Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 12:01

Pour notre dernière soirée à bord, hier, Christophe Barbier est monté sur scène dans Art de Yasmina Reza (2007), une des "Pièces de théâtre de l'Archicube". Inutile de préciser que le Grand Salon Stars était combleMais... oups ! Moi qui adore le théâtre, j'avoue, je me suis échappée avant la fin ! Pourtant l'auteure est connue, archi connue et nous nous attendions vraiment à quelque chose de bien.

Complète déception. Le journaliste n'est pas si mauvais que ça dans son rôle d'acteur mais... cette pièce... Seigneur ! A mon sens : vulgaire (je ne suis pas arrivée à compter le nombre de "merde" dits) !!!

Puis, j'ai trouvé le propos banal, empli de lieux communs, absolument pas drôle, totalement "parisianiste", superficiel, ne menant nulle part, n'apportant rien.

D'ailleurs, le lendemain, nos copains (que nous avons lâché en cours de pièce)... seront du même avis. Un peu dommage d'avoir terminé la dernière soirée ainsi, mais bon, l'idée de départ n'était pas mauvaise. Il aurait juste fallu choisir un autre spectacle, cher Christophe Barbier. Mais peut-être est-il ami avec Yasmina ?

 

La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour

Et voilà, la croisière est finie, à présent il nous faut quitter le navire de bon matin. Dire au revoir à notre cabine, aux copains, à l'équipage si sympathique et serviable, l'ambiance spéciale du M/S AURA.

Pas facile, j'aurais bien pris une semaine supplémentaire !!! En mer, que ce soit sur un petit ou un grand bateau, on largue vraiment les amarres, au propre et au figuré. Ensuite, je suis persuadée que le fait d'être totalement entouré d'eau, apporte une réelle distance vis-à-vis de son quotidien et de tout ce qui s'y rattache. Vous vous souvenez, de la formule du philosophe (Luc Ferry), : "s'arracher au quotidien,  élargir l'horizon"...

Passage devant Capri le dimanche 30 septembre après le départ de Naples (photos Nicole Blondel)
Passage devant Capri le dimanche 30 septembre après le départ de Naples (photos Nicole Blondel)

Passage devant Capri le dimanche 30 septembre après le départ de Naples (photos Nicole Blondel)

Notre retour vers Marseille, en avion, est prévu pour 14 h. Comme nous devons quitter le bateau avant 9 h, le ménage devant être effectué avant l'arrivée de nouveaux passagers en début d'après-midi, Rivages du Monde, plutôt que de nous faire poireauter plusieurs heures à l'aéroport, nous emmène visiter l'île de Burano, située au nord de la lagune.

Une fois de plus nous sommes obligés de reconnaître que, niveau organisation, ça frôle la perfection.

Donc, les bagages partent de leur côté, tandis que tous les passagers embarquent... sur des navettes qui nous emmènent sur l'île "Arc-en-ciel" comme est surnommée Burano.

Une heure et demie de navigation sur la lagune plus tard, nous posons le pied sur ce bout de terre aux maisons colorées, d'où son nom.

Burano "l'île arc-en-ciel"
Burano "l'île arc-en-ciel"
Burano "l'île arc-en-ciel"
Burano "l'île arc-en-ciel"
Burano "l'île arc-en-ciel"
Burano "l'île arc-en-ciel"

Burano "l'île arc-en-ciel"

Il y a une raison à ces maisons colorées. Burano était, dans des temps plus anciens, une île de pêcheurs. A l'époque, afin de reconnaître de loin sa demeure, chaque pêcheur choisissait un coloris différent pour la façade de son logis. Parfois, deux familles habitaient au même endroit ; c'est ainsi que l'on peut remarquer, par exemple, la moitié d'une maison peinte en vert, et l'autre moitié peinte en rouge !

 

La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour

J'ai laissé L'Homme dans un café et je suis partie à la découverte, le nez en l'air... sous le charme. Je me verrais bien passer quelques jours dans une de ces petites maisons-ci.

Burano est aussi l'île de la dentelle. C'est au XVIe siècle que des femmes de l'île se mettent à fabriquer de la dentelle.  À l'époque, ces femmes brodaient au coin du feu, lors des longues soirées d'hiver, tout en écoutant les récits des marins-pêcheurs qui revenaient de leurs longs voyages en mer. Les ouvrages, brodés à l'aiguille, étaient ensuite exportés à travers toute l'Europe. Mais cette industrie a commencé à décliner au XVIIIe siècle.

Aujourd'hui quelques dentellières travaillent encore dans la grande tradition de Burano. Mais comme il faut trois ans pour réaliser une nappe, les pièces exposées et de prix abordables viennent le plus souvent de... Chine !

La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour

Las ! Cette fois-ci, c'est bien fini ! La navette n'attend pas, l'avion non plus. Adieu Venise. Non, j'ai plutôt envie de dire au revoir à la Sérénissime... et au Louis Aura !

La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour
La croisière, le dernier jour

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article

commentaires

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche