Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 13:11

 

Ceux et celles qui suivent régulièrement ce blog ont dû s'en rendre compte, les articles se font plus rares depuis quelques temps... C'est que j'ai l'humeur maussade, l'esprit chagrin !

Est-ce dû au DAS , ou bien à ce vilain virus qui me fait tousser depuis un mois et se trouve bien chez moi ?

Ne serait-ce pas plutôt dû à cette vieille lutte sans fin entre :

« "devrais" et "ne devrais pas" n'est pas dans le dictionnaire d'un homme. Pourquoi "ce devrait être " ?

"Est, est, est", est le mot du dictionnaire de l'homme, non pas "devrais être", non pas "aurait dû être. "Est". »

 Swami Prajnanpad - L'éternel Présent

 

Oui, en ce moment, je craque de toutes parts, me semble-t-il... J'ai l'impression que la famille... m'envahie un peu... trop. C'est peut-être une construction du mental mais enfin ILS sont là... souvent ! Pendant que je rêve d'ailleurs et de solitude...

Pourtant, je possède la solution. Encore et toujours dire oui aux propositions de la vie même si ce n'étaient pas celles qu'on attendait.

Alors ? Me reste à partir en guerre contre cet état funeste, accepter... retrouver le sourire de la vie, et repeindre en couleurs les humeurs...

 

cassis-1.jpg

 

Photo de barques à Cassis (Jean-François Cardin)

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 14:23

DAS

 

Voilà, c'est terrible ! Je viens de me rendre compte que depuis quelques temps je souffre de DAS ! Soit une Durable Altération Salicylique !

Horreur, malheur ! Kekseksa ?

                                                       Une blague !

DAS se traduit par Désordre Affectif Saisonnier.

L'affection commence et finit à la même époque chaque année.

En gros on peut traduire par dépression liée à la saison.divers-maison-et-environnement-105.jpg 

Le froid, les jours plus courts, souvent gris, pluvieux, provoquent  "un petit coup de moins bien".

 

Pourtant si je réfléchis un peu... à Marseille je n'ai pas trop à me plaindre. Qu'est-ce que ce serait si j'habitais là-bas, tout près du pôle Nord où la nuit s'installe d'octobre à mars !

 

Et puis en fait, je ne souffre pas du tout de DAS qui est un véritable désordre bousculant l'équilibre naturel et se soignant parfois même par de la luminothérapie. Je suis seulement vaguement un peu avec le moral rétréci comme une paire de chaussette lavée par erreur à 90° dans la machine. Normalement mon humeur maussade devrait bientôt disparaître comme un glaçon dans le pastis.

Tiens aujourd'hui, il fait beau, la température clémente (14°), de quoi repeindre ma vie en bleu.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 14:42

 

Cette année, en ces tous premiers jours de janvier, j'ai pris de grandes résolutions : je ne prendrai pas de résolutions.

Voilà ! C'est clair et net. Parce que...  tous les ans je fais des voeux pieux... que les mois suivants détricotent.

 

Souhaiter au monde qu'il aille mieux ? On peut lui souhaiter en effet à notre planète bleue qu'elle voit la vie en rose. On peut toujours. Ensuite, s'enfermer dans une bulle, ne pas lire les journaux ni écouter la radio, encore moins regarder les infos à la télé... où horreurs en tout genre se succèdent à la vitesse d'un clic sur l'ordi.

 

Souhaiter du bonheur à nos proches qu'on aime tant ?

On peut, on peut. Mais leur bonheur leur appartient. Reste seulement à essayer de ne pas les rendre malheureux. C'est plus modeste et plus juste que de vouloir les rendre heureux...

  

Maintenant il y a MOI !

Ah ! Moi ! Euh !

Me souhaiter tout le bonheur du monde, c'est une chose que je peux faire. Mais ce qui sera mieux que le souhait, ce sera, matin après matin, jour après jour, soir après soir, de m'atteler à cette tâche ardue : reconnaître que le bonheur est déjà là, enfoui au fond de moi et aller à sa rencontre jour après jour nuit après nuit en couleurs et dans le gris.

Sinon, ça y est ! Le coup d'envoi des gâteaux des rois a sonné ! Ici, à Marseille, les galettes ne sont pas des galettes mais des couronnes colorées belles comme des tapis d'Orient !

Tiens, j'ai trouvé ! Je peux imaginer que 2011 sera ainsi : une année sucrée acidulée comme l'image ci-dessous...

 

recettes-045.jpg

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 12:48

 

2806477420_20f34e4390.jpgLe jeudi matin est consacré à la gymnatisque holistique La rentrée (et la méthode Ehrenfried) ; donc jeudi dernier comme d'hab. je me gare à proximité du cours, c'est-à-dire que je trouve une place sans problème (horodateur...) dans la rue Edmond Rostand Poterie .

Je sors de ma petite auto, me dirige vers l'appareil le plus proche ancré sur le trottoir d'en face un peu plus bas dans la rue.

Devant moi, un charmant jeune-homme peste après ses pièces que la machine lui rend gentiment !

Enfin, à force de persévérance, l'homme obtient son ticket de stationnement. A mon tour je glisse une pièce dans l'appareil, prend mon bout de papier validé.

A ce moment-là je retourne vers ma voiture et qu'est-ce que je vois ? Un agent de la police municipale en train de me verbaliser !

Je hurle tout en m'approchant et explique que j'étais en train de prendre mon ticket mais que la chose a pris un peu de temps à cause de mon prédécesseur.

 

Justement le jeune-homme, garé juste devant moi et revenu in-extremis lui aussi, confirme mes dires.

- Mais qu'est-ce qui me prouve que vous veniez d'arriver, me jette hargneusement le policier.

Je manque de m'étouffer !

- Mais c'est la vérité ! En plus cela ne m'était encore jamais arrivé, c'est une sacrée coïncidence !

Ouais ! Mais j'ai pas des yeux dans le dos, moi ! Quand vous allez payer, Il faut mettre le warning ou laisser un mot sur le pare-brise "je suis en train de payer".

Je manque de m'étrangler.

- Attendez, je n'ai jamais vu personne mettre son warning ou laisser un message sur son pare-brise !

- Et bien c'est ce qu'il faut faire. Mettez-vous à ma place. Comment je peux deviner ?

- Ben... mettez-vous à ma place aussi !

- Je n'ai pas à me mettre à votre place  ! Je fais mon boulot et puis c'est moi qui détient le pouvoir et je fais comme je veux !

_____________________________________________

 

Et bien maintenant, je compte sur vos témoignages et vous remercie par avance ! Laissez-moi vos commentaires, dites-moi qui parmi vous à déjà mis pendant ce court laps de temps entre le moment où l'on se gare et le moment où l'on revient son ticket de paiement à la main, qui a installé donc, son warning ou laisser bien en vue sur son pare-brise un joli message genre "cher officier de police, je suis en train de payer, un peu de patience je vous prie".

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 13:04

 

Vous avez remarqué l'originalité du titre ? Il fait froid ! En cela je m'aligne sur les journaux télévisés qui nous rebattent les oreilles du sujet.

Nous sommes au mois de décembre et il fait froid, il neige... quelle extravagance !

 

Rue-Celina-sous-la-neige-janvier-09-006.jpg

 

L'été, nous avons droit au même thème mais dans sa version inverse : il fait chaud, une canicule pointe à l'horizon... quelle incohérence !

 

Je vous le dis tout net, je crois que les médias nous prennent pour des imbéciles ! A moins qu'ils aient réellement des problèmes pour trouver des sujets d'actualité. Parce que... oui, l'hiver IL FAIT FROID, et l'été IL FAIT CHAUD.

Quoi de plus normal ?

 

Mais l'homme, calfreuté dans son bureau, sa p'tite auto, son logis (pour la plupart chauffé) a oublié que Nature varie... L'homme souhaiterait toujours la même température tempérée sous un ciel clément sans orages, ni grêlons ni flocons !

Ben voyons !!!

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 12:48

 

Hier soir : aller chercher Petite-Fille à l'école.

Ce matin : se rendre chez la kiné.

Avant-hier, ciné...

Comment m'habiller ?

- Bof ! souffle mon esprit, pour des trucs pareils, tu t'en fiches !

Oui, il a raison, depuis quelques temps, je m'en fiche complètement... sauf que, pour le coup,se produit un retour dans le passé : qu'est-ce que j'ai changé !

Où est passée la ligne de conduite de mes jeunes années ?

Quand il était hors de question de sortir ne serait-ce que quelques minutes de la maison sans assortir sac et chaussure, chemise et pantalon, sans ongles vernis, maquillage et cheveux impeccables. 4279604354_dcd5ac67b7.jpg

Bouhhhhh ! Ce temps m'a bien l'air d'avoir disparu de mon horizon !

Qu'est-ce que j'ai changé !

En même temps, on ne peut parler de laisser aller, non, c'est plutôt comme si je m'étais déplacé, comme si l'apparence avait moins d'importance. Pour moi, pour les autres, pour la maison aussi.

 

La maison... la déco !

Ah ! LA déco !

Voici encore un poste de première importance. Avant.

Terrible exigence : surtout, attention à la faute de goût ! Le goût ? Quel goût ???

Est-ce à dire que désormais ma maison ne ressemble plus à rien ? Nenni ! Simplement, est-ce absolument vital, par exemple, que de manger tous les jours sur une nappe en tissus, d'avoir les rideaux du salon à la bonne longueur, et dans la salle-de-bain le dernier lavabo à la mode ?

Et je pense à Kierkegaard (1813-1855) ce philosophe et théologien danois dont je me sens souvent proche et pour qui il apparaît dans la nature de l'homme de passer un jour du stade esthétique de la sensation, du plaisir au stade éthique où l'individu s'intègre dans le monde sérieux, difficile de l'action, de l'institution, de la morale réfléchie pour parvenir enfin au stade religieux.

Parvenir à cet état de conscience où l'être humain laissé à lui-même, sans autre guide que la foi, doit répondre à l'exigence transcendante.

 

Si mon attitude vis-à-vis de l'apparence recule pour glisser sur cette pente de l'éthique, ma foi, je ne peux que m'en réjouir.

Mais...

Evidemment il y a toujours un mais !

Mais rajoute le mental critique, peut-être que ton changement de comportement ne provient, en fait, que du fait de devenir... vieille !!!

  

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 07:26

 

"Cette grève, c'est n'importe quoi, regrette Paulo, rippeur (ramasseur). On ne sait pas pourquoi on l'a faite. On ne sait pas pourquoi on reprend. Il n'y a pas eu de solidarité entre syndicats. On a embêté le pays, été désigné du doigt. tout ça pour quoi ? On n'a rien obtenu."Marseille-027.jpg

En, une jeune chinoise mariée à un ingénieur marseillais, attend à l'arrêt du bus. elle revient de Shangaï "qui est nickel dans tous ses quartiers pour l'Expo universelle. Mon père, qui a 70 ans et est prof d'université, m'a envoyé étudier en France parce que c'était un pays de libre expression. Mais noyer les paures gens sous les ordures, ce n'est pas une solution".

Jacky, autre rippeur, explique qu'avec les grèves à tour de rôle dans les équipes, il ne devrait se voir retirer que 3 jours de salaire.

 

Extraits La Provence du mercredi 27 octobre 2010

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 12:50

 

Marseille-030.jpgAprès quinze jours de grève : record historique battu, les éboueurs marseillais ont, paraît-il, repris leur travail ce matin. Mais il va en falloir du temps pour que la ville retrouve sa propreté (au fait peut-on dire à propos de Marseille qu’elle soit vraiment propre y compris en temps normal ?) Cette cité a une incapacité chronique à gérer ses ordures… 

Maintenant, pourquoi ce mouvement de  grève a-t-il duré si longtemps ? Les raisons apparaissent confuses.

Et de toutes manières à mon point de vue, aucune revendication ne mérite d’en arriver à de telles extrémités ! C’est se moquer éperdument de son prochain, des risques sanitaires, pénaliser commerces et industries, et tout ceci pour un coût maximum : voitures incendiées en même temps que poubelles et containers / Prix  d’un container : entre 150 et 1200 € pièce ; commerçants du centre ville enregistrant une baisse de leur CA de 30 à 40 %, dégradations diverses, sans compter les dégâts indirects inchiffrables comme perte en crédibilité et en confiance dans notre ville par tours opérators et touristes...

Mais les éboueurs n’en ont cure ! Après de probables retenues sur leurs fiches de paie, encore faut-il savoir que lors du précédent mouvement MPM ne leur avait retenu que six jours de grève sur douze... il va leur suffire de faire quelques heures supplémentaires pour obtenir une prime comme cela avait été le cas à la suite de leur dernier bras de fer avec la communauté urbaine !

Moralité : il vaut mieux être éboueur à Marseille que cantonier à Trifouilly-les oies !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 13:27

 

- Vous m'en donnerez bien une douzaine ?

- De quoi ?

- D' vos jours de grève connard !

 

Ouais ! Grossier le dialogue, je vous l'accorde mais c'est que je suis é-ner-vée ! Très très très énervée ! Très très très en colère !

Trop, c’est trop !

9000 tonnes d’ordures sur les trottoirs de Marseille, comment une poignée d’individus peut-elle être fière d’un mouvement de grève débouchant sur une situation sanitaire pareille ?

Il faut être sacrement irresponsable pour oser revendiquer ça !

Est-il question de délocalisation ?

Non.

De perte de boulot ?

Non.

D'autre part, savez-vous que dans la cité phocéenne les éboueurs bénéficient d'un statut "parti-fini" !

Parti-fini, vous avez compris la signification ?

Alors, le droit de grève pour demander quelque avantage supplémentaire, pourquoi pas, mais pas au détriment des autres qui ont le droit de vivre dans la propreté !

La liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre ; ces types l’ont-ils oublié ?

Comment appeler ces méthodes ?

Et bien j’ose l’écrire : ce sont des méthodes mafieuses.

Je vous offre la photo !  

    

Marseille-029.jpg 

Encore vous plaignez pas, vous n'avez pas l'odeur...

Marseille va-t-elle finir comme Naples ?

   

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:18

 

C'est une belle histoire. 

Et Dieu sait qu'en ce moment, entre manifs, grèves, nauséeux faits divers, les belges sans gouvernement... sans oublier nos problèmes perso..., nous avons besoin de belles histoires !

Dieu ! Précisément, omni-présent dans cette fable-là.

Le deuxième mineur à remonter à la surface l'a dit : « en bas, j'étais avec Dieu, j'étais avec le Diable, ils se sont disputés, c'est Dieu qui a gagné ! »

Voilà, justement, ne sommes-nous pas tous comme ce mineur, partagés entre Dieu et Diable, certitude et doute, positif et négatif ? Ne sommes-nous pas tous et toutes tiraillés en permanence entre hauts et bas ?

Oui, nous avons besoin de belles histoires parce que c'est l'aspiration naturelle de l'homme. Simplement, la plupart du temps, nous oublions cet appel subliminal.

  

Or, cette histoire jusqu'à présent, est exemplaire.

Voici 33 hommes sous terre par 35°. Et qu'apprenons-nous ? Tout d'abord ces mineurs sont restés 17 jours dans l'obscurité. Ils ont géré avec courage, sang-froid, discipline, solidarité, les vivres, l'eau...

Puis leur situation connue, leurs conditions de vie ont pu être quelque peu améliorées mais tout de même 69 jours par 700 mètres de fond. Peut-on s'imaginer survivre dans une telle ambiance ?

Je crois que c'est là que l'on trouve l'explication à ce barnum médiatique, cette cohue de plus de 2000 journalistes (car aucun évènement sportif ou autre n'avait jamais rassemblé autant de journalistes) venus assistés et retransmettre en direct les images du retour à l'air libre des 33 rescapés de l'enfer sous-terrain. Nous nous sommes tous identifiés à ces hommes.

C'était la première fois que l'on sauvait des gens à 700 mètres de fond, toute la planète avait les yeux tournés vers le Chili et que découvrons-nous ? Aucun des mineurs ne voulait sortir en premier pour ne pas voler la vedette aux autres...

Alors, sans être certain que revenus en pleine lumière, ces hommes sauront raison et humilité garder, en-dehors de la remarquable prouesse technique due à la marine chilienne qui a conçu la cigarette métallique qui a ramené les mineurs à la surface de la terre avec la régularité d'un T.G.V. ; en mettant de côté le fait que plus un faisceau satellite n'était disponible pour retransmettre hier les images du sauvetage ; gardons en mémoire la remarquable histoire de la bataille de ces hommes, la bataille entre Dieu et Diable.

Parce que le diable, ce sont nos pensées les plus noires, pessimistes, défaitistes... 

 33 mineurs nous ont démontré que l'on peut en triompher !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

Recherche