Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 12:11
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat
Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat

Début juillet, il y a eu 2 jours à Ceyreste, charmant village situé juste en surplomb du port de La Ciotat

Et puis Pola, son auteur et des Plumes Marseillaises se sont "envolées" vers les Alpes !

Le 14 et le 15 juillet, ce sont Laurent et Marie de la librairie Imaginez (Place Manuel) qui nous ont accueillis de la manière la plus adorable qui soit à Barcelonnette.

"Les Plumes" : Nicole Delor - Martine Robustelli - Jeannine Anziani - Paul Pisapia - Alain Seyfried
"Les Plumes" : Nicole Delor - Martine Robustelli - Jeannine Anziani - Paul Pisapia - Alain Seyfried
"Les Plumes" : Nicole Delor - Martine Robustelli - Jeannine Anziani - Paul Pisapia - Alain Seyfried
"Les Plumes" : Nicole Delor - Martine Robustelli - Jeannine Anziani - Paul Pisapia - Alain Seyfried

"Les Plumes" : Nicole Delor - Martine Robustelli - Jeannine Anziani - Paul Pisapia - Alain Seyfried

Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...
Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...
Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...
Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...
Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...
Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...

Les rues de Barcelo et entre les dédicaces 2 "Plumes" (Martine - Jeannine) au repos...

Enfin, le 16 juillet, c'est sur le marché d'Allos, avec les majestueux sommets en arrière plan, que se sont posées Les Plumes. Qui en ont profité pour faire provisions de fleurs de courgettes, melons, pêches et brugnons ! sans parler des fameuses tartes du Champsaur (non industrielles...)

Dédicaces estivales
Dédicaces estivales
Dédicaces estivales
Dédicaces estivales
Dédicaces estivales
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 13:57
Un samedi à Bandol

En ce samedi 4 avril, me voici sur le port de Bandol pour ma première participation au Cercle des Auteurs bandolais : www.cercle-des-auteurs-bandolais.fr.

Voiture laissée sur le dernier parking du port,j'ai l'impression, tout en rejoignant à pied l'Office du Tourisme qui abrite les auteurs, d'être en vacances !

D'ailleurs, le soleit tape si fort que je vais m'acheter fissa un chapeau (ayant oublifé le mien à la maison...)

Le chemin vers l'Office du Tourisme en passant devant de drôles de palmiers déplumés!
Le chemin vers l'Office du Tourisme en passant devant de drôles de palmiers déplumés!
Le chemin vers l'Office du Tourisme en passant devant de drôles de palmiers déplumés!
Le chemin vers l'Office du Tourisme en passant devant de drôles de palmiers déplumés!

Le chemin vers l'Office du Tourisme en passant devant de drôles de palmiers déplumés!

Jean-Marie Schneider, président du Cercle m'accueille. Les auteurs s'installent à quelques marches du Marché des Potiers. Je suis allée, forcément, regarder les objets présentés. Comme souvent il y a vraiment de belles oeuvres, des plutôt bizarroïdes et d'autres très moches... enfin, vous me direz, question de goûts !

Un samedi à Bandol
Un samedi à Bandol
Un samedi à Bandol
Un samedi à Bandol
A gauche Jean-Marie Schneider, à droite moi sous mon chapeau tout neur !

A gauche Jean-Marie Schneider, à droite moi sous mon chapeau tout neur !

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 13:45

Ci-dessous la réponse magnifique, intéressante et pertinente d'une amie, Arlette Anave, "filigraniste" assidue depuis une dizaine d'année (www.ecriture-partagee.com) à une autre amie.

 

Qui ose te demander qui tu es parce que tu dis : Je suis Charlie.
A celui-là il faut répondre :
Tu sais bien comment tu t’appelles non?

Les "Charlie" ne demandent pas ce délire. Ils ne jouent pas au Père qui dirait le nom de chacun.
Ils sont malheureux , c’est tout. Très malheureux.
Il s’agit juste de partager ça : Je suis Charlie ça veut dire: je suis malheureux comme Charlie.

Moi je suis malheureuse. De la perte pour nous, pour notre pays, de leurs rires joyeux, de leurs mots d’esprit, de leur talent, leur intelligence, leur vivacité.
C’est cela qui a fait sortir tous ces gens dans la rue. Beaucoup ne votent plus, ne manifestent plus (mais n’en pensent pas moins de la niche silencieuse où ils se réfugient).
Ils retrouvaient dans ce deuil collectif quelque chose de leur colère, de l’enthousiasme de leurs chants, des luttes qui les avaient fait naître.
Pour le plaisir du mot, celui qu’on fabrique à plusieurs, parce que tout seul on ne peut pas.
La parole vraie, celle qui étonne, rencontrée,  échappée,  rattrapée, renvoyée, une poésie qui circule justement.
Ce n’est pas de la croyance.
La poésie non plus. On l’écrit sans savoir ce qui l’anime sans doute mais c’est de la confiance... A ne pas confondre avec l’identification.
C’est cette confiance qu’il faut pour continuer à écrire et pour continuer à dessiner.
Pas la croyance. Les dieux font se battre les hommes et peut-être qu’ils s’amusent bien. Enfin espérons que ce foutoir profite un peu à quelques-uns dans l’Olympe, Il y en aurait des mythes à construire si on était pas si sérieux!

Pour revenir aux journalistes, en plus, ils ne se posent pas en victimes à Charlie Hebdo . Ce qui aurait été bien mieux accepté par le monde entier, qu’ils pleurent leurs morts et se la bouclent.
Ils ne veulent pas être “le bon juif” ni “le bon Arabe” de quelqu’un. Ni le bon chrétien d’ailleurs, celui qui pardonne.
Leur journal est accueilli comme il se doit par d’autres journalistes, tout aussi courageux.
Tout est dit.

On continue à travailler, Il n’y a rien à pardonner: On a encore quinze jours pour se dire Bonne Année, c’est tout.
(Et Hollande a 100 jours...)
Bises à tous.

ARLETTE  ANAVE                        Marseille 18 janvier 2015

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 13:53
"Mon" Charlie Hebdo

Mercredi 14 janvier : j'ai mis le réveil à 7 h. Pas lavée, sans petit déjeuner, je m'habille à la hâte, saute dans la voiture ; direction mon marchand de journaux. Effarement devant la file de bagnoles stationnée devant, mais déjà sceptique devant la mine déçue des gens qui sortent du petit magasin, j'entre tout de même. Le marchand me rit au nez :

- Pftt ! J'ai eu juste dix exemplaires. Revenez demain !

Qu'à cela ne tienne. A la suite de la dame qui me précédait, je reprends ma voiture, fonce à la Presse située un peu plus bas. Une affiche sur la vitrine indique :

Plus de Charlie Hebdo, peut-être demain.

La dame qui me précédait entre tout de même dans la boutique,je la suis, un monsieur me suit...

- Non, y en a plus, désolé, affirme le gérant.

Flûte et zut ! Mais Bah ! refusant de m'avouer vaincue, je fonce vers un autre kiosque.

Au bout du septième, force est de constater que j'aurais pas de Charlie aujourd'hui. Ne me reste qu'à retourner bredouille à la maison.

"Mon" Charlie Hebdo

Jeudi 15 janvier : j'ai mis le réveil à 7 heures moins un quart. Pas lavée, sans petit déjeuner, je m'habillle à la hâte, saute dans la voiture ; direction mon marchand de journaux. Cette fois-ci, pas de file de voitures devant le magasin, c'est plutôt bon signe.

Las, le marchand me rit à nouveau au nez... ne me reste plus qu'à reprendre ma voiture. Mais au lieu de refaire la tournée de la veille, je pars dans l'autre sens.

Deuxième point de vente, zéro à zéro. Au troisième, il y a quelques personnes devant la porte. Je me gare fissa et les rejoins. La jeune femme devant moi m'annonce :

- Il n'a eu que cinq exemplaires et je suis la dernière !

Refusant la malchance, j'attends de voir le propriétaire en personne qui ne fait entrer les gens que un par un. Hélas il me confirme que je porte bien le numéro 6 et qu'il n'avait que 5 Charlie...

Sur le chemin du retour, je m'arrêterai encore à une autre Presse, sans plus de résultat. Puis chez mon marchand habituel pour lui demander de me mettre sur sa liste d'attente :

- J'en ai déjà 150 en attente !  Qu'est-ce vous croyez ! La télé ? Faut pas croire la télé !!!  Alors plus personne sur liste d'attente, à moins que votre Hebdo, vous le vouliez en juillet ou en août !

Il me regarde d'un tel air sarcastique qu'illico je décide que désormais j'achèterai mes larges enveloppes beiges, mes grands cahiers à spirales et autres articles de papeterie ailleurs.

Quel sale type !

Enfin, pour me consoler, à défaut de Charlie, j'ai des croissants frais...

"Mon" Charlie Hebdo

Vendredi 17 janvier : j'ai mis le réveil à 6 h et demi ! Pas lavée, sans petit déjeuner, je m'habille à la hâte, saute dans ma voiture, direction la Presse où j'ai failli avoir Charlie ! Le magasin n'est pas encore ouvert et il n'y a qu'une seule personne attendant devant... Je me gare en face et rejoint la jeune femme. Sur la vitre de la boutique, il y a une pancarte :

Plus de Charlie Hebdo

- Vous avez vu ? dis-je à la dame.

- Ah ! Mais je suis sûre que c'est l'affiche d'hier qu'il n'a pas enlevée...

Espérons, ce serait idiot d'attendre pour rien. En même temps, cette fois-ci, je commence à y croire, je suis la DEUXIEME, la file d'attente s'allonge. Le Point Presse ouvre à 7 h. Longues minutes solidaires dans un petit mistral frisquet qui se lève.

Et 7 heures arrive, le mrchand ouvre :

- Il y a 17 exemplaires ! Un seul exemplaire par personne et vous entrez un par un !

Petite douzaine sur le trottoir, nous nous regardons tous le sourire aux lèvres. Un grand "Ah !" de satisfaction soulève toutes les poitrines...

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 13:38

Maintenant, il va falloir continuer... à vivre et à créer... dépasser son émotion, oublier son amertume  et trouver la force. Moi qui était si découragée ces temps derniers par le monde de l'édition, qui me demandait pourquoi encore écrire (pour ne pas forcément être lue) me voilà comme dans l'obligation de reprendre crayons et stylos, de m'assoir devant mor ordi. Plus le droit de se laisser aller à de puérils états d'âme, à la mélancolie, aux questionnements stériles et de toutes manières sans réponses.

Pour eux qui n'ont jamais baissé les bras :

Jean Cabut, dit "Cabu", 76 ans dessinateur caricaturiste - Stéphane Charbonnier, dit "Charb", 47 ans, engagé dès son plus jeune âge et qui dirigeait Charlie Hebdo depuis 2009 - Philippe Honoré, dit "Honoré", 73 ans, dessinateur - Bernard Verlhac, dit « Tignous », 57 ans, Caricaturiste et auteur de BD - Georges Wolinski, dit "Wolinski", 80 ans - Bernard Maris, « Oncle Bernard », 68 ans, économiste - Mustapha Ourrad, correcteur de Charlie Hebdo. - Michel Renaud, fondateur du festival « Rendez-vous du carnet de Voyage », à Clermont-Ferrand - Elsa Cayat, psychanalyste - Frédéric Boisseau, 42 ans, agent de maintenance de la société Sodexo. - Franck Brinsolaro, 49 ans, brigadier -  Ahmed Merabet, 42 ans, policier du commissariat du XIe arrondissement de Paris.

Poursuivre...
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:54
Au delà des mots
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 13:47
Le centre culturel de Leclerc Sormiou
Le centre culturel de Leclerc Sormiou
Le centre culturel de Leclerc Sormiou
Le centre culturel de Leclerc Sormiou

Ce n'est pas trop dans mon tempérament de faire l'apologie des grandes surfaces ou autres centres commerciaux. A mon avis, le genre est en partie responsable de la disparition des petits commerces.

Mais il y a toujours l'exception qui confirme la règle et invitée pour l'inauguration du nouveau centre culturel du Leclerc Sormiou - 13009 Marseille, je me dois de reconnaître à

l'équipe qui nous a reçue un sens de la convivialité et l'envie de faire avancer la culture dans un quartier où elle n'était guère présente.

