Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 16:32

Oui, depuis quelques années, la période de Noël m'est devenue nostalgique. Je ne peux empêcher les souvenirs de revenir à la surface.

Ce sont des souvenirs heureux. Merci Papa, merci Maman pour tous ces époustouflants Noëls si magnifiques, extravagants, lumineux.

Noël 1969

Noël 1969

"L’étape du 24 décembre se déroulait dans notre famille d’une manière très rituelle. La crèche sur le buffet de la salle à manger de l’appartement du Prado ; un gigantesque sapin dans celle de la maison de campagne située à Mimet, un village entre Marseille et Aix-en-Provence où nous passions Noël. L’impératif annuel étant que ce sapin atteigne le plafond ! De la grandeur, de la démesure, toujours…

Mais l’essentiel ne se situait pas dans la dimension du sapin ; impalpable, insaisissable, flottait dans l’air une légèreté de l’être. Facilité d’être, sans en avoir la moindre conscience.

Après le souper, nous mettions des disques et tout le monde dansait ; ce qui étonnait souvent les amis ou la famille conviés à partager ce réveillon. L’attitude était-elle complètement religieuse ? Était-ce réellement sacré de danser pour fêter la naissance de l’enfant Jésus ?

Et pourquoi n’aurions-nous pas dansé le soir de Noël ?

En Provence existe la coutume du cacho-fio. Lors de cette cérémonie, le plus âgé en compagnie du caganis, c’est-à-dire le plus jeune, pose dans la cheminée une grosse bûche, celle qui est susceptible de se consumer le plus longtemps possible. Cette bûche se doit, traditionnellement, d'être issue d'un arbre fruitier.

Toute l'assemblée doit alors faire trois fois : symbole de la Trinité le tour de la table. Le plus jeune verse ensuite un verre de vin sur la bûche tandis que l'aïeul prononce des paroles de bénédiction. En provençal : « Alegre ! Diou nous alegre ! » se traduisant par :
« Dieu nous garde joyeux. »

Joyeux ? Exactement. Joyeux. Tout à fait. Nous étions joyeux à notre façon."

 

(Extrait du "Le plus petit des GRANDS magasins - Edilivre)

 

Noël 1973

Noël 1973

Dans ce temps-là, était-il suffisamment clair à mon esprit, le message de tolérance, d’amour et de liberté que signifiait la tradition provençale de faire une crèche, avec un père athé, laïc, et communiste, de fêter la naissance de Jésus, même en dansant ?

 

La crèche avec la dernière arrivée cette année : la marchande de morue
La crèche avec la dernière arrivée cette année : la marchande de morue

La crèche avec la dernière arrivée cette année : la marchande de morue

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 15:33

Depuis plus de trente ans, il y avait un carton qui dormait au fond de notre grenier. C'était un carton inaccessible, car au-dessus s'entassaient deux autres gros collègues à lui !

Mais tout arrive dans la vie, y compris le jour où, avec L'Homme, nous décidons de mettre de l'ordre dans la mansarde.

A hue et à dia, nous tirons les cartons, plutôt avachis... voici venue l'heure de faire le tri !

Ô surprise ! Dans le carton du dessus, une pile d'habits tout décatis... même le costume du grand-père de L'Homme ! Et des chemises blanches de... L'Homme lui-même ! Juste ciel ! "IL" entrait donc là-dedans ??? Une taille 38 ???

Passe, passe le temps...

Dans le deuxième carton, nous tombons sur des couvertures beigeasses et trouées "pour les près", avais-je indiqué au feutre noir sur un des côtés. Oups ! il y a belle lurette que nous ne faisons plus de pique-nique (ni... hum ! de galipettes...) dans les près...

Enfin, nous ouvrons le troisième carton dans lequel dormaient des piles de livres. Je les reconnais ces albums, ils appartenaient à nos chers enfants. Dommage, pour les petits-enfants ! Qui sont déjà trop grands...

Mais soudain, là, tout au fond, je n'en crois pas mes yeux : un, deux, trois bouquins... qui étaient... LES MIENS ! En fait, qui avaient même probablement d'abord été ceux de ma soeur aînée ! Car je regarde la date d'impression : 1949 !

Que reste-t-il de nos livres ?

En souriant, je prends dans mes mains  les trois albums de la Bibliothèque de Suzette totalement enfouis au plus profond de ma mémoire ! J'avais adoré ces histoires !

Des récits lus, voyons... à  onze, douze ans ? mais tiens, justement, l'âge de mes petits-enfants... Hum ! Petit-Fils lit... le strict nécessaire !!! Mais Petite-Fille est une lectrice assidue. Ne reste plus qu'a attendre sa prochaine venue à la maison.

Que reste-t-il de nos livres ?

Et un soir, voici Fille Chérie et Petite-Fille qui s'en viennent. Complètement surexcitée, je jubile en brandissant les vieux bouquins tout en expliquant la redécouverte. Je vois bien que Fille Chérie rigole en douce, Petite-Fille me dit l'air un peu gêné voire compatissant :

- Euh ! Mima... je vais voir...

Ma foi, ce fut tout vu : les livres sont toujours là !

Que reste-t-il de nos livres ?

La moralité de cette anecdote ?

Que restera-t-il dans plus de soixante ans de nos récits, auteurs jeunesse d'aujourd'hui ?

Quels gamins se pencheront encore sur nos écrits ? Il y aura peut-être seulement une grand-mère qui découvrira, émue, au fond d'une armoire, d'un tiroir ou d'un carton un Pola de Marseille qui lui rappellera son enfance mais dont plus un seul enfant n'aura envie d'ouvrir les pages...

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 18:57
Le public
Le public
Le public

Le public

C'était jeudi dernier 11 juin à 19 h 30 dans le 7ème arrondissement de Marseille.

Certains se souviennent peut-être que l'année dernière, à la même époque, un des Contes de la Méditerranée : Doumé & Grenadine avait été mis en musique par la clarinettiste Léa Platini et qu'une série de représentations avaient eu lieu au Théâtre de Tatie (voir catégorie Contes de la Méditerranée).

Et bien depuis, Léa est devenue Ely et a créé son groupe Les Oreilles d'Aman, un quartet : clarinette - violon - accordéon - percussions.

Leur répertoire ? La musique klezmer de Tradition Juive et les musiques des Balkans.

Le groupe démarre, va de petites salles de spectacle en restaurants, théâtres... mais donne aussi des concerts chez des particuliers.

Jeudi dernier donc, ils ont débarqué à la maison ! Ou plus exactement dans le jardin.

Les musiciens
Les musiciens
Les musiciens
Les musiciens

Les musiciens

Tout de suite, les spectateurs sont sous le charme. Cette musique nous plonge dans une sorte d'enchantement ! Tantôt très entraînantes, tantôt mélancoliques, les mélodies s'enchaînent.

Je trouve les rythmes étonnamment actuels ! Il est vrai qu'il y a toujours des compositeurs de musique klezmer.

Le quartet Les Oreilles d'Aman

Le quartet Les Oreilles d'Aman

Et nous avons, avec Léa-Ely, trouvé la bonne formule pour un concert maison : 45 minutes de musique - pause dînatoire - 45 minutes de musique.

Le buffet ? Auberge espagnole !
Le buffet ? Auberge espagnole !

Le buffet ? Auberge espagnole !

Alors si vous aussi vous avez envie d'organiser un concert pour un mariage, un anniversaire, une fête de famille ou tout simplement une soirée entre amis, contactez Ely Zemer. Le quartet se déplace dans toute la France.

Site : www.klezmer13.com

Ely Zemer

Ely Zemer

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 14:38
La tente du Cerclde des auteurs bandolais

La tente du Cerclde des auteurs bandolais

D'abord, plantons le décor : Bandol, charmant port  du Var. Et sa manifestation annuelle : les trois jours de La valse des Capians (5 - 6 - 7 juin).

Le capian étant l'autre nom qui désigne le pointu, c'est-à-dire  "la barque" de pêche traditionnelle de Méditerranée.

Sous les palmiers exactement

Sous les palmiers exactement

Nous voici donc deux plumes marseillaises : Nicole Delor et moi en terrain varois pour un samedi de dédicaces sous soleil brûlant. Enfin, pas tout-à- fait puisque nous sommes sous l'abri d'une tente !

Et alors que d'animations se succèdent : des pirates, des coups de canon, des chevaux, de la musique, des oies...

Très sages, les oies, très obéissantes !

Très sages, les oies, très obéissantes !

La valse des Capians (Bandol)

Mais... si les oies patientent tranquillement, qu'en est-il des auteurs... qui dansent ?

Jean-Marie et Josiane...

Jean-Marie et Josiane...

Et des auteurs qui content et improvisent avec des pirates de passage...

Nicole Delor raconte Pola de Marseille aux pirates !

Nicole Delor raconte Pola de Marseille aux pirates !

.

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 16:43
Un seringat en fleurs, Agatha (Christie), un peu de politique...

En vérité, c'était un lundi de Pentecôte si tranquille... pourquoi donc en parler ?

A cause d'un seringat qui m'éblouie de ses fleurs blanches et m'assure qu'au jardin le spectacle est permanent...

Puis, il y a Agatha.

"Encore !" dit L'Homme qui me voit plongée pour la cent millionième fois dans un ouvrage, en l'occurrence le treizième, des quinze volumes des Œuvres Complètes de la romancière anglaise, publiées par les Editions Rombaldi sur bouffant blanc, le 10 octobre 1967.

C'est que, pour moi, m'immerger dans une de ces aventures est un immense plaisir. Le temps d'un ouvrage, ne plus me poser de questions sur quoi que ce soit, vivre par procuration, palpiter, s'agacer, essayer de deviner la fin de l'intrigue (oui, j'ai oublié presque à chaque fois), me rassasier de sa belle écriture, d'un mode désuet, d'une ambiance révolue, ah ! jamais je ne me lasse. En plus, je sais que l'histoire finira bien, alors !!!

Un seringat en fleurs, Agatha (Christie), un peu de politique...

Tout de même, j'interromps la lecture du Train bleu, la dernière des intrigues de ce volume N°13, pour jardiner un peu, admirer le seringat, boire une citronnade (une vraie) dans un GRAND verre avec des glaçons.

Puis, histoire tout de même de me remettre dans notre temps, j'attrape L'EXPRESS. A la rubrique Arts & Spectacles, une interview de Vincent Lindon (je l'adore) et de Stéphane Brizé à propos du film : La Loi du marché, présenté au Festival de Cannes et qui vient de rapporter une Palme à l'acteur..

Voici ce que dit Vincent Lindon :

" (...) Je crois de moins en moins à la politique traditionnelle et de plus en plus aux mouvements associatifs, de quartier. Faire du bien aux gens près de chez soi, donner à regarder, susciter le dialogue... (...)

C'est ça, faire de la politique par le biais artistique. Mettre en alerte."

Propos recueillis par Christophe Carrière - Express N° 3333

 

Vincent, moi aussi, c'est ce que je crois et que, fort modestement, à mon échelle, j'essaie de mettre en oeuvre.

 

Un seringat en fleurs, Agatha (Christie), un peu de politique...
Un seringat en fleurs, Agatha (Christie), un peu de politique...
Un seringat en fleurs, Agatha (Christie), un peu de politique...
Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 12:22

Le village d'Eygalières fait partie de ces villages provençaux pleins de charme et devenus "à la mode" depuis une vingtaine d'années. Depuis que stars et personnalités du show-biz, à l'égal de Michel Drucker, ont investi dans les environs. Et fait grimper les prix de l'immobilier... chose que l'on peut regretter !

Un des amis de L'Homme, a acheté une propriété, plus exactement un champ de pommiers, il y a déjà quelques temps, à la sortie du village. Avec sa femme, au fil du temps, ils ont su modifié le lieu, avec talent, sans lui faire perdre son âme et le transformer en un endroit enchanteur.

Tous les ans, les propriétaires organisent un méchoui et invitent leurs amis.

C'était samedi dernier.

Il reste des pommiers...

Il reste des pommiers...

Dans les années 60, il me semble que c'était dans les années 60, suite au retour des "Pieds noirs", les méchouis avaient essaimés un peu partout dans le coin ! Une fête : un méchoui ! Puis, le genre a perdu de son attrait... une mode chassant l'autre, même dans les réceptions !

Aussi, avoir rendez-vous, une fois l'an, à Eygalières, avec les agneaux rôtis, ma foi, je dois avouer que, avec L'Homme, c'est un plaisir que nous ne boudons pas.

Les agneaux et aussi un cochon de lait !
Les agneaux et aussi un cochon de lait !

Les agneaux et aussi un cochon de lait !

De la simplicité, rien d'ostentatoire et beaucoup de goût dans l'agencement de la propriété.

Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison
Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison
Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison
Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison
Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison
Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison

Un petit pont de bois qui enjambe une roubine - Une blanche glycine - Un terrain de boules - Une piscine (vide) - Le hangar - La maison

Ce méchoui est aussi l'occasion unique de retrouver avec joie, tous les ans au printemps, un lieu agréable certes mais surtout des gens perdus de vue, un peu comme de lointains cousins de province,  qu'on ne fréquente pas (on se demande bien pourquoi !)...

La grande table

La grande table

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:55

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » (Albert Camus)

Je viens de prendre connaissance de cette phrase et j’en soupire d’aise. Parce que cette pensée est depuis longtemps en moi. Mais affirmer l’idée n’était pas si facile car qui suis-je pour me permettre d’énoncer de soi-disant vérités ?

Doute, manque de confiance en soi. Alors quand la phrase de Camus me tombe sous les yeux, ravissement ! « Mal nommer un objet », « mal traduire en mots sa pensée », ma foi, ne sommes-nous pas au cœur d’un des problèmes de la société actuelle ?

Par ailleurs, au premier degré, que de malentendus (quel mot plein de sens…) peuvent naître au sein même d’une famille à cause d’un objet mal nommé ! Je peux en témoigner à la suite du partage lors d’un héritage. S’agit-il d’une lampe, d’un lampadaire, d’appliques, de hublots ? Mais l’autre ne sait pas nommer… Vous allez sourire, mais le fait peut être lourd de conséquences, pour ne pas avoir employé le mot exact…

On pourrait donc ajouter : « mal interpréter » un désir, n’avoir pas su expliciter une envie. Et on arrive à la caricature, au texte sacré. Incompris. On est bien dans le pouvoir des mots.

Citer encore Albert Camus : «On est condamné à vivre ensemble. Ou à mourir. »

Oui, on est condamné à se parler, à tenter de se comprendre.

Samedi 7 février 18 h au Lavomatic Tour - Lecture d'un de mes contes accompagnée par Fabien Blanchard
Samedi 7 février 18 h au Lavomatic Tour - Lecture d'un de mes contes accompagnée par Fabien Blanchard

Samedi 7 février 18 h au Lavomatic Tour - Lecture d'un de mes contes accompagnée par Fabien Blanchard

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 12:12

Celles et ceux qui suivent ce blog sont au courant : un jour d'avril, mes photos se sont mis à devenir toutes blanches... c'était vers la fin de mon voyage à Istanbul (voir articles précédents...)

Un message s'affichait : carte mémoire pleine !

Aussi, revenue à Marseille, me suis précipitée chez le vendeur. Bernique ! Rien à voir avec la carte mémoire que j'avais vidée entretemps. En fait, le capteur a lâché !

Ah bon ? Ouais ! et ça veut dire qu'au bout de huit ans de bons et loyaux services, mon appareil photo a rendu l'âme. Snif !

Il paraît qu'à notre époque bénie, 8 - 10 ans est l'âge moyen de durée de vie pour ce type d'appareil...

A partir de ce moment-là, intense réflexion...

Acanthes

Acanthes

En fait, il n'y avait pas des tonnes de possibilités n'est-ce pas ? Soit je me passais de photos, soit ne me restait plus qu'à investir !

L'Homme a tranché : nous avions besoin d'un appareil photo. Conséquence, je vous offre la primeur de premières prises de vue effectuées fissa dans le jardin.

Prises de vue, prises de tête ! Car j'ai toujours beaucoup de mal à me brancher sur un nouveau système électronique quel qu'il soit !

A présent, je compte sur vous pour me dire ce que vous pensez de ces premiers clichés. Car évidemment, le vendeur de la FNAC a été formel : en huit ans le matériel a évolué... en mieux of course !

Geranium

Geranium

J'ai oublié le nom de ce rosier, il n'en est pas moins beau pas vrai ?

J'ai oublié le nom de ce rosier, il n'en est pas moins beau pas vrai ?

Ce rosier-ci se nomme "The fairy", je le trouve très romantique

Ce rosier-ci se nomme "The fairy", je le trouve très romantique

Cet hiver le bougainvillier n'a pas perdu ses feuilles... réchauffement...

Cet hiver le bougainvillier n'a pas perdu ses feuilles... réchauffement...

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 13:02
Le printemps

Le printemps arrive ! Selon les jours, à pas de loup ou de géant. Là, il semblerait bien qu'il ait chaussé des bottes de sept lieues. Devant la maison le prunier est en fleurs. pourvu que le mistral ne se lève point... afin que les fleurs, tranquilles, restent en place, petites promesses de fruits.

Car qui dit fleurs, dit fruits, dit confiture en perspective, soit en juin.

Le printemps arrive ! Depuis quelques jours nous prenons le café sur la terrasse, dans le chant d'un oiseau outrecuidant ! Et le soleil qui réchauffe les os.

C'est le moment... de se remettre à jardiner !

1/ Enlever les feuilles mortes qui traînassent...

2/ Tailler ce qui peut encore l'être, sauf que j'ai trop attendu... zut ! certains rosiers sont déjà en boutons.

4/ Admirer le camélia

Le printemps

4/ Rêver en feuilletant les pages du catalogue André Eve. J'ai bien envie de commander celui-ci, mon homme celui-là !

Quoi ? Mais comment, n'y a-t-il pas déjà suffisament de rosiers dans le jardin ?

Il n'y a JAMAIS ! assez de roses dans le jardin !!! Et celles d'André Eve sont les plus belles. Enfin c'est la rumeur publique. Pour une fois je crois qu'elle dit vrai. D'ailleurs vous pouvez vérifier :

www.roses-anciennes-eve.com

Le printemps arrive, et mon esprit sourit...

Le prunier en fleurs

Le prunier en fleurs

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 09:45

 A la télé images de tempête sur la façade atlantique… terrifiant de voir les plages et les dunes reculer ainsi.

Je suis d’autant plus touchée que j’étais à Biarritz et sur la dune du Pilat il y a encore peu (articles précédents). Est-il nécessaire à la plupart des hommes, pour aimer les gens et les lieux, de les connaître un peu ?

Aime-t-on mieux de près que de loin, comme dit le proverbe ? En tout cas, quand on aime, personnes ou choses, quelque part, on aimerait bien qu'il ne leur arrive jamais rien... Que RIEN ne change... 

Le contraire du monde dans lequel on vit qui est éternel renouvellement...

Encore une fois, pas facile d'accepter.

La dune du Pilat

La dune du Pilat

Les dunes s'effacent, modifiant le paysage, et ici, en Méditerranée ? Que pourrait-il se passer ?

« En Atlantique, les vagues commencent à être dangereuses à partir d’une période de 12 secondes. En Méditerranée, elles le sont dès 9 secondes ».

Isabelle Llorca, responsable du service précision à Météo France.

Bigre ! Pas rassurant... Qui plus est, il existe des différences notables au sein même de la Méditerranée. Par exemple, entre Marseille et l’Italie, la houle ne rencontre aucun obstacle…

« Une petite marée méditerranéenne associée à une surcote (élévation du niveau de la mer liée à une pression atmosphérique très basse) peut faire monter la mer d’un mètre. »

A Marseille, le niveau de la Méditerranée, d’après les experts géophysiciens d’Aix-Marseille, pourrait ainsi augmenter de 40 cm à 1 m d’ici 2050.

 

Mais aujourd'hui il fait beau, pas de vent, pas de vagues traitresses à l'horizon. Un dimanche à passer au jardin sans penser aux lendemains.

La côte marseillaise

La côte marseillaise

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche