Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 18:33

 

Au bout du quai "La Dame de La Garde" comme disent mes petits-enfants regarde et garde les bateaux. Pas mal la vue non ?

 

Helice-008.jpg

 

Enfin en principe c'est ce qui se passe. Mais des fois Notre Dame de La Garde décide de se retirer momentanément dans les nuages... Tout de même, c'est rare, aussi quand ça arrive, les marseillais ne lui en veulent pas. Après tout elle a bien droit à un peu d'intimité de temps en temps notre Bonne Mère !

 

Marseille-003.jpg

 

Au bout du quai parfois il y aussi de drôles d'engins qui passent !

Par exemple samedi c'est "Le Moulin à vent" comme certains avaient baptisé le bateau imaginé par le commandant Cousteau qui glissait sur l'eau devant notre nez.

En fait le vrai nom du curieux navire est l'Alcyone. Il a été dessiné par l'architecte naval marseillais André Mauric. Sa particularité est de disposer de deux turbo-voiles, longs tubes verticaux capables de propulser le bateau (en théorie) à 20 km/h quand le vant souffle à 50 km/h.

 

Helice-020.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Photos
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 16:21

 

Se transformer en fourmi Cigale ou fourmi ? m’a amené pour quelques jours ici ! Avouez que l’endroit  est spécial !

 Helice-002.jpg

 

A Marseille des deux côtés du port, il suffit de passer la barrière pour se retrouver dans un autre monde ; celui des baraques blanches et bleues des clubs, avec les dialogues à la Pagnol du « petit peuple de la mer » garantis, avec convivialité et générosité à la clé.

Sauf que, justement ces barrières, les derniers projets d’urbanisme de la mairie envisagent de les supprimer.

Soi-disant qu’il faut donner accès à la mer… à tout le monde. Que les baraques sont moches, démodées… que les petites grues dénaturent le paysage !

Je m’étrangle quand j’entends ça ! Pure démagogie ! Quoi, que veulent-ils ces politiques imbéciles ? Que Marseille ressemble à n’importe quel autre port de la côte méditerranéenne ? Transformer  le basin du Lacydon en un port artificiel, lisse et sans personnalité, quelle chouette idée !

Ne voient-ils que cette cité a du caractère, un tempérament, une atmosphère unique (swing Marseille - page 41 - Du quotidien à voix haute - Editions Manoirante), ne s’en rendent-ils pas compte ?

 

Tout ce qui fait que cette ville ne ressemble à aucune autre, tout ce qui contribue à sa spécificité, voilà que des élus veulent l’anéantir. Franchement moi, même si je n’ai pas accès à la mer sur le pourtour du port, quelle importance ? Je m’en fous !

 

Helice-004.jpg

 

La mer je peux la voir, avant, après, sur le quai des Belges, sur les plages… mais ces baraques, ces barrières, cette vie des clubs, les lauriers roses dans les pots et le pastis dans les verres au moment de l'apéro du club où l'on vous invite sans façons, Helice-016.jpgC’EST Marseille !

Quel port souhaitent-ils construire, un truc aseptisé, du pareil au même de Menton à Cerbère ?

 

D’aucuns vont peut-être penser que je ne suis qu’une vieille conservatrice. Pas du tout mais leur truc à ces politiques me fait songer à « du passé faisons table rase ! »

Changer ce qui ne va pas, je veux bien. Mais changer ce qui fonctionne, ce qui crée du positif, de la « vraie » vie ? Cela s'appelle être irresponsable et ne pas voir plus loin que le bout de son nez ! Faire une connerie quoi !

 

Helice-007.jpg

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 11:15

 

Sur le terre-plein du chantier-naval des hommes s'agitent dans une atmosphère tout à fois fébrile et sereine, les éclaboussures des karchers et des effluves de peinture.

 

Helice-024.jpg

 

Les marins sont à l'aise, même si l'élément n'est pas mouvant ! On les devinent malgré problèmes d'hélice, de moteur, d'enrouleur ou autre, heureux. Le contact avec la mer reste présent et ils ne peuvent s'en passer, comme quand ils arpentent les quais en lorgnant, comparant les bateaux dans les senteurs de l'iode.

 

Je peux le dire, c'est une addiction ! Une fois qu'on y a goûté, c'est comme une drogue.

 

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 17:37

 

Sur le terre-plein du chantier naval la grande grue soulève les navires comme des plumes. La saison où les bateaux se refont une beauté bat son plein !

 

Helice-021.jpg

 

Les marins se transforment en peintre, en mécanicien, ils lavent à grande eau les coques de leur embarcation, ils peaufinent, ils bichonnent, ils boulonnent, et soupirent d'aise quand le travail est fini. C'est reparti pour un tour !

 

Helice-023.jpg

 

Les petits-enfants eux en profitent pour inventer de nouveaux jeux !

 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans De bric en vrac
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 06:53

Filigranes-013.jpg 

Samedi était un samedi Filigranes.

Entre la programmation de l'année future, les réflexions sur la thématique à venir : Frontières (déclinée sur les trois numéros), discussions et "discursions", lectures et corrections des textes du prochain numéro de la revue...

une consigne était tombée : « aujourd’hui est une journée particulière en Filigranes parce qu’on est ici mais ailleurs en même temps ».

Voici venu le temps de "l'écrire".

 

Ce matin la porte était grande ouverte, j’ai franchi le seuil du centre de loisirs en pensant :

 Filigranes-001.jpg

 

« j’entre à Filigranes ».

Dans le mot entrée il y avait en même temps comme retourner à l’école - ne serait-ce qu’à cause du lieu qui y ressemble un peu - mais il y avait aussi le verbe s’évader. Oublier quelques heures le  tintouin quotidien…

Le mot entrée promettait aussi plaisir futur mais aussi probable consigne d’écriture, c'est-à-dire contrainte, soit une vague appréhension. Est-ce que viendrait l’inspiration ?

Un peu plus tard je me suis assise devant une autre porte ouverte dans un rayon de soleil qui me tenait chaud dans le dos, mais question chaleur il y avait aussi la chaleur bienveillante du groupe et c’était bon.

Aujourd’hui était une journée particulière parce que j’étais ici et ailleurs en même temps.

L’embêtant étant qu’ici était déjà ailleurs ! Alors choisir un autre ailleurs. Aïe, aïe ! Où pourrais-je être ? Le choix était tellement vaste. Où où où ?

1ère idée : je pourrais… me trouver… sur le port de la Pointe-Rouge aux côtés de l’époux qui fulminait d’avoir été abandonné justement ce samedi où le nouveau vieux bateau était sorti de l’eau et qu’un boulot monstre à effectuer dans les plus brefs délais s’était révélé depuis trois jours !

Ma foi, cet ailleurs était par trop bosseur !

2ème idée : je pourrais… être partie en voyage dans un pays de mer et de ciel trop bleu. J’aurais laissé la mer, gardé le ciel, loué une voiture et filé à l’aventure.

Ceci à cause de cela : une histoire trottinant dans ma cervelle et assez obsédante en ce moment. Une sorte de parcours que je me suis promis de refaire à l’envers.

Première étape : O.K. effectuée en avril mais la deuxième s’estompe dans un brumeux lointain imprécis.

Voilà, j'y suis, cet ailleurs est le bon, pays où sont nés les dieux ! Je marche à présent dans cette ville inconnue mais tant rêvée. Je flâne, nez au vent, dans des rues résonnantes d’accent synonyme de récits mythologiques, d'ouzo et d'îles fantastiques. Tel un chien flairant sa piste, je cherche des traces…

Là, une vibration. Tiens, mon nom de famille de "jeune-fille" (sic !) est écrit sur la devanture de cette boutique. Forcément dans ce pays au ciel trop bleu, ce nom-là est courant.

Mon cœur bat plus vite...

 

Quoi que dit Odette ? Elle relit la consigne : 

« aujourd’hui est une journée particulière en Filigranes parce qu’on est ici mais un autre personnage ailleurs en même temps ».

Zut ! Je n’avais pas entendu « autre personnage » !

 Filigranes 003

 

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 11:51

 

3369274608_cf62ca62f7.jpgToute ma vie j'ai été plutôt cigale...

Mais depuis quelques temps me voici plutôt fourmi !

C'est plus marrant d'être une cigale

C'est plus barbant de faire fourmi !

 

Faudrait pouvoir avoir le corps d'une cigale4343684440_7d3b00ed1c.jpg

et la tête d'une fourmi !

Chanter l'été tout en faisant des provisions

pour l'hiver...

Parce que vraiment jouer les cigales je préfère

Que me transformer en fourmi !

Ne reste plus qu'à appliquer la Méthode Coué :

Je suis une fourmi et ça me plaît...

    Je suis une fourmi et ça me plaît...

         Je suis une fourmi et ça me plaît... 

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Billet d'humeur
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 19:09

 

Aujourd'hui fête des mèreu...

Euh, être mèreu... mêtier difficile s'il en est...

Bon, j'ai eu un très joli cadeau de Fille Chérie et Grand Fils mais je vais me faire un autre cadeau, une petite musique que j'aime bien :

 

 

J'espère que vous l'aimerez aussi...

Repost 0
Published by Philomène - dans Musique
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 14:35

 

J’ai assisté hier soir à une conférence de Georges Lahy : www.lahy.fr sur la Kabbale. Bien évidemment qu'il est impossible de résumer plus de deux heures de conférence en quelques lignes mais peut-être vous donner envie (comme à moi) d’en connaître un peu plus !

Pour commencer savoir que deux courants co-existent :

-         la Kabbale ancienne du XII et XIII ème siècle,

-         la Kabbale « nouvelle » du XVI et XVII ème siècle. C’est cette dernière qu’a rejoint, entre autres artistes, Madonna !

Mais c’est la première Kabbale qui passionne notre conférencier depuis presque quarante ans !

Et une découverte inattendue pour moi : apprendre que cette première kabbale est née en Provence à Lunel ! Un premier courant plus mystique et plus contemplatif que le second plus religieux.

 

4012096207_3f7448351b.jpg

 

En fait kabbale  (kabbala en hébreu) se traduit par réception.

D’ailleurs, si vous vous rendez en Israël et que vous allez à l’hôtel, vous verrez écrit au-dessus du bureau de la réception « Kabbala » et le kabbaliste est le réceptionniste !

Au départ Kabbala, c’est la transmission, la tradition.

 

Se rappeler que Moïse a reçu directement sans intermédiaire la Torah : les cinq premiers livres de la Bible. Une transcription lettres noir sur blanc autrement mentionné feu noir sur feu blanc. Le feu blanc étant l’espace autour des lettres. Seulement il n’y a pas de voyelles dans la langue hébraïque ! En fait, s’il y avait des voyelles le texte serait figé à jamais, serait mort… Sans voyelles, le texte reste vivant, c’est à chaque lecture la résurrection des mots. C’est ouvrir le texte, le changer, aller dans une pensée abstraite.

En même temps, les lettres sont aussi des nombres et ces nombres ont un nom.

Ecrire un nombre, c’est écrire un mot et vice-versa !

Si on ajoute que l’alphabet hébraïques se compose de vingt deux lettres sans voyelle, cela donne de multiples voies (voix ?) pour chaque phrase ! Cela donne pour la Torah soixante dix niveaux différents de lecture !

Conclusion : aucune vérité… Pas de vérité absolue…

Les kabbalistes vont travailler là-dessus, nouvelle lecture, nouveau sens.

 

Toujours trouver une nouvelle question. Parce que DIEU ne parle jamais deux fois de la même chose mais rien n’empêche de lui poser une autre question !

 

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 06:04

 

Vous la préférez comment ?

Habillée de violet ?

 

divers-maison-et-environnement.jpg

 

Blanche au coeur bleu ?

 

divers-maison-et-environnement-037.jpg

 

Ou plutôt en dégradé de rose ?

 

divers-maison-et-environnement-042.jpg

 

 

"La beauté sauvera le monde"

 

(Fedor Dostoïevski)

Repost 0
Published by Philomène - dans Citations
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 12:57

 

7-ans-Baptiste-009.jpg

 

A Marseille, pour Pentecôte, on se doit de sacrifier à la tradition, c'est-à-dire savourer un Colombier !

C'est un gâteau à base de génoise moelleuse et de fruits confits recouvert d'amandes effilées et de brisures de pistaches dans lequel est caché une mini colombe (en plastique !)

La légende raconte que Gyptis aurait confectionné ce gâteau dans lequel elle avait glissé une colombe, signe d'amour, de paix et de fidélité. C'est Protis, le marin venu de Phocée à qui elle aurait offert une part en premier. Vous connaissez la suite... Marseille était née (d'une histoire d'amour et de part de gâteau !)

  "Qui la colombe aura, dans l'année se mariera". 

On ne trouve ce gâteau chez les pâtissiers uniquement pendant les trois jours de Pentecôte, il faut donc se dépêcher si l'on veut y goûter. Personnellement je l'adore, pas de crème écoeurante...

 

Dimanche, nous avons fait d'une pierre deux coups ! Vu que c'était l'anniversaire de Petit Fils, le Colombier s'est transformé en gâteau d'anniversaire !

   

Repost 0
Published by Philomène - dans Des histoires
commenter cet article

Blog Ribambelle D'écritures

  • : LEMONDEPHILOMENE
  • LEMONDEPHILOMENE
  • : Ecritures, lectures, autres slams et divagations par Jeannine Anziani alias Philomène
  • Contact

Profil

  • Philomène
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !
  • En l'an 2000, j'ai décidé de changer de vie ! Disons, de me consacrer à ce que j'avais toujours rêvé de faire : écrire... Alors, depuis, j'écris... pour les grands et pour les petits !

Ouvrages parus

!cid 784A2A53-C404-499D-B6DE-691DD5C21D7B@home

 Phocette, la petite souris marseillaise (Editions de l'Hippocampe)

 

Recherche