En plus, les auteurs sont vraiment chouchoutés, ce qui est loin d'être désagréable !

Il est également à signaler que le lieu est superbe, aéré, et très feutré. A noter encore : 17 postes ont été créés ; ce n'est pas rien par les temps qui courrent.

Singatures en compagnie (de gauche à droite) de Dominique Guérin-Blachère www.allez-les-doudous.com et de Chantal Poggi www.chantal-poggi.com

Singatures en compagnie (de gauche à droite) de Dominique Guérin-Blachère www.allez-les-doudous.com et de Chantal Poggi www.chantal-poggi.com

Une fois de plus, cette dédicace est une réelle opportunité de partage avec d'autres auteurs et de rencontres avec de nouveaux lecteurs.

L'instant plaisir ? Une petite-fille me disant en tournant les pages d'un Pola : " Oh ! Je la connais, une copine l'a apporté dans ma classe !" et qui ne repartira pas sans vouloir elle aussi son exemplaire. 

Mais le sien, ah ! ah ! sera dédicacé...

Le centre culturel de Leclerc Sormiou
Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 13:28

Aux Pennes-Mirabeau (vous pouvez le chanter sur l'air des Champs-Elysées - de Jules Dassin !), c'est dans la salle Tino Rossi que se tient chaque année le salon du livre jeunesse.

Comme j'étais intervenue dans quatre classes le vendredi précédent, forcément, les ventes sont boostées.

Mais quel plaisir dont je ne suis pas encore rassassiée que de voir des enfants foncer vers ma table en criant :

- Elle est là ! Pola est là !!!

Salon livres jeunesse Pennes-Mirabeau 2014

Alors oui, il y avait tout de même quelques regrets dans l'air. Parce que de nombreux gosses attendent avec impatience le Pola N° 3 : Pola en Corse qui n'arrive toujours pas sans que je sache exactement pourquoi...

 Aparté :

je rêve d'être un auteur à qui son éditeur communiquerait des informations ponctuelles...

En même temps, ce retard m'a forcée à rester imaginative. Par exemple, vendredi, faute de ce nouvel album, je me suis pointée dans les classes avec l'avant-dernière version du manuscrit, donc encore raturé. J'avais choisi exprès cette version-là afin que les élèves se rendent compte des corrections effectuées, des ratures

Les maîtresses ont confirmé. Il est très difficile pour les enfants de revenir sur leur texte, de le corriger. Le premier jet est le bon !

J'ai donc insisté en leur disant que c'est le contraire. Ecrire, c'est beaucoup de travail...

 

A l'école Ste. Elisabeth

A l'école Ste. Elisabeth

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:26
Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"

Samedi 18 octobre 2014, sur la place Gilles Léontin, se tient le premier salon littéraire jeunesse de Boulbon. J'admire les personnes qui se lancent ainsi dans une entreprise pareille. Ici, il s'agit de Virginie Dupuy, de l'association G-COS et évidemment de la mairie du village.

Que de volonté et d'énergie pour un résultat inconnu. Alors bravo, même si le public n'était pas complètement au rendez-vous, ni Laure Adler d'ailleurs, marraine du salon et retenue, parait-il, dans un train...

 

Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"

Quoiqu'il en soit, c'est toujours un plaisir de rencontrer de nouveaux lecteurs, de retrouver "des collègues", de découvrir un nouveau lieu.

Boulbon, ancienne place forte, existe depuis mille ans. A noter que je ne connaissais pas ce charmant et pittoresque village, au pied de la Montagnette et situé entre Avignon et Tarascon. Un château fort domine le village et il bien agréable de déambuler dans les ruelles médiévales.

Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"
Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"
Salon littéraire jeunesse "Boulbon, aux flots des mots"

En début d'après-midi, après le repas pris en commun au café du Commerce, situé sur la place où se tient le salon, nous sommes quelques uns à nous échapper pour aller voir l'exposition, dans l'église Ste. Anne des œuvres en papier mâché et pleines d'humour et de poésie de Virginie.

A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)
A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)

A commander, si vous êtes séduit, à gcos.asso@gmail.com (des bibelots rigolos, des tirelires et même des lampes)

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 10:43

Et voilà ! il est sorti, enfin, LE livre sur les rocailles de Marseille.

Alors, de ces fameuses rocailles, je vous en ai déjà parlé dans ce blog à la catégorie : A Marseille, mais aujourd'hui je vous recommande ab-so-lu-ment, la lecture de ce livre publié par Mémoires Millénaires.

Une vraie balade où vous allez apprendre, rêver, découvrir... Vite, rendez-vous à cette adresse : http://www.memoiresmillenaires.com/Rocailles.html

(faire un copié-collé si besoin, over-blog me joue des tours avec les liens...)

 

Les Rocailles
Une architecture oubliée

Flâneries insolites dans Marseille

À la fin du XIXe siècle, les rocailleurs marseillais, « ces artistes du ciment », ont entremêlé leur culture populaire à celle d'une bourgeoisie nouvelle en quête de romantisme. Disposant d'une grande liberté, ils ont inventé des ornementations singulières dans ces jardins et maisons rêvés.

  • Parution : Octobre 2014
  • Auteur : Yves Gauthey
  • Format : 19 x 24 cm - 112 pages
  • ISBN : 978-2-919056-37-8
  • Prix : 19 €
  • Editeur: Mémoires Millénaires Editions
La couverture du livre

La couverture du livre

LES AUTEURS :

Yves Gauthey - Auteur principal : Enseignant en collège, il a toujours eu un vif intérêt pour cette architecture de la Rocaille. Depuis plusieurs années, il sillonne Marseille à la recherche de ces sculptures, souvent dans des propriétés privées. à partir de conférences, de visites de quartiers, il aime présenter ces décors pittoresques. C'est donc en découvreur mais aussi en conteur d'histoires insolites et poétiques qu'il cherche à faire partager cette passion d'un patrimoine oublié.
Dominique Lombardi - Texte « Le portail rue de la Capitale », page 18 : écrivaine de la mémoire des lieux et des gens, elle a rédigé plusieurs livres sur les quartiers et les habitants de Marseille : 1,2,3 Savine, Cuisine sur Rue… mais travaille aussi pour le cinéma, la TV et la radio. Son écriture la dirige également vers le théâtre avec la pièce Un rêve de beignet. Actuellement, elle fait un retour vers Marseille avec une recherche sur les bunkers du mur de la Méditerranée construits par l'armée d'occupation.
Claude Hermitte - Texte « Le jardin au Roucas », page 32 : Pianiste (CD Détours tendres), compositeur de musiques vocales, instrumentales et de musiques pour haut-parleurs, il vient d'enregistrer le disque En famille avec le groupe Du Côté De. Ce texte est pour lui une façon de montrer son plaisir d'habiter au Roucas Blanc.
Jeannine Anziani - Texte « La villa Costa », page 92 : Plume au vent, elle a écrit pour les pitchouns : Contes de la Méditerranée, et continue avec les albums Pola de Marseille… Elle a aussi rédigé pour les grands, en slamant : Du quotidien à voix haute - En habits de Charivari ; enfin, elle a composé un témoignage émouvant sur un magasin marseillais aujourd'hui disparu : Le plus petit des grands magasins.
Sylvie-E. Saliceti - Texte « La rue Sainte : Marsiho Rocaille », page 98 : Juriste de formation, ancien avocat à la Cour, elle se consacre plus particulièrement à l'écriture à partir de 2009. Elle écrit d'abord dans des revues (Autre Sud, Thauma…) avant que l'obtention d'un prix poétique soit l'occasion d'une première publication poétique puis d'un roman. En 2013, sa dernière publication Je compte les écorces de mes mots aux Éditions Rougerie, 2013 - avec une postface de Bruno Doucey - a fait l'objet de nombreuses recensions en France (La pierre et le sel, Phoenix, Terres de femmes, L'aquarium vert...) et en Belgique (Le journal des poètes).
Annie Skrhàk - Texte « Ballade pour David Gagliardone », page 102 : Psychologue clinicienne dans le temps et tricoteuse de mots depuis toujours, elle a écrit Contes du pays des gens de paroles et aussi des poèmes, nouvelles et légendes toujours dans les cartons, pour écouter la vie et habiller le monde.

Repost 0
Published by Philomène - dans Ecrivants - écrivains
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche