Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 11:19
L'échappée belle (N°95 Revue Filigranes)

Filigranes avait choisi comme thématique de l'année 2016/2017 : "La matière de l'écriture". Nous voici déjà au volume 3 baptisé L'échappée belle.

Et voilà donc ma participation :

« Rien ne se perd, rien ne se crée,

tout se transforme »*

 

 

L’humanité ? Désespérante. Là-bas ? Guerres. Ici ? Douleurs.

Vrais soucis ? Faux problèmes. Pesanteur ? Monotonie.

Et cætera. Et cætera.

Ah ! Que me voilà morose, à contempler d’un œil flapi

le sinistre amoncellement.

Fouler aux pieds ? Brûler ?

P’t-être pas une si mauvaise idée, le feu !

Les flammes consument mais aussi, transforment.

Chauffons donc mon déprimant ramassis, à l’aide d’un

système alambiqué : famille amis les vivants et les morts,

les roses du jardin, musique à donf, folie en brin, tous ceux

qui m’aiment tout ce que j’aime, mots à écrire mots à lire,

et pour finir imaginons LE voyage.

Oh ! Oh ! Voici le méchant tas métamorphosé.

Tendre magie, petit miracle, grand mystère. Tout de même,

devrais réfléchir à cet étonnant abracadabra !

 

Abracadabra ? Hop ! Un avion, moderne magie. Qui me

transporte au pays où les dieux sont nés, et la philosophie.

A propos, Lavoisier, il n’a fait que transformer la phrase

d’Anaxagore. Car, comme chacun sait, le premier qui a dit :

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se

combinent, puis se séparent de nouveau » est ce philosophe

grec présocratique.

Et toc !

Bon, revenons à notre avion, suivi d’un ferry.

Mon esprit exulte.

 

Même si sa Vénus magnifique, par un tour de passe-passe

culturel… loge désormais, la pauvre, à Paris, moi, ça y est,

j’y suis dans l’île fantasmée. Yep !

C’est qu’il faut vous dire : être une avec ses gènes,

ses origines, son nom, des souvenirs de lumineuses vacances

d’adolescence, s’apparente à une grâce inouïe, proche de

l’absolu.

 

Avec une taverne bordant la Grande Bleue

Et du bleu sur les portes, du bleu sur les volets

Et du bleu dans le ciel pour palper le soleil qui

Vient sécher les poulpes que l’huile d’olive attend.

Avec la plage perdue tout au bout de la route

Et la route des flots m’invitant à la nage

Et la route où des gens tellement prévenants

Rassurent mon rêve enfin assouvi.

 

J’ai appuyé sur pause, j’ai oublié les sages,

j’ai oublié les fous.

 

Et me suis – seulement – laisser - vivre.

 

J.A.

*Antoine Lavoisier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angeline 23/04/2017 21:53

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog. merci

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche