Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 11:03


Hier samedi, en mémoire d'Eric Aullen (voir l'article précédent "Un an déjà") et en présence du maire de secteur, plus de deux cent personnes se sont retrouvées devant la station service Agip pour inaugurer une plaque commémorative à sa mémoire.
Une solidarité qui faisait chaud au coeur.
Je voudrais maintenant revenir sur ce personnage de Milarepa cité à la fin de mon texte, un sage que tout le monde ne connaît pas forcément : un personnage qui m'a toujours fasciné par sa spectaculaire rédemption.

345049910_a77a6ec83f.jpg
Milarépa fut un maître renommé du bouddhisme tibétain qui vécut de 1040 à1123 ou selon d’autres sources de 1052 à 1135.


Milarépa naquit dans la province de Gungthang (ou Goungthang) à l'Ouest du Tibet. Son père mourut alors qu'il n'avait que sept ans. Les propriétés de la famille furent alors laissées au soin de parents qui maltraitèrent le jeune garçon, sa mère et sa sœur. La mère, ayant du mal à accepter leur situation, envoya son fils apprendre la magie noire afin de se venger de cette injustice.

Après avoir été instruit par un magicien, Milarépa causa d'abord la mort de trente cinq de ses ennemis, tués sous les décombres d'une maison qu'il avait fait s'effondrer, puis il provoqua un orage de grêle qui détruisit toute la récolte de céréales d’autres personnes leur ayant causé du tort.

Mais, quelques temps plus tard, il se mit à regretter ses actes néfastes. Ne mangeant plus, ne dormant plus et n'ayant plus  goût à la vie, il rechercha alors un Maître bouddhiste afin de neutraliser ce karma négatif qu'il avait accumulé.

C’est ainsi qu’il devint disciple d’un Maître et traducteur tibétain célèbre : Marpa.

Marpa eut l'intuition qu'il avait affaire à un être au destin exceptionnel qui deviendrait son successeur. Il n'en montra cependant rien et, connaissant les méfaits passés de son disciple, il s'affaira d'abord à tester la volonté de son élève et à le purifier de ses crimes passés. Ainsi, il imposa à Milarépa des épreuves considérables afin de le préparer à recevoir instructions et enseignements.

Il lui demanda par exemple de construire seul différentes tours en pierre, de formes variées (ronde, carrée, triangulaire...) et à chaque fois il reprochait à Milarépa un défaut dans la construction et lui ordonnait par conséquent la destruction de l'ouvrage et le repositionnement des pierres à leur place d'origine.
Durant ce temps, Marpa continuait à enseigner ses élèves, tout en excluant Milarépa. Celui-ci tenta d'obtenir des enseignements auprès d'un autre maître, obtint l'aide de Daméma, l'épouse de Marpa ... tout cela en vain, le sage refusant toujours de lui enseigner.
Totalement désespéré, Milarépa décida d'en finir avec sa vie de misérable et songea au suicide.
Marpa le devina et l'arrêta au dernier moment : l'élève avait purgé toutes ses fautes et était désormais apte à recevoir son enseignement.

Une fois cet enseignement dispensé, il envoya Milarépa pratiquer une retraite solitaire dans des grottes du Tibet.

Dans ces grottes de haute montagne le yogi pratiqua pendant de nombreuses années la méditation dans le plus grand isolement et maîtrisa les transmissions qu'il avait reçues. Il vécut ainsi dans le dénuement le plus total, ne portant qu'un léger vêtement de coton (d'où son nom de Milarépa, Mila le "ré-pa" ou Mila le vêtu de coton) et ne se nourrissant que d'orties sauvages, à tel point que - nous dit la tradition - son corps prit une teinte verte ainsi qu'on le voit sur de nombreuses peintures.

Il atteignit l'état d'éveil en une vie, commença à enseigner et devint célèbre pour ses chants poétiques, Les Cent Mille Chants de Milarépa. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article

commentaires

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche