu !

 

 

 ! ! ! § § §  * * *  Mentalement tous les jurons passent… « Qu’est-ce que je fous ici moi ? »

Jo soupire, ne sait plus quelle attitude prendre, se maudit, maudit le cousin qui l’a emmené à cette fête et lâchement abandonné, lâché au milieu de convives parlant tous cette fichue langue inconnue, ce charabia auquel il pige que dalle peau de balle, l’hébreu ! C’est un état agaçant, dérangeant, frustrant : ouvrir la bouche pour n’articuler que quelques vagues borborygmes.

Une jeune femme s’approche, lui tend en souriant un verre de vin rouge en lui disant quelques mots d’anglais. Ouf ! Il va pouvoir utiliser la langue de Shakespeare qu’il connaît un peu ! Seulement la fille enchaîne sans problème et il ne comprend goutte ! Elle parle trop vite et trop bien pour lui, c’est pas de bol !

Jo pense qu’il a fait le tour du monde… ou presque ! Mais toujours en bande, en groupe, voyages organisés, aseptisés, avec interprète à la clé…

Ce soir, c’est raté, impossible de se couler dans son numéro de baratineur invétéré ! Comment se débrouiller sans son humour sarcastique, son ton ironique, sa culture politique, ses références drolatiques, ses réparties diaboliques, son imparable logique, son énergique dynamique ?

Ce soir, Il a l’impression d’être nu !

Ses yeux photographient le minuscule carré de pelouse, les fleurs exubérantes dont il ne connaît pas les noms, la modeste maisonnette devant laquelle les barbecues sont installés avec les viandes qui grillent, et ces effluves mêlées d’épices viennent chatouiller son odorat, le font saliver. Ses sens aiguisés lui renvoient palpable intense vivante, l’atmosphère de convivialité, l’ambiance chaleureuse du kibboutz, la tiédeur lourde de cette soirée de printemps, le chant oriental qui s’échappe du bungalow.

La jeune femme revient, cette fois-ci avec une assiette de brochettes.

-  Toda raba.

Ça, il sait dire, ça veut dire merci. C’est d’ailleurs à peu près tout ce qu’il sait baragouiner dans ce satané langage.

La fille sourit toujours. Communiquer. Oui, mais comment ?

Les gestes. Oser des gestes, des mimiques.  Montrer le cousin là-bas, en train de parler, lui, avec des copains. Mais comment raconter sa vie en France ? Echanger des idées avec cette israélienne avenante aux yeux rieurs ? Parvenir à se faire comprendre ? Comment se construire une identité sans l’aide de la parole ?

Ils s’assoient côte à côte pour manger leur viande. Manger sans parler. Apprécier le goût. Il se frotte le ventre, fait : « hum… », se juge débile, à la navrante impression de redevenir un homme primaire, un homme des cavernes.

Mais sa voisine éclate de rire, se lève à nouveau, revient un peu plus tard avec des assiettes en carton débordant de tranches de pastèque et de melon. Jo en prend une et leurs mains se frôlent, un léger frisson lui secoue les épaules. La jeune femme se rassoit sur le banc à ses côtés. Grignoter son melon en silence lui parait étrange.

Tout autour, des voix, des cris, des rires, la musique de cette langue que tout le monde parle à laquelle il ne comprend rien et lui, dans sa bulle de silence.

Une sensation inconnue lui tombe dessus. Comme si son cœur se mettait subitement à battre sur un autre tempo, plus lent, plus calme. Comme si son esprit se glissait dans un autre univers où les codes auraient changé, comme s’il posait brusquement ses bagages. Soudainement il se sent plus léger, il est bien.

Des hommes et des femmes passent, lui tapent sur l’épaule, lui font un clin d’œil, lui adressent trois mots qui n’attendent pas de réponse. Quelle importance, quelle importance au fond tous ces discours perdus ?

Certains moines tibétains ont bien renoncé à prononcer un seul mot.

Et si, pour lui, avoir supprimer la parole avait pulvérisé ses certitudes, supprimé les différences, raccourci les distances, renversé les barrières, abolit les frontières, engloutit les religions ?

Là, parmi ces inconnus, ce langage étranger, lui l’agnostique laïque éprouve une impression nouvelle et curieuse, l’impression de faire partie d’une fraternité, d’une humanité commune. Communion. Emotion.

Comment ça, émotion ? Lui, le critique aux cyniques répliques sous le coup d’une émotion ?

La fille d’a côté se tourne vers lui, le regarde. Comment ne s’était-il jamais rendu compte de tout ce qui pouvait passer à travers un regard ?

 

                                                          
Paru dans le N°63 de Filigranes "Découper le monde avec la langue"      
                                   

Repost 0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 07:39

Voici la date à noter sur vos agendas,
la soirée à ne pas rater ! 
vendredi 11 décembre à 19 h.
Le lieu ?
Mairie de Bagatelle  - 125 rue du cdt. Rolland - 13008 Marseille
 
Ciel ! Que se passe-t-il ?
Le vernissage officiel de l'exposition des Dioramas : ces pièces muséographiques représentant des scènes bibliques.
Vous vous souvenez ? Je vous en ai déjà parlé...
A ce propos je dois dire que l'expo qui a démarré le 1er décembre rencontre un vif succès tout comme la lecture des Contes de la Méditerranée ayant lieu en parallèle.

Donc vendredi 11 décembre -
19 heures : vernissage officiel !
En présence, s'il-vous-plaît, de Monsieur le Maire Jean-Claude Gaudin et
du maire de secteur Dominique Tian.
 
A l'occasion de ce vernissage et devant Messieurs les Maires va se produire... un truc que je n'aurais jamais imaginé ! Je vais... slamer des swings extraits de mon recueil
"Du quotidien à voix haute" (Éditions Manoirante).
 
La soirée se terminera autour d'un buffet de friandises...
 
Je vous attends, Je vous attends, Je vous attends, Je vous attends...
 

 

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 10:16


A la mairie de Bagatelle, comme dans toutes les mairies, des gens se marient ! Hier samedi : 4 mariages... (et pas d'enterrement) !
Il faut vous expliquer que la salle des dioramas (voir articles précédents et image ci-dessous) où je dis aussi les contes de la Méditerranée est située juste en face de la salle des mariages. Ce qui veut dire qu'avec les filles : Benedetta, Karina, Marianne et moi (nous sommes toujours au moins deux pour accueillir les visiteurs) nous nous retrouvons aux premières loges.
Question cérémonie de mariage, mon esprit en est resté au grand classique standard de base, soit costume pour le marié, robe blanche, voile et bouquet à la main pour la mariée...
Effectivement le premier couple à se présenter dans la matinée correspond à l'image.
Au sujet du deuxième, léger changement ! Les mariés sont en jean's et pulls...
Pour le troisième couple, Monsieur arbore un chic pantalon, chemise cravate et veste : future Madame porte, sur un ventre rebondi, une soyeuse robe mauve sans manches ! Je me rappelle que nous sommes au mois de décembre... 

En début d'après-midi un quatrième couple se présente, ils sont maghrébins. Avec Marianne nous bâtissons des scénarios... car dans ce cas-là, le cortège est réduit au strict minimum : le marié, la mariée avec un bébé dans les bras et leurs deux témoins. Basta.
Seulement, la cérémonie terminée, l'élue qui a procédé au mariage s'approche de nous, nous montre de jolies boîtes dorées contenant des pâtisseries orientales et nous en offre une, nous assurant qu'elle ne pourra venir à bout de tous ces gâteaux !
Et voilà comment nous nous sommes retrouvées avec Marianne à nous délecter de cornes de gazelle et autres gâteaux au miel absolument délicieux.
Merci les mariés de Bagatelle.

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 07:28


Novembre est mort, vive décembre !
Bien sûr les feuilles continuent à chuter mollement sur le sol, le ciel bleu souvent enfoui sous de lourds nuages gris quand ce n'est pas un mistral affolant qui nous souffle son air froid sur le nez mais...
Mais nous avons dit adieu au jour des morts, et à la tristesse scotchée à ce mois de la Toussaint !
Oui, en décembre circule comme un frémissement dans l'air : la préparation de Noël, faire une crèche, un sapin, acheter des cadeaux... Une situation à la fois porteuse de stress et de joie.
Il reste à repousser le stress et tendre vers la joie.
 

Bagatelle-022.jpg Et au détour d'une rue s'étonner d'une maison disparaissant presque sous une vigne vierge en train de roussir.

A son image, nous avons sorti nos habits d'hiver...

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 07:30


                                                            Petit-fils a quémandé "je voudrais un calin"... 
                                                                               Je lui ai inventé une chanson :


C'est un gentil calin
qui passait par là
Ce gentil calin
Je l'ai pris dans mes bras

Le petit calin
Passait son chemin
Mais je l'ai attrapé
L'ai fait prisonnier

C'est un gentil calin
qui passait par là
Ce gentil calin
Je l'ai pris dans mes bras

Le petit calin
Se croyait malin
Mais je l'ai embrassé
L'ai gardé prisonnier

C'est un gentil calin
qui passait par là
Ce gentil calin
Je l'ai pris dans mes bras

Le petit calin
Voulait s'échapper
Mais je l'ai fort serré
Et il est resté.

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 12:29


Des trous-trous, 
une sorte de blog dentelle !

A partir d'aujourd'hui.
Ben oui !
Parce que je crois bien que je n'aurais plus le temps de vous écrire un billet tous les jours.
Je sais : certains sont capables de mener de front vie professionnelle, familiale, faire du jogging ou du piano et tenir leur blog.
Ma foi, je connais mes limites et sais pertinemment que moi, je n'arriverai pas à gérer les animations à la mairie et le tutti quanti.
C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai un peu craqué la semaine dernière, en voyant se profiler à l'horizon ce mois de décembre !
Donc, je ferai donc au mieux de mes possibilités !
On va dire... Un jour sur deux...
Vous m'en voudrez pas hein ?


Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 16:29



 


"Bagatelle entame sa mue saisonnière et revêt ses habits de lumière céleste pour présenter sa désormais emblématique exposition de Noël.
2009 célèbre la vie pastorale de manière originale au travers de "boîtes à Merveilles" plus communément nommées dioramas.
Les dioramas sont des pièces muséographiques qui créent l'illusion d'une scène, d'un site naturel ou historique.
Ce mode de reconstitution en trois dimensions s'applique idéalement à la crèche qui obéit parfaitement aux principes de la perspective (un décor, des personnages, une situation...)"

(Extrait du dossier de presse de la mairie)

Cette année, en parallèle de l'exposition, Bagatelle m'a choisi pour donner des lectures des "Contes de la Méditerranée" à des classes inscrites à l'avance et au public de passage.

La mairie ouvre les portes de l'exposition tous les jours y compris dimanche et jours fériés de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h 30. Personnellement j'y serai tous les mardi, jeudi et samedi. Les autres jours Benedetta, Karina et Marianne prendront le relais pour vous présenter l'expo et conter.

Aussi n'hésitez pas à mener vos pas vers la rue du commandant Rolland (8ème arrondissement de Marseille), franchissez la grille du N°125, et venez bader ces dioramas vraiment étonnants.
Enfin, accessoirement, si vous le souhaitez, vous pourrez entrer dans le monde de Pouloupou, Philomène, Pimpon, Fifi Filipi, Ouane-Ouane le dauphin et compagnie...


Repost 0
Published by Philomène - dans Infos
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 07:58


Hier samedi il y avait donc la dédicace du Tome 2 (et du tome 1) des Contes de la Méditerranée à la librairie Prado-Paradis (Marseille). Un vai succès, tout rond, tenant chaud au coeur. De quoi avoir le moral qui remonte !
En même temps, tant que nous ne sommes pas parvenus à l'état de sagesse suprême, hors d'émotions, le moral qui monte et qui descend est notre lot quotidien !
En même temps savourer son plaisir sans être dupe de ces états passagers et comme l'a parfaitement écrit Kipling :
"Si tu peux rencontrer triomphe après défaite,
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front"...
(le texte entier dans les citations du blog)
J'ai juste un regret : avoir oublié mon appareil photo pour vous transmettre une image d'Isabelle Nègre-François venue me rejoindre l'après-midi, en train de dessiner les personnages des contes sur les exemplaires dédicacés. Un vrai bonheur que de la voir faire et il y a donc eu hier des veinards et veinardes repartis avec des albums uniques en leur genre, Isabelle renouvelant à chaque fois ses dessins.




Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 17:17

Ce poème, c'est tout ce que j'aime :
des mots qui racontent une histoire qui ne se prend pas au sérieux.
Aujourd'hui temps gris, pluie, spleen, jour qui décline...
Alors une p'tite poésie pour se remettre dans le joli ?


LA FOURMI
 


Une fourmi de dix-huit mètres
 
Avec un chapeau sur la tête, 
Ça n'existe pas, ça n'existe pas. 
Une fourmi traînant un char 
Plein de pingouins et de canards, 
Ça n'existe pas, ça n'existe pas. 
Une fourmi parlant français, 
Parlant latin et javanais, 
Ça n'existe pas, ça n'existe pas. 
Eh! pourquoi pas? 



                                                                                                                            Robert Desnos

Repost 0
Published by Philomène - dans Chez les poètes
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 18:45


Cette saison de l'automne, des feuilles qui foisonnent, doit être la raison qui nous rend las !
Morose et fatiguée, je suis !
Sans vraiment de raisons... Même, il y a plein de jolies choses en ce moment dans ma vie :
un nouveau livre, une dédicace, des animations en décembre dans la plus jolie
des mairies de Marseille.
Pourtant...
Morose et fatiguée, je suis !
Avec quelques mauvaises raisons... Le ménage à faire à fond, la préparation de Noël,
les sous qui manquent à l'appel !
Une amie m'a dit que j'étais pleine d'énergie...
Ma foi, l'énergie subit des hauts, des bas,
allez savoir pourquoi !
Si ! J'ai peut-être un début de piste à suivre :
la vitalité fout le camp quand le mental dit NON !
Non, je n'ai aucune envie de ce truc là...
Non cette répétition de tâches, de problèmes à régler, j'en ai soupé !
Et voilà patatras l'énergie qui s'en va.
 Savoir dire oui, aux hauts, aux bas.
Mettre de l'extraordinaire dans notre quotidien ordinaire, c'est cela que je dois arriver à faire...

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche