Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 12:21

Journée repos ! Détente au bord de la piscine et nage dans la piscine ! L'Homme dit qu'il préfère les piscines d'eau douce, moi, j'adore les piscines d'eau de mer. En plus, aujourd'hui, nous avons cette immense bassin pratiquement pour nous seuls !

Tout de même, à midi, nous allons nous sustenter à la taverne d'Agia Fotia. Régime crétois d'office : calamars et greek salad ! En fin d'après-midi, tout de même, nous allons faire le plein d'huile d'olive au supermarché de Sitia. Quoi, déjà ? Ma foi, ce qui est fait n'est plus à faire et il parait que l'huile d'olive de Sitia est une des meilleures de Crète. Alors nous stockons les petits bidons dans le coffre de la voiture...

La Crète - 2
La Crète - 2
La Crète - 2
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 09:29
La Crète - 2

Dans mon oreille, la voix de Georges Guétary chantonne "Prenons la route fleurie, i, e...". Evidemment, seuls les plus de 50 ans connaissent la chanson de l'opérette éponyme ! Parce que d'Héraklion à Sitia, notre destination, nous n'en croyons pas nos yeux : des kilomètres et des kilomètres de lauriers roses et blancs se succèdent. Absolument magnifique !

L'halte pour le déjeuner se fait à mi-parcours, à Agios Nikolaos. Ah ! Petite précision, nous nous trouvons dans le Nord-Est de la Crète. Alors Agios Nikolaos, le Routard indique que "l'endroit est aussi tranquille que Saint-Trop au mois d'août, mais qu'il s'en dégage une ambiance nonchalante" !

Un Saint-Tropez grec, se trouvant sur notre chemin, est certainement curieux à voir, mais pas plus ! Par contre, il faut avouer que le petit lac intérieur, le port extérieur, les ruelles avec ses chics boutiques étaient à voir. Quant à la foule... début juin, pas vraiment...Le lac intérieur à Sitia

Puis, Routard en main, nous dénichons une des tavernes recommandées : Creta Embassy tenue par... un couple d'écossaises ! La déco hippie chic et colorée nous séduit d'emblée. Et la cuisine grecque ne nous décevra pas. Quant à la comparaison avec Saint-Trop, euh ! ce midi nous serons les seuls clients.

La Crète - 2
La Crète - 2
La Crète - 2
La Crète - 2

Mais après cette escale gréco-écossaise ! il nous faut poursuivre notre voyage vers Sitia où notre chambre d'hôtel nous attend. Le choix de Sitia s'est fait parce que l'endroit est moins "Riviéra", plus authentique. Mais aussi parce que la petite ville balnéaire est également la porte d'entrée de son formidable arrière-pays.

En fait, notre hôtel ne se situe pas dans Sitia même, mais à 5 kms, à Agia Fotia. Il s'agit d'un petit complexe composé d'une vingtaine de bungalows.

Chance : le nôtre est réellement le mieux placé ! avec vue sur l'immense piscine (d'eau de mer) et... la mer.

Notre bungalow est le premier à gauche ( il n'y a rien au rez-de-chaussée) la terrasse est d'une belle largeur et la vue imprenable

Notre bungalow est le premier à gauche ( il n'y a rien au rez-de-chaussée) la terrasse est d'une belle largeur et la vue imprenable

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 09:13
La Crète - 1 suite

Après la pause déjeuner bien méritée, nous retournons à notre hôtel pour prendre la petite auto rouge louée, direction Knossos situé à 5 km d'Héraklion.

Knossos est le premier palais minoen découvert et le seul reconstitué en partie (enfin quelques murs et colonnes seulement). C'est en 1900 qu'un archéologue anglais, Sir Arthur John Evans découvrit le site. Il pensa tout de suite au palais légendaire du roi Minos. Son excès d'enthousiasme le poussa d'ailleurs à figer la chronologie historique. De même, il s'empressa à reconstruire le palais de manière fort peu rigoureuse. Ce qui fut par la suite fort critiqué.

Quoiqu'il en soit, un énorme travail fut accompli même si la manière peu académique des reconstitutions oblige aujourd'hui à restaurer les restaurations !

La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite
La Crète - 1 suite

Un peu d'histoire

Le palais actuel, d'environ 22 000 m2 (tout de même !), fut édifié vers 1650 avant J.C. sur les ruines d'un palais plus ancien, remontant à 2000 av. J.C. Mais le site était occupé depuis le Néolithique.

Un peu de légende

Construit par Dédale, ce palais se déployait sur plusieurs étages et évoquait un labyrinthe. La mythologie raconte la célèbre histoire du minotaure, monstre à tête de taureau mais à corps humain, ne se nourrissant que de chair humaine, enfermé par Minos dans ce labyrinthe d'où l'animal ne pourrait jamais sortir.

Vous connaissez la suite, Thésée parvint à tuer le minotaure, et à sortir du labyrinthe grâce à la pelote de fil donnée par Ariane...

 

La Crète - 1 suite
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 11:51
Le port d'Héraklion vu du balcon de notre chambre d'hôtel

Le port d'Héraklion vu du balcon de notre chambre d'hôtel

Vacances ! Soupir d'aise, ça y est, nous y sommes. J'appuie sur Pause. Arrivée à 21 h hier soir, c'est dans un grand sourire que je découvre ce matin le ciel bleu (pas de changement avec Marseille de ce côté-là) et la vue sur le port.

Pour ce premier jour, le programme est chargé : récupérer la voiture de location, visite du musée archéologique, visite du site minoen de Knossos.

Nous récupérons donc pour dix jours notre voiture (grecque), une petite VW (donc allemande) flambant neuve et elle est de couleur... rouge ! Tiens, comme la nôtre ! Mais c'est à pied que nous nous rendons au musée archéologique proche de notre hôtel.

Ce musée prestigieux va se révéler très intéressant.

Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...
Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...

Très présente la figure du taureau, des vases étonnants en forme de coquillage, des paniers d'argile...

Les musées archéologiques me sidèrent toujours. Les objets sont tellement beaux que je me pose à chaque fois la question :  niveau artistique, avons-nous vraiment fait mieux depuis?

Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.
Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.
Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.

Le disque de Phaistos arbore sur ses deux faces un "texte" fixé dans l'argile vers 1700 avant J.C. Sa signification n'a pas encore été déchiffrée. On y dénombre 45 pictogrammes.

La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.
La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.

La célébrissime Déesse aux serpents : déesse de la fertilité en faïence aux seins nus avec un félin sur la tête et brandissant un serpent dans chaque main.

A l'étage, la salle des fresques donne une idée de ce que pouvait être la déco intérieure des palais.

La Crète - 1
La Crète - 1

Après 2 belles heures dans le musée, ouf ! notre première taverne grecque de ce séjour est la bienvenue !

La Crète - 1
La Crète - 1
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 16:36
GRASSE

Donc, suite avant-dernier article, entre Noël et Jour de l'an, j'ai parcouru durant deux jours les chemins de mon enfance.

Grasse n'en était pas tout à fait une étape. Quoique... si mes souvenirs ne passent pas vraiment par le village des parfumeurs, combien de fois mon père ne nous a-t-il pas raconté ses levers à cinq heures du matin pour aller, en compagnie de sa sœur ainée, cueillir les fleurs de jasmin pour ensuite aller les porter à une des distilleries ? Un moyen de gagner quelques sous. Lui, enfant, y avait vécu.

Et peut-être que je peux trouver là, l'origine de mon engouement, dès l'âge de vingt ans, pour un des parfums de Molinard, célèbre parfumeur de Grasse.

Après, derrière le nom (et la référence au père) j'aime l'histoire de cette maison de parfumeurs, fondée en1849 et qui se perpétue depuis cinq générations et aujourd'hui présidée par une femme.

GRASSE

Mon eau de toilette fétiche ? C'est Habanita. A qui, je dois l'avouer, j'ai été infidèle depuis quelques années.

 "Souvent femme varie", dit le proverbe ! Une femme infidèle... à son parfum préféré. Envie d'autre fragrance. Seulement, j'étais toujours déçue. Ce n'était pas moi ces autres senteurs. Une nostalgie de plus ! Aussi, l'occasion faisant le larron, pourquoi ne pas faire une halte à Grasse , sur le chemin du retour vers Marseille? Et connaître le lieu où est fabriquée mon essence favorite.

La maison Molinard à Grasse

La maison Molinard à Grasse

Et voilà comment nous sommes allés dans la cité des parfums et comment je me suis retrouvée à la Maison Molinard à faire l'acquisition d'un énorme flacon ! 

"Tu m'as manqué, tu sais, Habanita !"

A propos, cette année, il fête ses 95 ans, MON parfum !

GRASSE
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 08:45
Le marché couvert d'Antibes

Le marché couvert d'Antibes

Il est possible que je sois nostalgique de mon enfance, parce qu'elle a été lumineuse. Quoiqu'il en soit, revenir sur ses pas est une grâce accordée.

Aussi, quand l'occasion se présente, pour quelques instants, de retrouver des lieux, forcément associés à des images, en ressentir la force et la douceur, devient alors un délicat bonheur à savourer sans se poser trop de questions.

Le marché couvert d'Antibes, sous son architecture à la Baltard, gravé à jamais dans mon esprit, est à ranger dans la catégorie. Ici, rien n'a changé, ou presque.

Les étals des marchands, les blettes du jardin (achetées !), les salades Trevise.
Les étals des marchands, les blettes du jardin (achetées !), les salades Trevise.
Les étals des marchands, les blettes du jardin (achetées !), les salades Trevise.

Les étals des marchands, les blettes du jardin (achetées !), les salades Trevise.

Après le marché, le pèlerinage à Antibes passe par la plage de la Salis : notre plage du matin, une certaine rue qui y débouche, une ancienne pension de famille, la dernière villa louée. Or, petit miracle, ici encore, presque rien n'a changé.

Ce n'est pas que je sois absolument conservatrice, mais c'est que la plupart du temps, quand L'Homme démolit, c'est pour enlaidir les paysages... 

La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)
La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)
La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)
La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)
La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)
La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)

La plage de la Gravette (sous les remparts), l'ancienne pension Helvetia, la villa "Pigeon vole" (sans nom aujourd'hui)

Vous l'avez peut-être un jour ressenti, l'émotion qui vous envahit, en retrouvant un lieu cher à votre cœur  et perdu de vue depuis longtemps. Aussi vous comprendrez aisément le sentiment qui est monté en moi, au fur et à mesure que notre voiture montait, elle, en direction du phare de La Garoupe.

A l'époque, nous y montions à pied, c'était la balade de fin de journée.

Le phare de La Garoupe
Le phare de La Garoupe
Le phare de La Garoupe
Le phare de La Garoupe
Le phare de La Garoupe

Le phare de La Garoupe

La plage de La Garoupe, notre plage d'après-midi, comme celle de la Salis avait revêtu ses habits d'hiver. Mais les chers fantômes de mes étés salés-sucrés étaient au rendez-vous.

Le Petit Robert donne comme définition de la nostalgie : "regret mélancolique (d'une chose révolue ou de ce qu'on a pas connu). Ai-je des regrets ? Je ne crois pas, pas de regrets mais c'est un peu comme quand on regarde un bel objet, un superbe tableau et qu'on ne peut s'empêcher de le trouver beau.

Mes souvenirs sont beaux. Et Dieu que la nostalgie est jolie !

 

La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain
La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain
La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain
La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain
La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain

La plage de La Garoupe et son phare dans le lointain

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 12:47

SERIFOS

Vendredi 3 juin 2016 :

Toujours ces foutus panneaux en cyrillique... aussi nous nous trompons une fois encore d'embranchement et partis pour Mégalo Livadi (sic !) nous nous retrouvons à Koutala ! Il y a bien une longue plage comme annoncée dans le guide mais aucune taverne !

Heureusement, les distances sont courtes dans ces îles, donc retour en arrière pour terminer enfin à Mégalo Livadi et... ses deux tavernes !

Le coin est complètement paumé, magnifique, sable, tamaris, quiétude infinie et comme d'hab. presque personne. Nous nous décidons (au pif) pour la deuxième taverne, en fait elles sont côte à côte !

Les deux petits vieux qui tiennent l'établissement ne parlent que grec, aussi, nous choississons nos plats dans la cuisine.

Je suis tellement ravie ! persuadée que le principe n'existait plus, alors que j'avais connu ça quand j'avais seize ans... après que voulez-vous, j'aime les tables et leurs nappes en plastique, l'amabilité des patrons, leurs sourires, le service sans chichis mais si attentionné...

Je ne peux cependant m'empêcher de penser : "mais quand cette génération-là aura disparu, qui fera encore de tels sublimes et simplissimes plats ?"

En attendant : Oh ! là ! là !!!

Mégalo Livadi
Mégalo Livadi
Mégalo Livadi
Mégalo Livadi
Mégalo Livadi

Mégalo Livadi

Mégalo Livadi est un ancien port de chargement de fer exploité  de 1866 à 1951. Le lieu compta jusqu'à mille habitants, ce qui parait invraisemblable aujourd'hui en regardant autour de soi !

Dernier témoignage de l'intense activité, restent les anciens bâtiments, quasiment en ruine, de la socièté minière.

L'endroit si pittoresque, caché au fond de son golfe abrité des vents du nord, prend ainsi un charme supplémentaire empreint d'une note nostalgique.

Juste derrière la plage, les bâtiments de la société minière.
Juste derrière la plage, les bâtiments de la société minière.
Juste derrière la plage, les bâtiments de la société minière.
Juste derrière la plage, les bâtiments de la société minière.

Juste derrière la plage, les bâtiments de la société minière.

Pour le bain de mer du jour, nous optons pour Sikamia, vantée par notre loueur de voiture ! Une fois de plus, la route serpentine... asphaltée devient bétonnée pour finir en piste de sable ! Bah ! nous avons assimilé le système à présent. Tout comme les kilomètres sans rencontrer d'autre véhicule.

Si ! cette fois-ci une voiture (de location) nous suit et nous finissons par nous garer côte à côte sur le sable. Un couple de français sort de la voiture et nous vante le lieu avant de s'éloigner vers l'extrémité droite de la plage. Perdus de vue

Nous voici donc seuls... avec tout le reste du sable pour nous ! Bain de mer obligé !!!

La plage de Sikamia et, juste au-dessus, son monastère perdu !
La plage de Sikamia et, juste au-dessus, son monastère perdu !
La plage de Sikamia et, juste au-dessus, son monastère perdu !
La plage de Sikamia et, juste au-dessus, son monastère perdu !

La plage de Sikamia et, juste au-dessus, son monastère perdu !

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
7 juin 2016 2 07 /06 /juin /2016 11:00

ATHENES

Vue du balcon de notre hôtel sur une petite rue sympa
Vue du balcon de notre hôtel sur une petite rue sympa
Vue du balcon de notre hôtel sur une petite rue sympa

Vue du balcon de notre hôtel sur une petite rue sympa

Samedi 21 et dimanche 22 mai Ahènes :

Nous en rêvions depuis longtemps, surtout moi, je dois avouer ! Et parfois les rêves finissent par se réaliser. Le samedi 21 mai signe donc le jour du départ pour Athènes : passage obligé vers les îles fantasmées.

Nous arrivons en début de soirée pour découvrir Le Parthénon hôtel, très bien situé au pied de l'Acropole et à deux ruelles de Placa, ce quartier typique de la capitale grecque.

Premier point fort agréable, la jeune femme à l'accueil parle le français comme vous et moi et nous donne de précieux conseils pour les jours suivants.

le parc municipal - Le Parlement
le parc municipal - Le Parlement
le parc municipal - Le Parlement

le parc municipal - Le Parlement

Temps gris... nous prenons LE parapluie ! et partons à pied vers la place Syndagma, son célèbre Parlement et ses fameux Evzones. Au passage nous nous arrêtons devant l'immense parc municipal, végétation magnifique. Quelques gouttes de pluie...

Nous voici ensuite devant le Parlement au moment-même où se déroule une cérémonie officielle avec un service d'ordre qui tient gentiment mais fermement les touristes à distance !

Les Cyclades
Les Cyclades
Les Cyclades
Les Cyclades
Les Cyclades

Mais la cérémonie se termine, les officiels s'envolent et nous pouvons enfin approcher les Evzones et leurs jupettes !

A savoir, leur jupe plissée est coupée dans 30 mètres de tissu blanc, formée de 400 plis qui symbolisent 400 années de servitude sous l'occupation turque...

Premier repas grec quasiment sur la place Sindagma, premiers délices... avant de repartir à pied vers le musée des Arts cycladiques dont je vous parlerai demain.

La file de taxis jaunes sur Syndagma à deux pas du Parlement
La file de taxis jaunes sur Syndagma à deux pas du Parlement

La file de taxis jaunes sur Syndagma à deux pas du Parlement

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 13:01

Dans la Grèce antique, le but de l'existence humaine n'est ni l'immortalité ni la jeunesse. Un des symboles en est, dans l'Odyssée, le refus d'Ulysse à la proposition de Calypso.

Nymphe et reine de l'île d'Ogygie, la presqu'île de Ceuta en face de Gibraltar, Calypso, qui était la fille d'Atlas, accueillit Ulysse qui venait de faire naufrage. Amoureuse du héros, elle s'efforça vainement, pendant sept ans, de lui faire oublier sa patrie et son épouse dans sa grotte enchantée, entourée de bois de peupliers et de cyprès, décorée de vignes.

Mais Ulysse persista dans son désir de revoir sa femme et son île. Il refusa l'immortalité et la jeunesse promises par la nymphe s'il restait près d'elle et préfèra partir.

Voilà une allégorie qui devrait inspirer notre société actuelle...

C'est peut-être la leçon que je retiendrai de cette croisière qui m'a replongée dans la mythologie, chez ces grecs qui voulaient "s'ajuster à l'ordre cosmique" , se mettre en harmonie avec l'harmonie du monde et pour qui la punition suprême était l'oubli du sens de sa vie.

Je reviens mes valises pleines de beauté . pour la sagesse, il reste du travail...

 

 

 

La croisière de l'Express 2015 - épilogue
La croisière de l'Express 2015 - épilogue
La croisière de l'Express 2015 - épilogue
La croisière de l'Express 2015 - épilogue
La croisière de l'Express 2015 - épilogue
La croisière de l'Express 2015 - épilogue
Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 12:38

Mercredi octobre : Rhodes 

"Voilà, c'est fini" chante Jean-Louis Aubert... la croisIère se termine ce matin, à Rhodes. Mais nous n'aurons pas le temps de visiter le moindre monument de l'île.

Il me reste pourtant de cette île grecque un souvenir léger comme le vol d'un papillon. Une image estampillée 1964, car le Lydia sur lequel j'avais voyagé de Marseille à Athènes en ce mois de juin 1964, avait fait escale à Rhodes.

Avec ma tante Rachel (voir articles précédents) nous en avions profité pour aller visiter la cité médiévale et "la valle delle farfalle" (la vallfée des papillons). Le nom italien cité par la guide m'avait tellement ravie, que c'est celui que ma mémoire a aimé retenir...

 

Escale à Rhodes en juin 1964

Escale à Rhodes en juin 1964

Maintenant, me vient l'idée de prendre le temps de vous conter l'histoire du Lydia, ce paquebot qui penchait d'un côté...  et qui s'arrêtera définitivement de naviguer deux ans plus tard !

Construit en 1930 à Copenhague, ce navire noir appelé « Moonta » connaîtra un destin hors normes. Bateau de croisière dans le Golfe de Spencer en Australie jusqu’en 1955, il sera racheté par une compagnie grecque du Pirée.

Repeint en blanc, rebaptisé « LYDIA », il assurera dès lors la ligne régulière entre Marseille et Beyrouth jusqu’en 1966… C’est à la fin de cette même année que l’extraordinaire destin du Lydia sera scellé.

Racheté par la Société d’Économie mixte des Pyrénées-Orientales, le paquebot sera vidé de ses moteurs et tiré sur lest jusqu’au port artificiel creusé spécialement pour l’occasion. Une opération délicate qui sera menée à bien le dimanche 11 juin 1967 et fera du Lydia le premier immeuble de la station nouvelle Port-Barcarès.

Aujourd’hui, la Municipalité du Barcarès est devenue propriétaire de ce bâtiment exceptionnel, symbole vivant et unique des paquebots des années 30.

Dire que je ne suis jamais allée le revoir...

Juin 1964 à bord du Lydia
Juin 1964 à bord du Lydia

Juin 1964 à bord du Lydia

La croisère de l'Express aux sources de la civilisation se termine donc pour moi sur une petite note nostalgique... mais la nostalgie est un sentiment à ne pas renier, il est léger et doux... tel un papillon de la valle delle farfalle ?

Repost 0
Published by Philomène - dans Voyages...
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche